Sélection de la langue

Recherche

Canada : perspectives des principales grandes cultures, 2021-02-17

Canada : perspectives des principales grandes cultures (Version PDF, 733 Ko)

Données historiques

Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC) pour la campagne agricole 2020-2021 et présente un aperçu préliminaire de la campagne agricole 2021-2022. Les campagnes agricoles de la majorité des cultures au Canada commencent le 1er août et se terminent le 31 juillet, mais celles du maïs et du soja s’échelonnent du 1er septembre au 31 août.

En 2020-2021, les perspectives intègrent les renseignements de l’enquête de Statistique Canada auprès des fermes canadiennes sur les stocks des principales grandes cultures, qui a été diffusée le 5 février 2021 et qui fournit des données sur les stocks des principales grandes cultures en 2020 au Canada au 31 décembre, pour l’entreposage commercial et à la ferme.

L’offre globale des grandes cultures devrait augmenter et s’établir à 115,9 millions de tonnes (Mt) grâce à une production agricole record. Les stocks totaux en fin de campagne devraient diminuer pour se chiffrer à 11,8 Mt puisque les exportations devraient demeurer vigoureuses et augmenter de 11 %. Les prix des grains au Canada devraient continuer d’être soutenus par la valeur relativement faible prévue du dollar canadien et par une demande mondiale forte.

En 2021-2022, la superficie ensemencée en grandes cultures devrait légèrement augmenter, car les superficies ensemencées en céréales secondaires, en oléagineux et en légumineuses devraient s’accroître, tandis que celles ensemencées en blé (à l’exclusion du blé dur) devraient diminuer. Les productions de grains, d’oléagineux, de légumineuses et de cultures spéciales devraient être légèrement à la baisse, en raison du retour à des rendements conformes aux tendances, et se traduire par une baisse de la production globale prévue des grandes cultures, à 97,1 Mt. En général, les prix devraient demeurer relativement élevés, mais être plus bas que leurs niveaux actuels puisqu’on s’attend à une augmentation de la production mondiale.

Les perspectives économiques pour les marchés des grains mondiaux et canadiens devraient continuer de subir l’incidence de l’incertitude liée à la COVID-19 qui règne au pays et à l’étranger. Statistique Canada entreprendra l’enquête sur les superficies des grandes cultures de 2021 en mars, afin de recueillir des renseignements auprès des agriculteurs sur leurs intentions d’ensemencement de céréales, d’oléagineux et de cultures spéciales; ce document sera publié le 27 avril.

Total des céréales et oléagineux : le 17 février 2021
2019-2020 2020-2021[p] 2021-2022[p]
Superficie ensemencée (kha) 27 568 27 490 27 913
Superficie récoltée (kha) 26 242 26 419 26 811
Rendement (t/ha) 3,32 3,42 3,32
Production (kt) 87 125 90 444 89 035
Importations (kt) 2 957 2 426 2 612
Offre totale (kt) 104 606 106 171 102 346
Exportations (kt) 44 827 50 230 47 440
Utilisation intérieure totale (kt) 46 478 45 241 43 606
Stocks de fin de campagne (kt) 13 302 10 700 11 300
  • kha : milliers d'hectares
  • t/ha : tonnes par hectare
  • kt : milliers de tonnes métriques
  • p : prévisions d’AAC
  • Source : Statistique Canada et Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC)
Total des légumineuses et cultures spéciales : le 17 février 2021
2019-2020 2020-2021[p] 2021-2022[p]
Superficie ensemencée (kha) 3 911 4 000 4 025
Superficie récoltée (kha) 3 804 3 949 3 947
Rendement (t/ha) 1,99 2,16 2,03
Production (kt) 7 559 8 527 8 015
Importations (kt) 328 344 323
Offre totale (kt) 9 425 9 767 9 403
Exportations (kt) 7 217 7 300 7 005
Utilisation intérieure totale (kt) 1 312 1 402 1 358
Stocks de fin de campagne (kt) 896 1 065 1 040
  • kha : milliers d'hectares
  • t/ha : tonnes par hectare
  • kt : milliers de tonnes métriques
  • p : prévisions d’AAC
  • Source : Statistique Canada et Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC)
Ensemble des principales grandes cultures : le 17 février 2021
2019-2020 2020-2021[p] 2021-2022[p]
Superficie ensemencée (kha) 31 479 31 490 31 938
Superficie récoltée (kha) 30 046 30 368 30 758
Rendement (t/ha) 3,15 3,26 3,16
Production (kt) 94 685 98 971 97 050
Importations (kt) 3 286 2 770 2 935
Offre totale (kt) 114 031 115 938 111 749
Exportations (kt) 52 044 57 530 54 445
Utilisation intérieure totale (kt) 47 789 46 643 44 964
Stocks de fin de campagne (kt) 14 198 11 765 12 340
  • kha : milliers d'hectares
  • t/ha : tonnes par hectare
  • kt : milliers de tonnes métriques
  • p : prévisions d’AAC
  • Source : Statistique Canada et Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC)

Blé

Blé dur

En 2020-2021, Statistique Canada a fait état d’une production de blé dur de 6,57 Mt, soit une variation d’une année à l’autre de +31 % grâce à l’augmentation de la superficie ensemencée (+16 %) et de la superficie récoltée (+21 %), ainsi qu’à une hausse de 9 % des rendements à 2,85 tonnes par hectare, soit la deuxième plus élevée qui ait été enregistrée depuis 2016-2017. On estime l’offre globale à 7,3 Mt, soit 6 % de plus que l’an dernier et 2 % de plus que la moyenne des cinq dernières années.

La qualité moyenne du blé dur récolté est supérieure à celle de 2019-2020 et à celle de la moyenne quinquennale précédente. Selon l’analyse de l’enquête-échantillon effectuée par la Commission canadienne des grains le 6 janvier 2021, plus de 80 % du blé dur était des catégories 1 et 2. La teneur en protéines s’élevait en moyenne à 13,8 %, soit moins qu’en 2019-2020, mais un niveau égal à la moyenne quinquennale précédente.

Grâce à la vigueur de la demande internationale, en particulier de l’Europe et de l’Afrique du Nord, les exportations de blé dur continuent de se dérouler rapidement, les volumes de janvier dépassant ceux de 2019-2020 de 15 %. Les exportations prévues pour 2020-2021 ont été légèrement majorées par rapport au compte rendu de janvier, à 5,45 Mt, ce qui constituera un niveau record s’il est atteint. L’utilisation intérieure devrait atteindre 0,9 Mt en raison de l’utilisation accrue en alimentation humaine, tandis que les stocks en fin de campagne devraient s’établir à 0,9 Mt, soit le troisième niveau le plus bas depuis dix ans et 35 % de moins que les stocks moyens des cinq dernières années. L’utilisation intérieure et les stocks du mois comprennent les tout derniers chiffres sur l’offre et l’écoulement diffusés le 5 février par Statistique Canada.

Selon le Conseil international des céréales (CIC), l’offre mondiale devrait reculer cette année (-2 %), car la production accrue en Amérique du Nord est contrebalancée par des stocks mondiaux de début de campagne plus bas (-14 % d’une année à l’autre), auxquels viennent s’ajouter un mauvais approvisionnement et de mauvaises récoltes en Europe et en Afrique du Nord. L’utilisation devrait légèrement augmenter (+1 %) pour atteindre 35,5 Mt, alors que les stocks en fin de campagne devraient baisser pour s’établir à 13 % d’une année à l’autre, soit 7,7 Mt. Si ce scénario se réalise, il s’agira des quatrièmes stocks en fin de campagne les plus bas qui aient été enregistrés au cours des dix dernières années et de 17 % de moins que la moyenne des cinq dernières années.

Le prix moyen à la production du blé canadien de la campagne agricole applicable au blé dur ambré de l’Ouest canadien (CWAD) no 1 de la Saskatchewan, renfermant 13 % de protéines, devrait s’établir à 280 $/tonne (t), grâce à la vigueur continue de la demande et des prix internationaux.

En 2021-2022, l’offre globale devrait demeurer relativement stable (-1 %) puisque l’accroissement de 16 % de la superficie ensemencée est compensé par le resserrement des stocks en fin de campagne et le retour à des rendements moyens. Les exportations devraient atteindre 5 Mt, soit une diminution de 8 % d’une année à l’autre, en raison de la baisse de la demande internationale, en particulier de l’Europe. L’utilisation intérieure globale devrait demeurer relativement stable puisque la baisse de la consommation humaine est compensée par une augmentation de l’utilisation en alimentation animale, à mesure que la qualité globale retourne à des niveaux moyens. On prévoit que les stocks en fin de campagne atteindront 1,3 Mt, ce qui correspond à la moyenne quinquennale précédente.

L’offre de blé dur à l’échelle mondiale devrait augmenter en 2021-2022, grâce à la croissance de la superficie ensemencée et de la production en Europe et en Afrique du Nord. Les échanges commerciaux et l’utilisation à l’échelle mondiale devraient retourner aux niveaux moyens enregistrés avant la pandémie, sous réserve de toute perturbation causée par de nouveaux variants de la COVID-19 ou par une troisième vague.

On s’attend aussi à une baisse du prix moyen à la production du blé dur canadien de l’année par rapport à 2021-2022 en raison de la production accrue à l’échelle mondiale, au Canada et aux États-Unis.

Blé dur [a] : le 17 février 2021
2019-2020 2020-2021[p] 2021-2022[p]
Superficie ensemencée (kha) 1 980 2 302 2 430
Superficie récoltée (kha) 1 902 2 295 2 369
Rendement (t/ha) 2,62 2,86 2,66
Production (kt) 4 977 6 571 6 302
Importations (kt) [b] 96 30 25
Offre totale (kt) 6 906 7 338 7 277
Exportations (kt) [c] 5 268 5 450 5 000
Alimentation et utilisation industrielle (kt) [d] 216 230 215
Provendes, déchets et criblures (kt) 464 485 539
Utilisation intérieure totale (kt) 901 938 977
Stocks de fin de campagne (kt) 737 950 1 300
Prix moyen ($/t) 270 280 270
  • [a] La campagne agricole s'étend d'août à juillet sauf pour le maïs et le soja (septembre à août).
  • [b] Ne comprend pas les importations de produits dérivés.
  • [c] Comprend les exportations de produits du blé, du blé dur, de l'orge, de l'avoine et du seigle. Ne comprend pas les exportations de produits d'oléagineux.
  • [d] Les informations sur l'utilisation du soja à des fins industrielles et de l'alimentation humaine sont fondées sur les données provenant de la Canadian
  • Oilseed Processors Association. Les données sur le lin ne sont pas reflétées dans le total en raison de leur nature confidentielle.
  • [e] Utilisation intérieure est égal à Alimentation humaine et utilisation industrielle plus Provendes, déchets et criblures plus Semences
  • [g] Prix moyens de la campagne agricole : Blé (n°1 roux de printemps de l'Ouest canadien (CWRS), 13,5 % de protéines) et le blé dur (CWAD n°1, la protéine de 13 %), les deux prix correspondent aux prix moyens en espèces des producteurs de la Saskatchewan; orge (fourragère n°1 comptant à la ICE Futures Canada, en entrepôt à Lethbridge); maïs (EC n°2 comptant en entrepôt à Chatham); avoine (US lourde n°2 prochaine échéance au CBOT); seigle (OC n°1, en entrepôt à Saskatoon); canola (Can n°1 comptant à la ICE Futures Canada,
  • kha : milliers d'hectares
  • t/ha : tonnes par hectare
  • kt : milliers de tonnes métriques
  • $/t : dollars par tonne
  • p : prévisions d’AAC, exception faites de celles de Statistiques Canada sur la superficie, le rendement et la production pour 2020-2021
  • Source : Statistique Canada et Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC)

Blé (à l'exception du blé dur)

En 2020-2021, l’offre globale de blé canadien devrait se situer à 33,5 Mt. Selon Statistique Canada, la production de blé en 2020-2021 devrait atteindre 28,6 Mt, soit le deuxième niveau le plus élevé qui ait été enregistré depuis 2013-2014 et 14 % de plus que la moyenne des cinq dernières années.

La qualité moyenne du classement du blé CWRS récolté est supérieure à celle de 2019-2020 et devrait également être meilleure que la moyenne quinquennale précédente. Selon l’analyse de l’enquête-échantillon de la Commission canadienne des grains réalisée le 6 janvier 2021, plus de 80 % du blé CWRS faisaient partie des catégories 1 et 2, 8 % de la catégorie 3 et 8 % étaient destinés à l’alimentation animale. La teneur moyenne en protéines des catégories 1 et 2 était de 13,3 %, soit moins qu’en 2019-2020 (13,5 %) et également légèrement moins que la moyenne quinquennale précédente (13,4 %).

Les exportations devraient atteindre 21 Mt, soit 10 % de plus que l’an dernier et 18 % de plus que la moyenne des cinq dernières années en raison de la forte demande de la Chine. L’utilisation intérieure a été révisée à la hausse, à 7,6 Mt, en raison de l’utilisation en alimentation humaine plus élevée, tandis que les stocks en fin de campagne ont été révisés à la baisse, à 5,0 Mt. Les stocks et l’utilisation intérieure du mois courant intègrent les tout derniers chiffres sur l’offre et l’écoulement diffusés par Statistique Canada le 5 février.

Selon le département de l’Agriculture des États-Unis (USDA), les perspectives mondiales de ce mois-ci pour le blé sont des approvisionnements supérieurs, une consommation accrue, des exportations plus élevées et un resserrement continu des stocks. Comparativement au rapport WASDE de janvier, l’offre globale s’est accrue de 0,8 Mt pour se situer à 1 073,5 Mt en raison de la production plus élevée au Kazakhstan, qui compense les estimations de la production inférieure au Pakistan et en Argentine. Les échanges commerciaux ont été révisés à la hausse, à 194,8 Mt (+1,1 Mt), les prévisions d’exportations étant plus élevées pour l’Union européenne (UE), le Royaume-Uni et le Kazakhstan. Les demandes de la Chine continuent de demeurer fortes, grâce à des importations prévues qui sont révisées à la hausse, à 10 Mt.

La consommation mondiale devrait augmenter à 769,5 Mt (+9,8 Mt) à la suite de l’utilisation accrue de grains de provende et de résidus par la Chine, ainsi que de la plus grande utilisation pour la consommation humaine, pour les semences et par les industries en Inde. Les stocks en fin de campagne ont été réduits d’un autre 9 Mt, pour s’établir à 304,22 Mt, et c’est la Chine qui détient la plus grande part des stocks (51 %). En excluant la Chine, les stocks mondiaux en fin de campagne devraient atteindre 149,2 Mt, ce qui est relativement stable par rapport à 2019-2020.

Pour les États-Unis, l’offre prévue en janvier pour 2020-2021 reste la même que dans le rapport de janvier, à 81 Mt, soit 5 % de moins qu’en 2019-2020, en raison du recul de 5 % des stocks en début de campagne et de la production. On prévoit que les stocks en fin de campagne se situeront à 22,8 Mt, ce qui constitue une diminution de 19 % d’une année à l’autre.

Les prix moyens à la production du blé canadien de la campagne agricole applicable au blé roux de printemps de l’Ouest canadien (CWRS) no 1 de la Saskatchewan, renfermant 13,5 % de protéines, devraient atteindre 240 $/t, en hausse de 10 $/t par rapport au mois dernier, soutenus par des prix à terme à échéance rapprochée élevés et par le resserrement des stocks puisque la Chine maintient son comportement d’achat agressif. L’influence des autres marchés comprend les interruptions de travail en Argentine et l’incertitude entourant l’effet des taxes à l’exportation de la Russie.

En 2021-2022, la superficie ensemencée a été révisée à la baisse pour s’établir à 7,5 millions d’hectares (Mha), à mesure que la concurrence pour les terres s’accroît, et la vigueur soutenue du prix de la plupart des cultures devrait se poursuivre en 2021. En supposant des rendements moyens, la production devrait reculer de 8 % d’une année à l’autre, pour une offre totale de 31,5 Mt. Les exportations sont révisées à la baisse, à 19 Mt, en raison de l’incertitude attribuable au maintien du comportement d’achat agressif actuel de la Chine. L’utilisation intérieure est révisée à la baisse, à 7,5 Mt, et les prévisions des stocks en fin de campagne demeurent inchangées, soit 5 Mt.

Selon les prévisions sur cinq ans du CIC, on prévoit pour 2021-2022 une production, des stocks et des stocks en fin de campagne plus importants, soutenus par une production plus importante en Amérique du Sud et en Europe et par des stocks abondants en début de campagne en Chine. Le 12 janvier, l’USDA a fait savoir que la superficie ensemencée en blé d’automne, le principal type de blé cultivé aux États-Unis, était estimée à plus de 12,9 Mha, soit une hausse de 5 % par rapport à 2020 et de 2 % par rapport à 2018. En supposant des rendements moyens, l’offre de blé américain devrait augmenter de 3 % par rapport à 2020-2021.

Les prix moyens à la production du blé canadien de la présente campagne agricole devraient se situer à 235 $/t, mais subir des pressions à la baisse si les approvisionnements de blé projetés se concrétisent.

Blé (sauf le blé dur) [a] : le 17 février 2021
2019-2020 2020-2021[p] 2021-2022[p]
Superficie ensemencée (kha) 8 145 7 892 7 496
Superficie récoltée (kha) 7 754 7 723 7 346
Rendement (t/ha) 3,53 3,71 3,60
Production (kt) 27 371 28 616 26 446
Importations (kt) [b] 179 100 100
Offre totale (kt) 31 758 33 479 31 446
Exportations (kt) [c] 19 081 21 000 19 000
Alimentation et utilisation industrielle (kt) [d] 3 369 3 500 3 200
Provendes, déchets et criblures (kt) 3 727 3 262 3 469
Utilisation intérieure totale (kt) [e] 7 915 7 579 7 446
Stocks de fin de campagne (kt) 4 763 4 900 5 000
Prix moyen ($/t) [g] 225 240 235
  • [a] La campagne agricole s'étend d'août à juillet sauf pour le maïs et le soja (septembre à août).
  • [b] Ne comprend pas les importations de produits dérivés.
  • [c] Comprend les exportations de produits du blé, du blé dur, de l'orge, de l'avoine et du seigle. Ne comprend pas les exportations de produits d'oléagineux.
  • [d] Les informations sur l'utilisation du soja à des fins industrielles et de l'alimentation humaine sont fondées sur les données provenant de la Canadian Oilseed Processors Association. Les données sur le lin ne sont pas reflétées dans le total en raison de leur nature confidentielle
  • [e] Utilisation intérieure est égal à Alimentation humaine et utilisation industrielle plus Provendes, déchets et criblures plus Semences
  • [g] Prix moyens de la campagne agricole : blé roux de printemps de l'Ouest canadien (RPOC) n°1 (13,5 % de protéine) et blé dur ambré de l'Ouest canadien (DAOC) n°1 (13 %) , les deux sont en moyenne les prix au comptant de la Saskatchewan et de producteurs ne sont pas comparables à la CCB rendements du prix final au producteur pour les années précédentes;
  • kha : milliers d'hectares
  • t/ha : tonnes par hectare
  • kt : milliers de tonnes métriques
  • $/t : dollars par tonne
  • p : prévisions d’AAC, exception faites de celles de Statistiques Canada sur la superficie, le rendement et la production pour 2020-2021
  • Source : Statistique Canada et Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC)
Tous blés [a] : le 17 février 2021
2019-2020 2020-2021[p] 2021-2022[p]
Superficie ensemencée (kha) 10 125 10 194 9 926
Superficie récoltée (kha) 9 656 10 018 9 715
Rendement (t/ha) 3,35 3,51 3,37
Production (kt) 32 348 35 187 32 748
Importations (kt) [b] 275 130 125
Offre totale (kt) 38 664 40 816 38 723
Exportations (kt) [c] 24 349 26 450 24 000
Alimentation et utilisation industrielle (kt) [d] 3 585 3 730 3 415
Provendes, déchets et criblures (kt) 4 191 3 746 4 008
Utilisation intérieure totale (kt) [e] 8 816 8 516 8 423
Stocks de fin de campagne (kt) 5 499 5 850 6 300
  • [a] La campagne agricole s'étend d'août à juillet sauf pour le maïs et le soja (septembre à août).
  • [b] Ne comprend pas les importations de produits dérivés.
  • [c] Comprend les exportations de produits du blé, du blé dur, de l'orge, de l'avoine et du seigle. Ne comprend pas les exportations de produits d'oléagineux.
  • [d] Les informations sur l'utilisation du soja à des fins industrielles et de l'alimentation humaine sont fondées sur les données provenant de la Canadian Oilseed Processors Association. Les données sur le lin ne sont pas reflétées dans le total en raison de leur nature confidentielle.
  • [e] Utilisation intérieure est égal à Alimentation humaine et utilisation industrielle plus Provendes, déchets et criblures plus Semences
  • kha : milliers d'hectares
  • t/ha : tonnes par hectare
  • kt : milliers de tonnes métriques
  • $/t : dollars par tonne
  • p : prévisions d’AAC, exception faites de celles de Statistiques Canada sur la superficie, le rendement et la production pour 2020-2021
  • Source : Statistique Canada et Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC)

Céréales secondaires

Orge

En 2020-2021, l’offre globale d’orge au Canada a atteint son plus haut sommet en dix ans, soit 11,8 Mt, grâce à une bonne production, malgré le bas niveau des stocks en début de campagne.

Statistique Canada a fait savoir que les exportations totales d’orge pour la période allant d’août à décembre 2020 se sont accrues de 45 % par rapport à la même période un an plus tôt, ce qui comprend une hausse de 62 % des exportations de grains d’orge brut et une diminution de 5 % des exportations de produits d’orge. Pour toute la campagne agricole, les exportations totales devraient atteindre 3,6 Mt, soit 18 % de plus que l’an dernier et le niveau le plus élevé depuis 2008.

L’utilisation intérieure globale s’est accrue de 6 % pour la période allant d’août à décembre 2020, surtout en raison de la hausse de 6 % du volume de l’utilisation en alimentation animale, des résidus et des impuretés, malgré une baisse de l’utilisation en alimentation humaine et de l’utilisation industrielle, selon Statistique Canada. Pour toute la campagne agricole, l’utilisation intérieure totale devrait augmenter de 2 %, sous l’impulsion de l’utilisation en alimentation animale. On s’attend à une certaine reprise de l’utilisation industrielle, mais celle-ci sera inférieure au niveau de 2018-2019.

Les stocks en fin de campagne pour toute la campagne agricole devraient afficher un bas niveau record, en raison de la vigueur des exportations et de l’utilisation intérieure en alimentation animale, malgré un bon approvisionnement.

Le prix moyen de l’orge de provende en 2020-2021 devrait grimper de 10 % par rapport à 2019-2020 pour atteindre 255 $/t en raison des fortes demandes d’exportation et de l’utilisation intérieure, ainsi que des prix favorables du maïs.

La demande mondiale d’orge pendant la campagne agricole actuelle a été révisée à la hausse, de près de 1,0 Mt, dans la mise à jour de février de l’USDA du rapport sur les estimations de l’offre et de la demande mondiale en agriculture (World Agricultural Supply and Demand Estimates ou WASDE). Cette révision à la hausse tenait surtout compte d’une augmentation de 1,3 Mt de l’estimation de la consommation chinoise, qui a entraîné une hausse tout aussi importante des importations de la Chine. Comparativement à l’an dernier, la demande mondiale devrait croître de plus de 3,0 Mt. Parallèlement à une moins grande expansion de la production, les stocks mondiaux en fin de campagne devraient légèrement diminuer, au lieu d’augmenter comme indiqué dans la mise à jour de janvier.

En 2021-2022, la superficie ensemencée en orge au Canada devrait s’accroître de 4 % pour atteindre 3,2 Mha, en raison des bons prix et du niveau des stocks historiquement bas en début de campagne. La superficie récoltée devrait augmenter de 1 % et les rendements devraient diminuer de 3 %, par rapport aux moyennes quinquennales précédentes, ce qui donne une baisse de 1 % des prévisions de la production. L’offre devrait reculer de 3 % par rapport à l’année précédente, pour s’établir à 11,4 Mt, mais toujours enregistrer le deuxième niveau record depuis 2010. L’utilisation intérieure devrait diminuer en raison de l’utilisation réduite en alimentation animale. Les exportations devraient être inférieures à celles de l’an dernier, mais toujours être vigoureuses puisque les achats faits par les principaux importateurs d’orge au Canada devraient demeurer élevés. En outre, une offre intérieure abondante soutient les exportations. Les stocks en fin de campagne devraient augmenter grâce à l’offre amplement suffisante et à une réduction des exportations et de l'utilisation intérieure.

Le prix moyen de l’orge destinée à l’alimentation animale en 2021-2022 devrait légèrement diminuer parce qu’on prévoit des stocks accrus en fin de campagne, en raison de la baisse de la demande.

Orge [a] : le 17 février 2021
2019-2020 2020-2021[p] 2021-2022[p]
Superficie ensemencée (kha) 2 996 3 060 3 190
Superficie récoltée (kha) 2 728 2 809 2 848
Rendement (t/ha) 3,81 3,82 3,73
Production (kt) 10 383 10 741 10 615
Importations (kt) [b] 63 60 60
Offre totale (kt) 11 308 11 757 11 375
Exportations (kt) [c] 3 054 3 600 3 500
Alimentation et utilisation industrielle (kt) [d] 277 298 318
Provendes, déchets et criblures (kt) 6 759 6 889 6 407
Utilisation intérieure totale (kt) [e] 7 298 7 457 6 975
Stocks de fin de campagne (kt) 957 700 900
Prix moyen ($/t) [g] 232 255 250
  • [a] La campagne agricole s'étend d'août à juillet sauf pour le maïs et le soja (septembre à août).
  • [b] Ne comprend pas les importations de produits dérivés
  • [c] Comprend les exportations de produits du blé, du blé dur, de l'orge, de l'avoine et du seigle. Ne comprend pas les exportations de produits d'oléagineux.
  • [d] Les informations sur l'utilisation du soja à des fins industrielles et de l'alimentation humaine sont fondées sur les données provenant de la Canadian Oilseed Processors Association. Les données sur le lin ne sont pas reflétées dans le total en raison de leur nature confidentielle.
  • [e] Utilisation intérieure est égal à Alimentation humaine et utilisation industrielle plus Provendes, déchets et criblures plus Semences
  • [g] Prix moyens de la campagne agricole : orge (fourragère n°1 comptant à la ICE Futures Canada, en entrepôt à Lethbridge);
  • kha : milliers d'hectares
  • t/ha : tonnes par hectare
  • kt : milliers de tonnes métriques
  • $/t : dollars par tonne
  • p : prévisions d’AAC, exception faites de celles de Statistiques Canada sur la superficie, le rendement et la production pour 2020-2021
  • Source : Statistique Canada et Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC)

Maïs

En 2020-2021, l’offre globale de maïs au Canada devrait augmenter de 1 % par rapport à l’an dernier, pour se situer à 17,8 Mt, soit le troisième niveau le plus élevé qui ait été enregistré à ce jour, qui est le résultat combiné d’une nette augmentation des stocks en début de campagne, d’une légère augmentation de la production et d’une diminution des importations prévues.

Statistique Canada a indiqué que les importations de maïs pour la période allant de septembre à décembre 2020 avaient diminué de 4 % par rapport à la même période en 2019, tandis que les exportations ont presque quadruplé, mais qu’elles étaient tout de même inférieures au niveau des exportations en 2018 et 2017. La quantité destinée à l’alimentation humaine et à l’utilisation industrielle s’est accrue de 2 % et 1 % respectivement par rapport à la même période en 2019 et 2018. La quantité destinée à l’alimentation animale, de résidus et d’impuretés a diminué de 1 %, mais elle est toujours 22 % plus élevée que la moyenne quinquennale précédente. Les stocks au 31 décembre étaient de 3 % supérieurs à ceux d’il y a un an, surtout grâce à l’augmentation de 5 % des stocks en Ontario.

Pour toute la campagne agricole, les importations de maïs devraient être inférieures à celles de la dernière campagne agricole, soit 1,7 Mt, en raison des bonnes réserves intérieures de grains de provende. Les exportations canadiennes de maïs devraient augmenter à 1,4 Mt, contre 677 milliers de tonnes (Kt) l’an dernier, essentiellement en raison des prévisions d’exportations accrues vers l’UE. L’utilisation intérieure devrait reculer de 1 % pour totaliser 14,1 Mt à la suite de la baisse de l’utilisation en alimentation animale. Les stocks en fin de campagne devraient chuter de 10 % pour s’établir à 2,3 Mt par rapport au niveau record de l’an dernier.

Le prix moyen du maïs de Chatham en 2020-2021 devrait augmenter de 10 % et s’établir à 215 $/t, soutenu par des prix du maïs plus élevés aux États-Unis.

L’USDA a révisé à la hausse les prévisions sur les exportations de maïs aux États-Unis pour la campagne agricole en cours de 50 millions de boisseaux. Les stocks de maïs en fin de campagne aux États-Unis ont diminué tout autant pour atteindre leur niveau le plus bas en sept ans. Le prix moyen à la production, pondéré sur l’année de commercialisation, a été établi à 4,30 $ US le boisseau, après une révision à la hausse de 0,10 $ US le boisseau, ce qui donne une augmentation de 0,74 $ US le boisseau par rapport à l’an dernier.

La demande mondiale a été révisée à la baisse de 2,5 Mt, ce qui comprend une révision à la hausse de 2,0 Mt pour la Chine et une révision à la baisse de 2,5 Mt pour l’UE. Les stocks mondiaux en fin de campagne ont été révisés à la hausse, mais se situent toujours au niveau le plus bas en six ans.

En 2021-2022, la superficie ensemencée en maïs au Canada devrait diminuer de 3 % par rapport à 2019-2020 pour s’établir à 1,4 Mha, car une partie de cette superficie devrait être délaissée au profit des oléagineux. La production devrait diminuer de 2 % pour totaliser 13,3 Mt, selon les prévisions de superficie réduite récoltée, et les importations devraient augmenter en conséquence. L’offre devrait diminuer de 2 % par rapport à 2020-2021, surtout en raison des niveaux plus bas des stocks en début de campagne et de la baisse de production. Les exportations devraient demeurer stables. L’utilisation intérieure devrait diminuer en raison de la réduction de l’utilisation en alimentation animale. Les stocks en fin de campagne devraient chuter de 4 % pour s’établir à 2,2 Mt.

Le prix moyen du maïs en 2021-2022 devrait baisser de 2 % puisque la hausse prévue du prix du maïs aux États-Unis est plus que compensée par l’appréciation du dollar canadien.

Maïs [a] : le 17 février 2021
2019-2020 2020-2021[p] 2021-2022[p]
Superficie ensemencée (kha) 1 496 1 440 1 400
Superficie récoltée (kha) 1 451 1 402 1 362
Rendement (t/ha) 9,24 9,67 9,77
Production (kt) 13 404 13 563 13 308
Importations (kt) [b] 2 184 1 700 1 800
Offre totale (kt) 17 568 17 823 17 408
Exportations (kt) [c] 677 1 400 1 400
Alimentation et utilisation industrielle (kt) [d] 5 303 5 300 5 300
Provendes, déchets et criblures (kt) 9 012 8 808 8 492
Utilisation intérieure totale (kt) [e] 14 331 14 123 13 808
Stocks de fin de campagne (kt) 2 560 2 300 2 200
Prix moyen ($/t) [g] 195 215 210
  • [a] La campagne agricole s'étend d'août à juillet sauf pour le maïs et le soja (septembre à août).
  • [b] Ne comprend pas les importations de produits dérivés
  • [c] Comprend les exportations de produits du blé, du blé dur, de l'orge, de l'avoine et du seigle. Ne comprend pas les exportations de produits d'oléagineux.
  • [d] Les informations sur l'utilisation du soja à des fins industrielles et de l'alimentation humaine sont fondées sur les données provenant de la Canadian Oilseed Processors Association. Les données sur le lin ne sont pas reflétées dans le total en raison de leur nature confidentielle.
  • [e] Utilisation intérieure est égal à Alimentation humaine et utilisation industrielle plus Provendes, déchets et criblures plus Semences
  • [g] Prix moyens de la campagne agricole : maïs (EC n°2 comptant en entrepôt à Chatham).
  • kha : milliers d'hectares
  • t/ha : tonnes par hectare
  • kt : milliers de tonnes métriques
  • $/t : dollars par tonne
  • p : prévisions d’AAC, exception faites de celles de Statistiques Canada sur la superficie, le rendement et la production pour 2020-2021
  • Source : Statistique Canada et Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC)

Avoine

En 2020-2021, l’offre globale d’avoine au Canada s’est accrue de 8 %, pour atteindre 5,0 Mt, soit le troisième niveau le plus élevé qui ait été enregistré à ce jour, en raison de l’amélioration de la production et des stocks plus élevés en début de campagne.

Statistique Canada a indiqué que les exportations totales d’avoine pour la période allant d’août à décembre 2020 se sont accrues de 25 % par rapport à la même période l’an dernier, ce qui comprend un bond de 26 % des exportations de grain d’avoine et une augmentation de 21 % des exportations de produits d’avoine. Pour toute la campagne agricole, les exportations totales devraient atteindre 2,8 Mt, soit 7 % de plus que l’an dernier et le deuxième niveau record enregistré.

L’utilisation intérieure globale s’est accrue de 10 % pendant la période allant d’août à décembre 2020, surtout en raison de l’augmentation de 15 % du volume de l’utilisation en alimentation animale, des résidus et des impuretés, malgré une baisse de l’utilisation en alimentation humaine. Pour toute la campagne agricole, l’utilisation intérieure globale devrait croître de 7 %, grâce à la vigueur de l’utilisation en alimentation animale.

Les stocks en fin de campagne pour toute la campagne agricole devraient être limités, en raison de la vigueur des exportations et de l’utilisation intérieure en alimentation animale, malgré un bon approvisionnement.

Pour la campagne agricole jusqu’à maintenant, le prix au comptant moyen de l’avoine dans les provinces des Prairies s’est accru de 1 %, 6 % et 1 % pour Alberta, la Saskatchewan et le Manitoba respectivement, et les tendances à la hausse devraient se maintenir pendant le reste de la campagne agricole. Les prix à terme de l’avoine à la Chicago Board of Trade (CBOT) en 2020-2021 devraient légèrement augmenter par rapport à l’an dernier, pour atteindre 275 $/t, ce qui est le deuxième niveau record enregistré, sous l’impulsion de la demande élevée en Amérique du Nord et des prix vigoureux des autres cultures, malgré un approvisionnement abondant en Amérique du Nord et dans les grands pays exportateurs du monde entier.

En 2021-2022, la superficie ensemencée en avoine au Canada devrait diminuer de 3 %, et se situer autour de 1,5 Mha, en raison de la forte concurrence exercée par les autres cultures, malgré les bons prix et le resserrement des stocks. La production devrait diminuer de 7 % pour s’établir à 4,2 Mt, en raison du rétrécissement prévu de la superficie récoltée et du rendement qui reposent sur les moyennes quinquennales précédentes. L’offre devrait chuter de 5 % pour atteindre 4,8 Mt, surtout parce que la plus faible production fera plus que compenser l’augmentation des stocks en début de campagne. L’utilisation intérieure devrait réduire en raison de la diminution de l’utilisation en alimentation animale. Les exportations devraient fléchir, car on s’attend à une augmentation de l’approvisionnement mondial et à une appréciation du dollar canadien. Les stocks en fin de campagne devraient augmenter en raison de la diminution de l’utilisation globale, malgré un approvisionnement moins élevé.

Le prix moyen de l’avoine en 2021-2022 devrait diminuer en raison de la demande plus faible prévue.

Avoine [a] : le 17 février 2021
2019-2020 2020-2021[p] 2021-2022[p]
Superficie ensemencée (kha) 1 459 1 554 1 500
Superficie récoltée (kha) 1 171 1 245 1 220
Rendement (t/ha) 3,61 3,62 3,48
Production (kt) 4 227 4 576 4 240
Importations (kt) [b] 13 14 15
Offre totale (kt) 4 637 5 015 4 755
Exportations (kt) [c] 2 615 2 800 2 500
Alimentation et utilisation industrielle (kt) [d] 143 140 140
Provendes, déchets et criblures (kt) 1 324 1 450 1 414
Utilisation intérieure totale (kt) [e] 1 597 1 715 1 555
Stocks de fin de campagne (kt) 426 500 700
Prix moyen ($/t) [g] 274 275 270
  • [a] La campagne agricole s'étend d'août à juillet sauf pour le maïs et le soja (septembre à août).
  • [b] Ne comprend pas les importations de produits dérivés.
  • [c] Comprend les exportations de produits du blé, du blé dur, de l'orge, de l'avoine et du seigle. Ne comprend pas les exportations de produits d'oléagineux.
  • [d] Les informations sur l'utilisation du soja à des fins industrielles et de l'alimentation humaine sont fondées sur les données provenant de la Canadian Oilseed Processors Association. Les données sur le lin ne sont pas reflétées dans le total en raison de leur nature confidentielle.
  • [e] Utilisation intérieure est égal à Alimentation humaine et utilisation industrielle plus Provendes, déchets et criblures plus Semences
  • [g] Prix moyens de la campagne agricole : avoine (États-Unis lourde n°2 prochaine échéance au Chicago Board of Trade (CBoT)
  • kha : milliers d'hectares
  • t/ha : tonnes par hectare
  • kt : milliers de tonnes métriques
  • $/t : dollars par tonne
  • p : prévisions d’AAC, exception faites de celles de Statistiques Canada sur la superficie, le rendement et la production pour 2020-2021
  • Source : Statistique Canada et Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC)

Seigle

En 2020-2021, l’offre globale de seigle au Canada a grimpé de 37 % par rapport à l’an dernier pour s’établir à 530 Kt, ce qui constitue un sommet depuis 2006.

Statistique Canada a indiqué que les exportations canadiennes de seigle pour la période allant d’août à décembre 2020 ont diminué de 8 % comparativement à la même période l’an dernier, tandis que l’utilisation intérieure s’est accrue de 35 %, ce qui est le reflet du bond de 42 % de l’utilisation en alimentation animale.

Pour toute la campagne agricole, les exportations devraient chuter de 15 %, pour s’établir à 140 Kt, selon le rythme actuel des exportations. L’utilisation intérieure en alimentation animale devrait augmenter considérablement en raison des prix relativement bas et des bons approvisionnements. Les stocks en fin de campagne devraient être nettement plus élevés en raison des offres record. Les prix du seigle devraient chuter de 17 % par rapport à 2019-2020 en raison des stocks abondants au Canada, aux États-Unis et dans le monde.

En 2021-2022, la superficie ensemencée en seigle d’automne au Canada a augmenté pour s’établir à 240 milliers d’hectares (Kha), contre 237 Kha l’an dernier. C’est aussi la plus grande superficie depuis 2006-2007, qui, si elle est combinée à la tendance à l’accroissement du rendement, pourrait donner de nouveaux records de production et d’offre globale, le dernier record remontant à trente ans. Les exportations devraient demeurer identiques à celles de l’année précédente. L’utilisation intérieure devrait croître en raison de l’offre abondante et de l’augmentation attendue de l’utilisation en alimentation animale. Les stocks en fin de campagne devraient augmenter grâce à l’offre abondante. Le prix moyen du seigle en 2021-2022 devrait baisser en raison de l’offre accrue prévue.

Seigle [a] : le 17 février 2021
2019-2020 2020-2021[p] 2021-2022[p]
Superficie ensemencée (kha) 175 237 240
Superficie récoltée (kha) 103 146 159
Rendement (t/ha) 3,25 3,34 3,21
Production (kt) 333 488 510
Importations (kt) [b] 3 2 2
Offre totale (kt) 386 530 612
Exportations (kt) [c] 165 140 140
Alimentation et utilisation industrielle (kt) [d] 19 24 24
Provendes  déchets et criblures (kt) 140 245 297
Utilisation intérieure totale (kt) [e] 180 289 321
Stocks de fin de campagne (kt) 40 100 150
Prix moyen ($/t) [g] 210 175 170
  • [a] La campagne agricole s'étend d'août à juillet sauf pour le maïs et le soja (septembre à août).
  • [b] Ne comprend pas les importations de produits dérivés.
  • [c] Comprend les exportations de produits du blé, du blé dur, de l'orge, de l'avoine et du seigle. Ne comprend pas les exportations de produits d'oléagineux.
  • [d] Les informations sur l'utilisation du soja à des fins industrielles et de l'alimentation humaine sont fondées sur les données provenant de la Canadian Oilseed Processors Association. Les données sur le lin ne sont pas reflétées dans le total en raison de leur nature confidentielle.
  • [e] Utilisation intérieure est égal à Alimentation humaine et utilisation industrielle plus Provendes, déchets et criblures plus Semences
  • [g] Prix moyens de la campagne agricole : Seigle (OC n°1 en entrepôt à Saskatoon)
  • kha : milliers d'hectares
  • t/ha : tonnes par hectare
  • kt : milliers de tonnes métriques
  • $/t : dollars par tonne
  • p : prévisions d’AAC, exception faites de celles de Statistiques Canada sur la superficie, le rendement et la production pour 2020-2021
  • Source : Statistique Canada et Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC)
Céréales mélangées [a] : le 17 février 2021
2019-2020 2020-2021[p] 2021-2022[p]
Superficie ensemencée (kha) 145 166 148
Superficie récoltée (kha) 68 67 69
Rendement (t/ha) 2,84 3,49 2,74
Production (kt) 192 233 188
Importations (kt) [b] 0 0 0
Offre totale (kt) 192 233 188
Exportations (kt) [c] 0 0 0
Alimentation et utilisation industrielle (kt) [d] 0 0 0
Provendes, déchets et criblures (kt) 192 233 188
Utilisation intérieure totale (kt) [e] 192 233 188
Stocks de fin de campagne (kt) 0 0 0
  • [a] La campagne agricole s'étend d'août à juillet sauf pour le maïs et le soja (septembre à août).
  • [b] Ne comprend pas les importations de produits dérivés.
  • [c] Comprend les exportations de produits du blé, du blé dur, de l'orge, de l'avoine et du seigle. Ne comprend pas les exportations de produits d'oléagineux.
  • [d] Les informations sur l'utilisation du soja à des fins industrielles et de l'alimentation humaine sont fondées sur les données provenant de la Canadian Oilseed Processors Association. Les données sur le lin ne sont pas reflétées dans le total en raison de leur nature confidentielle.
  • [e] Utilisation intérieure est égal à Alimentation humaine et utilisation industrielle plus Provendes, déchets et criblures plus Semences
  • kha : milliers d'hectares
  • t/ha : tonnes par hectare
  • kt : milliers de tonnes métriques
  • p : prévisions d’AAC, exception faites de celles de Statistiques Canada sur la superficie, le rendement et la production pour 2020-2021
  • Source : Statistique Canada et Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC)
Total des céréales secondaires : le 17 février 2021
2019-2020 2020-2021[p] 2021-2022[p]
Superficie ensemencée (kha) 6 271 6 457 6 477
Superficie récoltée (kha) 5 520 5 669 5 657
Rendement (t/ha) 5,17 5,22 5,10
Production (kt) 28 539 29 601 28 862
Importations (kt) [b] 2 264 1 776 1 877
Offre totale (kt) 34 091 35 358 34 338
Exportations (kt) [c] 6 510 7 940 7 540
Alimentation et utilisation industrielle (kt) [d] 5 743 5 762 5 782
Provendes, déchets et criblures (kt) 17 427 17 624 16 799
Utilisation intérieure totale (kt) [e] 23 598 23 818 22 848
Stocks de fin de campagne (kt) 3 982 3 600 3 950
  • [b] Ne comprend pas les importations de produits dérivés.
  • [c] Comprend les exportations de produits du blé, du blé dur, de l'orge, de l'avoine et du seigle. Ne comprend pas les exportations de produits d'oléagineux.
  • [d] Les informations sur l'utilisation du soja à des fins industrielles et de l'alimentation humaine sont fondées sur les données provenant de la Canadian Oilseed Processors Association. Les données sur le lin ne sont pas reflétées dans le total en raison de leur nature confidentielle.
  • [e] Utilisation intérieure est égal à Alimentation humaine et utilisation industrielle plus Provendes, déchets et criblures plus Semences
  • kha : milliers d'hectares
  • t/ha : tonnes par hectare
  • kt : milliers de tonnes métriques
  • p : prévisions d’AAC, exception faites de celles de Statistiques Canada sur la superficie, le rendement et la production pour 2020-2021
  • Source : Statistique Canada et Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC)

Oléagineux

Canola

En 2020-2021, la situation du canola s’est considérablement resserrée comparativement à l’an dernier et on estime que les réserves ont diminué de 9 %, pour totaliser 22,0 Mt, à la suite de la chute de 29 % des stocks en début de campagne et de la baisse de 5 % de la production. Ces estimations sont étayées par le rapport sur les stocks au 31 décembre de Statistique Canada qui fait état d’une chute de 24 % des stocks de canola par rapport à la même période l’an dernier, à 12,1 Mt. La demande de canola canadien demeure forte, soutenue par les prix mondiaux nettement plus élevés des oléagineux, des huiles végétales et des tourteaux de protéines, eux-mêmes soutenus par la vigueur des achats de la Chine qui est en train de reconstituer son cheptel porcin.

Les exportations canadiennes devraient augmenter de 8,5 % par rapport à l’an dernier pour atteindre 10,9 Mt, soit un deuxième niveau record enregistré. La trituration à l’échelle nationale devrait s’accroître d’environ 1 % et s’établir à 10,2 Mt grâce à la forte demande mondiale d’huiles végétales et de tourteaux de protéines. Les stocks en fin de campagne devraient nettement diminuer, de 78 % à 0,7 Mt, pour un ratio des stocks-utilisation très serré de 3 % comparativement à 15 % l’an dernier et à 14 % selon la moyenne quinquennale. Les prix du canola, en moyenne simple, à la livraison au port de Vancouver, sont estimés à 655 $/t, ce qui dépasse le record précédent de 650 $/t établi en 2012-2013.

En 2021-2022, la superficie ensemencée au Canada devrait augmenter de 4 % pour s’établir à 8,8 Mha, car les producteurs entendent accroître les superficies ensemencées en canola au détriment du blé, du fourrage et de la jachère. Selon les prévisions, la superficie récoltée devrait atteindre 8,7 Mha, tandis que les rendements devraient être de 2,32 tonnes par hectare (t/ha), ce qui constitue une amélioration par rapport au 2,25 t/ha enregistrés en 2020-2021. La production devrait augmenter de 8 % pour atteindre 20,2 Mt, le troisième niveau le plus élevé qui ait été enregistré à ce jour. L’offre globale devrait reculer pour totaliser 21 Mt, car le net recul des stocks en début de campagne fait plus que compenser la hausse de production.

Les exportations devraient baisser de 5 % pour s’établir à 10,4 Mt, car le resserrement de l’offre intérieure limite la capacité du Canada de répondre à la forte demande mondiale d’huiles végétales et de tourteaux de protéines. Les volumes de trituration devraient diminuer, à 9,7 Mt, tandis que les stocks en fin de campagne devraient demeurer inchangés, à un niveau très serré de 0,7 Mt, ce qui donne un ratio de stocks-utilisation de 3 %. Les prix du canola à la livraison au port de Vancouver devraient atteindre 600 $/t, en raison de la détente attendue des prix du soja aux États-Unis.

Canola [a] : le 17 février 2021
2019-2020 2020-2021[p] 2021-2022[p]
Superficie ensemencée 8 481 8 410 8 750
Superficie récoltée 8 456 8 320 8 698
Rendement (t/ha) 2,32 2,25 2,32
Production (kt) 19 607 18 720 20 150
Importations (kt) [b] 155 100 100
Offre totale (kt) 24 197 21 950 20 950
Exportations (kt) [c] 10 042 10 900 10 400
Alimentation et utilisation industrielle (kt) [d] 10 129 10 200 9 700
Provendes, déchets et criblures (kt) 834 90 99
Utilisation intérieure totale (kt) [e] 11 025 10 350 9 850
Stocks de fin de campagne (kt) 3 131 700 700
Prix moyen ($/t) [g] 484 655 600
  • [a] La campagne agricole s'étend d'août à juillet sauf pour le maïs et le soja (septembre à août).
  • [b] Ne comprend pas les importations de produits dérivés.
  • [c] Comprend les exportations de produits du blé, du blé dur, de l'orge, de l'avoine et du seigle. Ne comprend pas les exportations de produits d'oléagineux.
  • [d] Les informations sur l'utilisation du soja à des fins industrielles et de l'alimentation humaine sont fondées sur les données provenant de la Canadian Oilseed Processors Association. Les données sur le lin ne sont pas reflétées dans le total en raison de leur nature confidentielle.
  • [e] Utilisation intérieure est égal à Alimentation humaine et utilisation industrielle plus Provendes, déchets et criblures plus Semences
  • [g] Prix moyens de la campagne agricole : canola (Can n°1 comptant à la ICE Futures Canada en entrepôt à Vancouver)
  • kha : milliers d'hectares
  • t/ha : tonnes par hectare
  • kt : milliers de tonnes métriques
  • $/t : dollars par tonne
  • p : prévisions d’AAC, exception faites de celles de Statistiques Canada sur la superficie, le rendement et la production pour 2020-2021
  • Source : Statistique Canada et Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC)

Graine de lin

En 2020-2021, on estime que les stocks augmenteront de 17 % et totaliseront 0,66 Mt, contre 0,57 Mt l’an dernier, en raison de la plus grande production et des stocks légèrement plus élevés en début de campagne. Les exportations devraient croître d’environ 55 % pour s’établir à 0,54 Mt en raison de l’importance des achats européens, car le fournisseur habituel de l’UE, le Kazakhstan, a plutôt choisi d’approvisionner la Chine. L’utilisation intérieure globale devrait chuter de 54 % pour s’établir à 71 700 tonnes, en raison des taux de résidus et d’impuretés nettement plus bas dans le grain de provende. Les stocks en fin de campagne devraient diminuer de 21 % et se situer à 0,05 Mt, tandis que les prix des graines de lin devraient augmenter considérablement pour atteindre 680 $/t, contre 518 $/t en 2019-2020 et une moyenne quinquennale de 477 $/t.

En 2021-2022, la superficie ensemencée en graines de lin au Canada devrait augmenter de 22 % et atteindre un sommet de six ans, soit 0,46 Mha, grâce à l’envolée des prix de 31 % en 2020-2021. La variation de la superficie ensemencée en graines de lin devrait être limitée par des facteurs agronomiques, comme la faible humidité du sol au printemps et la concurrence exercée par les autres cultures, notamment les lentilles. La production de graines de lin devrait totaliser 0,68 Mt, en supposant une perte de superficie de 2 % avant la récolte et un rendement moyen quinquennal de 1,5 t/ha. L’offre globale devrait augmenter de 11 % pour atteindre 0,74 Mt puisque la diminution des stocks en début de campagne tempère l’augmentation prévue de la production.

Les exportations devraient diminuer de 7 % par rapport à 2020-2021, pour totaliser 0,50 Mt, en raison d’une consommation plus forte en Chine, en Europe et aux États-Unis. L’utilisation intérieure globale devrait grimper de 53 % pour atteindre 0,11 Mt, étant donné l’augmentation de l’utilisation en alimentation animale, des résidus et des impuretés. Les stocks en fin de campagne devraient faire un bond de 150 % pour atteindre 0,13 Mt. Les prix des graines de lin devraient chuter de 19 % pour s’établir à 550 $/t pour 2021-2022.

Graine de lin [a] : le 17 février 2021
2019-2020 2020-2021[p] 2021-2022[p]
Superficie ensemencée (kha) 379 377 460
Superficie récoltée (kha) 339 371 449
Rendement (t/ha) 1,43 1,56 1,50
Production (kt) 486 578 675
Importations (kt) [b] 22 20 10
Offre totale (kt) 568 662 735
Exportations (kt) [c] 350 540 500
Alimentation et utilisation industrielle (kt) [d] S/O S/O S/O
Provendes, déchets et criblures (kt) 138 52 90
Utilisation intérieure totale (kt) [e] 155 72 110
Stocks de fin de campagne (kt) 64 50 125
Prix moyen ($/t) [g] 518 680 550
  • [a] La campagne agricole s'étend d'août à juillet sauf pour le maïs et le soja (septembre à août).
  • [b] Ne comprend pas les importations de produits dérivés
  • [c] Comprend les exportations de produits du blé, du blé dur, de l'orge, de l'avoine et du seigle. Ne comprend pas les exportations de produits d'oléagineux.
  • [d] Les informations sur l'utilisation du soja à des fins industrielles et de l'alimentation humaine sont fondées sur les données provenant de la Canadian Oilseed Processors Association. Les données sur le lin ne sont pas reflétées dans le total en raison de leur nature confidentielle.
  • [e] Utilisation intérieure est égal à Alimentation humaine et utilisation industrielle plus Provendes, déchets et criblures plus Semences
  • [g] Prix moyens de la campagne agricole : lin (Ouest canadien n°1 comptant à la ICE Futures Canada en entrepôt à Saskatoon)
  • kha : milliers d'hectares
  • t/ha : tonnes par hectare
  • kt : milliers de tonnes métriques
  • $/t : dollars par tonne
  • s/o : sans objet
  • p : prévisions d’AAC, exception faites de celles de Statistiques Canada sur la superficie, le rendement et la production pour 2020-2021
  • Source : Statistique Canada et Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC)

Soja

En 2020-2021, on estime que les approvisionnements intérieurs de soja ont grimpé de 4 % par rapport à l’an dernier, totalisant 7,4 Mt, contre 7,1 Mt l’an dernier, à la suite d’une légère hausse des stocks en début de campagne et d’une augmentation de la production de 3 %, ou 0,2 Mt. Statistique Canada estime que les stocks canadiens au 31 décembre sont de 3,7 Mt contre 4,1 Mt à la même date en 2019. Il estime également que les importations de soja ont légèrement augmenté pour atteindre 0,4 Mt pendant la campagne agricole actuelle, contre 0,24 Mt en 2019-2020.

De plus, il estime que les exportations canadiennes de soja ont grimpé de 23 % pour atteindre 4,4 Mt pendant la présente campagne agricole, soutenues par la forte demande mondiale et les réserves intérieures plus élevées. Le volume de soja transformé au Canada devrait s’accroître de 9 % par rapport à l’an dernier et se situer autour du niveau normal historique de 1,9 Mt, sous l’impulsion des fortes marges dégagées par les activités de trituration et de la vigoureuse demande d’huiles végétales. Selon les estimations, les prix du soja devraient grimper de 37 % pour atteindre 575 $/t, par rapport à des prix moyens de 420 $/t en 2019-2020.

Les facteurs à surveiller pour le reste de la campagne agricole sont :

  1. la vigueur des achats chinois;
  2. la production en Amérique du Sud;
  3. le rythme des expéditions brésiliennes;
  4. les importations américaines possibles de soja du Brésil;
  5. les intentions d’ensemencement aux États-Unis pour 2021-2022.

En 2021-2022, la superficie ensemencée au Canada devrait croître de 12 % pour totaliser 2,3 Mha, grâce au soutien des prix élevés, mais les gains de superficie seront limités par les préoccupations liées à la faible humidité du sol, par la courte saison de croissance dans l’Ouest canadien et par les prix attrayants des cultures concurrentes. En supposant des rendements semblables à ceux de la moyenne quinquennale précédente, la production devrait atteindre 6,6 Mt, contre 6,4 Mt en 2020-2021 et 6,1 Mt en 2019-2020.

L’offre globale devrait augmenter à 7,6 Mt, car la croissance de la production et les importations légèrement plus élevées font plus que compenser la baisse estimée des stocks en début de campagne. Les exportations devraient s’améliorer de 14 % pour atteindre 5,0 Mt, avec des expéditions vers divers pays. La transformation intérieure du soja devrait être stable, à 1,9 Mt. Les stocks en fin de campagne devraient baisser pour s’établir à 0,23 Mt, comparativement aux volumes estimés de 0,50 Mt en 2020-2021 et de 0,57 Mt pour la moyenne quinquennale.

Les prix du soja devraient chuter de 75 $/t pour s’établir à 500 $/t en raison de la baisse des prix aux États-Unis.

Soja : le 17 février 2021
2019-2020 2020-2021[p] 2021-2022[p]
Superficie ensemencée (kha) 2 313 2 052 2 300
Superficie récoltée (kha) 2 271 2 041 2 292
Rendement (t/ha) 2,71 3,12 2,88
Production (kt) 6 145 6 359 6 600
Importations (kt) [b] 242 400 500
Offre totale (kt) 7 087 7 385 7 600
Exportations (kt) [c] 3 576 4 400 5 000
Alimentation et utilisation industrielle (kt) [d] 1 742 1 900 1 900
Provendes, déchets et criblures (kt) 930 385 275
Utilisation intérieure totale (kt) [e] 2 885 2 485 2 375
Stocks de fin de campagne (kt) 626 500 225
Prix moyen ($/t) [g] 419 575 500
  • [a] La campagne agricole s'étend d'août à juillet sauf pour le maïs et le soja (septembre à août).
  • [b] Ne comprend pas les importations de produits dérivés
  • [c] Comprend les exportations de produits du blé, du blé dur, de l'orge, de l'avoine et du seigle. Ne comprend pas les exportations de produits d'oléagineux.
  • [d] Les informations sur l'utilisation du soja à des fins industrielles et de l'alimentation humaine sont fondées sur les données provenant de la Canadian Oilseed Processors Association. Les données sur le lin ne sont pas reflétées dans le total en raison de leur nature confidentielle.
  • [e] Utilisation intérieure est égal à Alimentation humaine et utilisation industrielle plus Provendes, déchets et criblures plus Semences
  • [g] Prix moyens de la campagne agricole : soja (n°2 en entrepôt à Chatham)
  • kha : milliers d'hectares
  • t/ha : tonnes par hectare
  • kt : milliers de tonnes métriques
  • $/t : dollars par tonne
  • p : prévisions d’AAC, exception faites de celles de Statistiques Canada sur la superficie, le rendement et la production pour 2020-2021
  • Source : Statistique Canada et Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC)
Total des oléagineux : le 17 février 2021
2019-2020 2020-2021[p] 2021-2022[p]
Superficie ensemencée (kha) 11 172 10 839 11 510
Superficie récoltée (kha) 11 066 10 732 11 438
Rendement (t/ha) 2,37 2,39 2,40
Production (kt) 26 239 25 656 27 425
Importations (kt) [b] 419 520 610
Offre totale (kt) 31 852 29 997 29 285
Exportations (kt) [c] 13 968 15 840 15 900
Alimentation et utilisation industrielle (kt) [d] 11 871 12 100 11 600
Provendes, déchets et criblures (kt) 1 903 526 464
Utilisation intérieure totale (kt) [e] 14 064 12 907 12 335
Stocks de fin de campagne (kt) 3 820 1 250 1 050
  • [b] Ne comprend pas les importations de produits dérivés
  • [c] Comprend les exportations de produits du blé, du blé dur, de l'orge, de l'avoine et du seigle. Ne comprend pas les exportations de produits d'oléagineux.
  • [d] Les informations sur l'utilisation du soja à des fins industrielles et de l'alimentation humaine sont fondées sur les données provenant de la Canadian Oilseed Processors Association. Les données sur le lin ne sont pas reflétées dans le total en raison de leur nature confidentielle.
  • [e] Utilisation intérieure est égal à Alimentation humaine et utilisation industrielle plus Provendes, déchets et criblures plus Semences
  • kha : milliers d'hectares
  • t/ha : tonnes per hectare
  • kt : milliers de tonnes métriques
  • $/t : dollars par tonne
  • p : prévisions d’AAC, exception faites de celles de Statistiques Canada sur la superficie, le rendement et la production pour 2020-2021
  • Source : Statistique Canada et Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC)
Total des céréales et oléagineux : le 17 février 2021
2019-2020 2020-2021[p] 2021-2022[p]
Superficie ensemencée (kha) 27 568 27 490 27 913
Superficie récoltée (kha) 26 242 26 419 26 811
Rendement (t/ha) 3,32 3,42 3,32
Production (kt) 87 125 90 444 89 035
Importations (kt) [b] 2 957 2 426 2 612
Offre totale (kt) 104 606 106 171 102 346
Exportations (kt) [c] 44 827 50 230 47 440
Utilisation intérieure totale (kt) [e] 46 478 45 241 43 606
Stocks de fin de campagne (kt) 13 302 10 700 11 300
  • [b] Ne comprend pas les importations de produits dérivés
  • [c] Comprend les exportations de produits du blé, du blé dur, de l'orge, de l'avoine et du seigle. Ne comprend pas les exportations de produits d'oléagineux.
  • [d] Les informations sur l'utilisation du soja à des fins industrielles et de l'alimentation humaine sont fondées sur les données provenant de la Canadian Oilseed Processors Association. Les données sur le lin ne sont pas reflétées dans le total en raison de leur nature confidentielle.
  • [e] Utilisation intérieure est égal à Alimentation humaine et utilisation industrielle plus Provendes, déchets et criblures plus Semences
  • kha : milliers d'hectares
  • t/ha : tonnes par hectare
  • kt : milliers de tonnes métriques
  • $/t : dollars par tonne
  • p : prévisions d’AAC, exception faites de celles de Statistiques Canada sur la superficie, le rendement et la production pour 2020-2021
  • Source : Statistique Canada et Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC)

Légumineuses et cultures spéciales

Pois secs

En 2020-2021, les exportations devraient augmenter pour atteindre 3,8 Mt, surtout grâce aux exportations plus élevées à destination de la Chine et du Bangladesh. Les stocks en fin de campagne devraient augmenter, étant donné l’approvisionnement plus important. Le prix moyen devrait être plus élevé que les niveaux de 2019-2020, les meilleurs prix des pois jaunes et des pois fourragers compensant les prix inférieurs des pois verts.

Durant le mois de janvier, le prix à la ferme des pois jaunes en Saskatchewan a augmenté de 15 $/t, tandis que celui des pois verts a baissé de 20 $/t. Cette situation est surtout attribuable à la demande d’exportation élevée, malgré des données indiquant que la superficie ensemencée en légumineuses d’hiver en Inde devrait être plus grande que l’année dernière. Le prix des pois verts devrait conserver une prime de 5 $/t sur les pois jaunes, comparativement à la prime de 115 $/t des pois verts sur les pois jaunes en 2019-2020.

Selon l’USDA, la production américaine de pois secs avoisine 1,0 Mt, ce qui constitue une légère diminution par rapport à 2019-2020. Cette baisse découle surtout de la réduction de la superficie ensemencée et du rendement supérieur à la moyenne. Les exportations de pois secs canadiens vers les États-Unis devraient être inférieures au rythme de l’an dernier et se situer à un peu plus de 0,1 Mt en 2020-2021.

En 2021-2022, la superficie ensemencée devrait légèrement augmenter comparativement à 2020-2021, pour totaliser 1,75 Mha grâce au bon rendement attendu des types de pois jaunes quand on les compare à d’autres cultures. La production devrait diminuer de 4,4 Mt, mais l’offre devrait légèrement reculer par rapport à 2020-2021 en raison de la baisse de la production. On s’attend à des exportations légèrement inférieures à celles de 2020-2021. Les stocks en fin de campagne devraient baisser. Le prix moyen devrait être plus bas qu’en 2020-2021 en raison des prix inférieurs des pois secs jaunes et de l’offre mondiale plus élevée.

Pois secs [a] : le 17 février 2021
2019-2020 2020-2021[p] 2021-2022[p]
Superficie ensemencée (kha) 1 753 1 722 1 750
Superficie récoltée (kha) 1 711 1 685 1 715
Rendement (t/ha) 2,48 2,73 2,57
Production (kt) 4 237 4 594 4 400
Importations (kt) [b] 82 95 90
Offre totale (kt) 4 631 4 922 4 790
Exportations (kt) (b) 3 708 3 800 3 700
Utilisation intérieure totale (kt) (c) 689 822 840
Stocks de fin de campagne (kt) 233 300 250
Ratio stocks-utilisation 0 0 0
Prix moyen (d) 265 330 300
  • [a] Campagne agricole d'août à juillet. Comprend les légumineuses (pois sec, lentille, haricot sec, pois chiche) et les cultures spéciales (graine de moutarde, graine à canaris et graine de tournesol).
  • [b] Les produits sont exclus.
  • [c] Comprend l'alimentation humaine et animale, les semences, les déchets et les criblures. L'utilisation intérieure totale est calculée sur une base résiduelle.
  • [d] Prix au producteur franco à bord (FAB) : usine Moyenne - tous types grades et marchés confondus.
  • kha : milliers d'hectares
  • t/ha : tonnes par hectare
  • kt : milliers de tonnes métriques
  • $/t : dollars par tonne
  • p : prévisions d’AAC, exception faites de celles de Statistiques Canada sur la superficie, le rendement et la production pour 2020-2021
  • Source : Statistique Canada et Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC)

Lentilles

En 2020-2021, les exportations devraient diminuer pour s’établir à 2,7 Mt, malgré une forte demande d’importation de la Turquie et des Émirats arabes unis (EAU). Étant donné l’approvisionnement plus faible et malgré une diminution des exportations, les stocks en fin de campagne devraient chuter, ce qui continuera de soutenir les prix des lentilles no 1 en 2020-2021.

Au cours du mois de janvier, le prix à la ferme des grosses lentilles vertes en Saskatchewan n’a pas changé, tandis que celui des lentilles rouges s’est accru de 25 $/t. Les prix étaient soutenus tout au long de la campagne par une demande d’exportation élevée et une offre mondiale plus faible. Les prix des grosses lentilles vertes no 1 devraient conserver une prime de 150 $/t par rapport aux prix des lentilles rouges no 1, comparativement à une prime de 105 $/t en 2019-2020.

En 2020-2021, la production de lentilles aux États-Unis, surtout des lentilles vertes, est estimée à 336 Kt, ce qui représente une hausse de 40 % par rapport à 2019-2020. Le Canada est un exportateur mineur à destination des États-Unis. Les exportations de lentilles canadiennes vers les États-Unis devraient être semblables à celles de 2019-2020, soit 60 Kt.

En 2021-2022, la superficie ensemencée au Canada devrait légèrement diminuer, pour s’établir à 1,7 Mha, grâce à de bonnes perspectives de rendement comparativement à d’autres cultures. La production devrait diminuer de 6 %, pour s’établir à 2,7 Mt. On s’attend à ce que l’offre baisse de 2,9 Mt en raison de la diminution des stocks de début de campagne. Les exportations devraient être inférieures à celles de 2020-2021, pour s’établir à 2,5 Mt. Les stocks en fin de campagne devraient être semblables à ceux de l’an dernier. Le prix global des lentilles devrait diminuer par rapport à 2020-2021 en raison de la hausse de l’offre mondiale et des stocks mondiaux plus élevés en fin de campagne.

Lentilles [a] : le 17 février 2021
2019-2020 2020-2021[p] 2021-2022[p]
Superficie ensemencée (kha) 1 530 1 713 1 700
Superficie récoltée (kha) 1 489 1 705 1 675
Rendement (t/ha) 1,60 1,68 1,61
Production (kt) 2 382 2 868 2 700
Importations (kt) [b] 90 100 75
Offre totale (kt) 3 327 3 177 2 925
Exportations (kt) (b) 2 733 2 700 2 500
Utilisation intérieure totale (kt) (c) 385 327 275
Stocks de fin de campagne (kt) 209 150 150
Ratio stocks-utilisation 0 0 0
Prix moyen (d) 485 600 585
  • [a] Campagne agricole d'août à juillet. Comprend les légumineuses (pois sec  lentille, haricot sec, pois chiche) et les cultures spéciales (graine de moutarde, graine à canaris et graine de tournesol).
  • [b] Les produits sont exclus.
  • [c] Comprend l'alimentation humaine et animale, les semences, les déchets et les criblures. L'utilisation intérieure totale est calculée sur une base résiduelle.
  • [d] Prix au producteur franco à bord (FAB) : usine Moyenne - tous types grades et marchés confondus.
  • kha : milliers d'hectares
  • t/ha : tonnes par hectare
  • kt : milliers de tonnes métriques
  • $/t : dollars par tonne
  • p : prévisions d’AAC, exception faites de celles de Statistiques Canada sur la superficie, le rendement et la production pour 2020-2021
  • Source : Statistique Canada et Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC)

Haricots secs

En 2020-2021, on prévoit que les exportations seront légèrement supérieures à celles de l’an dernier. L’UE et les États-Unis demeurent les principaux marchés d’exportation. Les stocks en fin de campagne devraient également grimper par rapport à 2020-2021 en raison de l’offre record. Le prix moyen des haricots secs canadiens devrait diminuer, étant donné l’offre plus importante en Amérique du Nord. Jusqu’à maintenant, les prix des petits haricots ronds blancs canadiens sont 15 % moins élevés, ceux des haricots pinto sont 20 % moins élevés et ceux des haricots noirs sont 5 % plus élevés que l’an dernier.

Selon l’USDA, la production globale de haricots secs aux États-Unis (à l’exception des pois chiches) s’élèverait à un volume record de 1,5 Mt, en hausse de 60 % par rapport à 2020-2021. La production de haricots secs aux États-Unis s’est accrue pour tous les types de haricots, à l’exception de celle des haricots canneberges qui a légèrement diminué. Cette baisse, tout comme la vigueur du dollar canadien, devrait continuer d’exercer des pressions sur les prix des haricots secs canadiens en 2020-2021.

En 2021-2022, la superficie ensemencée devrait diminuer, étant donné les perspectives de rendement moins favorables que d’autres cultures, particulièrement le soja. La production devrait chuter à 0,36 Mt en raison de la diminution prévue de la superficie et des rendements. L’offre devrait légèrement diminuer, malgré le niveau plus élevé des stocks en début de campagne. Les exportations devraient être inférieures à celles de 2020-2021 et les stocks en fin de campagne devraient s’accroître. Le prix moyen des haricots secs canadiens devrait baisser puisqu’on s’attend à une offre nord-américaine semblable et au maintien de la vigueur du dollar canadien par rapport au dollar américain.

Haricots secs [a] : le 17 février 2021
2019-2020 2020-2021[p] 2021-2022[p]
Superficie ensemencée (kha) 160 185 160
Superficie récoltée (kha) 150 183 154
Rendement (t/ha) 2,11 2,68 2,31
Production (kt) 317 490 355
Importations (kt) [b] 75 70 75
Offre totale (kt) 442 585 575
Exportations (kt) (b) 361 385 365
Utilisation intérieure totale (kt) (c) 56 55 55
Stocks de fin de campagne (kt) 25 145 155
Ratio stocks-utilisation 0 0 0
Prix moyen (d) 985 860 825
  • [a] Campagne agricole d'août à juillet. Comprend les légumineuses (pois sec, lentille, haricot sec, pois chiche) et les cultures spéciales (graine de moutarde, graine à canaris et graine de tournesol).
  • [b] Les produits sont exclus.
  • [c] Comprend l'alimentation humaine et animale, les semences, les déchets et les criblures. L'utilisation intérieure totale est calculée sur une base résiduelle.
  • [d] Prix au producteur franco à bord (FAB) : usine Moyenne - tous types grades et marchés confondus.
  • kha : milliers d'hectares
  • t/ha : tonnes par hectare
  • kt : milliers de tonnes métriques
  • $/t : dollars par tonne
  • p : prévisions d’AAC, exception faites de celles de Statistiques Canada sur la superficie, le rendement et la production pour 2020-2021
  • Source : Statistique Canada et Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC)

Pois chiches

En 2020-2021, les exportations devraient être plus élevées qu’en 2019-2020, le Pakistan et les États-Unis étant les principaux marchés. Les stocks en fin de campagne devraient s’accroître. Le prix moyen devrait grimper en raison de la plus forte demande mondiale et de l’offre mondiale moins élevée.

Selon les estimations de l’USDA, la production de pois chiches aux États-Unis devrait atteindre 194 Kt, soit 32 % de moins qu’en 2019-2020, en raison d’une importante diminution de la superficie. Les exportations canadiennes de pois chiches à destination des États-Unis devraient être similaires à celles de l’année dernière, soit 30 Kt.

En 2021-2022, la superficie ensemencée devrait considérablement diminuer par rapport à 2020-2021, surtout en raison des perspectives de rendement inférieures à celles d’autres cultures. Par conséquent, la production devrait chuter pour atteindre 170 Kt. Toutefois, l’offre devrait augmenter par rapport à l’an dernier grâce aux stocks de début de campagne plus élevés. On s’attend à des exportations plus élevées que l’an dernier et les stocks en fin de campagne devraient toujours augmenter. Le prix moyen devrait être inférieur à celui de l’an dernier.

Pois chiches [a] : le 17 février 2021
2019-2020 2020-2021[p] 2021-2022[p]
Superficie ensemencée (kha) 159 121 100
Superficie récoltée (kha) 156 120 97
Rendement (t/ha) 1,61 1,79 1,75
Production (kt) 252 214 170
Importations (kt) [b] 48 45 50
Offre totale (kt) 440 509 535
Exportations (kt) (b) 105 110 125
Utilisation intérieure totale (kt) (c) 85 84 85
Stocks de fin de campagne (kt) 250 315 325
Ratio stocks-utilisation 1 2 2
Prix moyen (d) 490 600 545
  • [a] Campagne agricole d'août à juillet. Comprend les légumineuses (pois sec, lentille, haricot sec, pois chiche) et les cultures spéciales (graine de moutarde, graine à canaris et graine de tournesol).
  • [b] Les produits sont exclus.
  • [c] Comprend l'alimentation humaine et animale, les semences, les déchets et les criblures. L'utilisation intérieure totale est calculée sur une base résiduelle.
  • [d] Prix au producteur franco à bord (FAB) : usine Moyenne - tous types grades et marchés confondus.
  • kha : milliers d'hectares
  •  t/ha : tonnes par hectare
  • kt : milliers de tonnes métriques
  • $/t : dollars par tonne
  • p : prévisions d’AAC, exception faites de celles de Statistiques Canada sur la superficie, le rendement et la production pour 2020-2021
  • Source : Statistique Canada et Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC)

Graines de moutarde

En 2020-2021, les exportations devraient être inférieures à celles de l’an dernier, pour se situer à 110 Kt, mais les stocks en fin de campagne devraient se contracter. Les États-Unis et l’UE représentent 78 % des exportations totales du Canada à ce jour de graines de moutarde. Le prix moyen devrait grimper, grâce aux stocks en fin de campagne attendus plus serrés au Canada et aux États-Unis.

En 2021-2022, la superficie ensemencée devrait augmenter considérablement et la production devrait s’accroître pour s’établir à 145 Kt, grâce à une plus grande superficie. L’offre devrait être légèrement supérieure à celle de l’an dernier puisque les stocks en fin de campagne devraient être moins élevés. On s’attend à des exportations plus élevées et les stocks en fin de campagne devraient encore diminuer. Le prix moyen devrait légèrement baisser par rapport à 2020-2021, mais demeurer supérieur au prix quinquennal moyen.

Graines de moutarde [a] : le 17 février 2021
2019-2020 2020-2021[p] 2021-2022[p]
Superficie ensemencée (kha) 161 104 160
Superficie récoltée (kha) 155 101 155
Rendement (t/ha) 0,87 0,98 0,94
Production (kt) 135 99 145
Importations (kt) [b] 7 7 8
Offre totale (kt) 214 166 168
Exportations (kt) (b) 112 110 115
Utilisation intérieure totale (kt) (c) 42 41 43
Stocks de fin de campagne (kt) 61 15 10
Ratio stocks-utilisation 0 0 0
Prix moyen (d) 700 825 800
  • [a] Campagne agricole d'août à juillet. Comprend les légumineuses (pois sec, lentille, haricot sec, pois chiche) et les cultures spéciales (graine de moutarde, graine à canaris et graine de tournesol).
  • [b] Les produits sont exclus.
  • [c] Comprend l'alimentation humaine et animale, les semences, les déchets et les criblures. L'utilisation intérieure totale est calculée sur une base résiduelle.
  • [d] Prix au producteur franco à bord (FAB) : usine Moyenne - tous types grades et marchés confondus.
  • kha : milliers d'hectares
  • t/ha : tonnes par hectare
  • kt : milliers de tonnes métriques
  • $/t : dollars par tonne
  • p : prévisions d’AAC, exception faites de celles de Statistiques Canada sur la superficie, le rendement et la production pour 2020-2021
  • Source : Statistique Canada et Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC)

Graines à canaris

En 2020-2021, on prévoit que les exportations seront inférieures à celles de l’an dernier. L’UE et le Mexique représentent actuellement 55 % du marché des exportations globales de graines à canaris canadiennes. Les stocks en fin de campagne ne devraient pas changer. Le prix moyen devrait augmenter pour atteindre une moyenne de 650 $/t, contre 630 $/t en 2019-2020.

En 2021-2022, la superficie ensemencée devrait légèrement augmenter, étant donné les rendements plus élevés que d’autres cultures. La production devrait être supérieure à celle de l’an dernier grâce à l’accroissement de la superficie ensemencée et à des rendements similaires. L’offre devrait être plus élevée et s’établir à 185 Kt. On s’attend à ce que les exportations soient plus élevées et que les stocks en fin de campagne demeurent serrés. Le prix moyen devrait être plus bas qu’en 2020-2021.

Graines à canaris [a] : le 17 février 2021
2019-2020 2020-2021[p] 2021-2022[p]
Superficie ensemencée (kha) 118 111 120
Superficie récoltée (kha) 115 110 117
Rendement (t/ha) 1,52 1,46 1,45
Production (kt) 175 161 170
Importations (kt) [b] 0 0 0
Offre totale (kt) 186 176 185
Exportations (kt) (b) 161 150 160
Utilisation intérieure totale (kt) (c) 10 11 10
Stocks de fin de campagne (kt) 15 15 15
Ratio stocks-utilisation 0 0 0
Prix moyen (d) 630 650 615
  • [a] Campagne agricole d'août à juillet. Comprend les légumineuses (pois sec, lentille, haricot sec, pois chiche) et les cultures spéciales (graine de moutarde, graine à canaris et graine de tournesol).
  • [b] Les produits sont exclus.
  • [c] Comprend l'alimentation humaine et animale, les semences, les déchets et les criblures. L'utilisation intérieure totale est calculée sur une base résiduelle.
  • [d] Prix au producteur franco à bord (FAB) : usine Moyenne - tous types grades et marchés confondus.
  • kha : milliers d'hectares
  • t/ha : tonnes par hectare
  • kt : milliers de tonnes métriques
  • $/t : dollars par tonne
  • p : prévisions d’AAC, exception faites de celles de Statistiques Canada sur la superficie, le rendement et la production pour 2020-2021
  • Source : Statistique Canada et Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC)

Graines de tournesol

En 2020-2021, les exportations devraient être plus élevées que l’an dernier, mais les stocks en fin de campagne devraient grimper. Les États-Unis sont le principal débouché des exportations de graines de tournesol canadiennes et représentent 95 % des exportations totales du Canada. Le prix moyen devrait diminuer par rapport à 2019-2020, étant donné la baisse des prix des oléagineux qui est attribuable à la plus grande offre de graines de tournesol nord-américaines.

Selon les estimations de l’USDA, la production de graines de tournesol aux États-Unis a chuté de 53 % pour atteindre 1,35 Mt. On estime que la récolte américaine de graines de tournesol est constituée d’environ 1,2 Mt de tournesol de type oléagineux, soit un taux plus élevé que l’an dernier. Aux États-Unis, la production de graines de tournesol de type confiserie était plus élevée cette année et s’établissait à 166 Kt.

L’USDA estime que l’offre mondiale de graines de tournesol se situe à 55 Mt, soit 9 % de moins que l’an dernier, ce qui est surtout attribuable à la baisse de la production en Ukraine et en Russie. Par conséquent, les exportations mondiales devraient se resserrer de 21 %, tandis que l’utilisation intérieure globale devrait chuter pour se situer à 51 Mt. Les stocks mondiaux en fin de campagne devraient se contracter à 1,8 Mt et ils soutiennent les prix mondiaux des graines de tournesol.

En 2021-2022, la superficie ensemencée devrait être moins grande qu’en 2020-2021 en raison d’une rentabilité attendue moins intéressante que celle des autres légumineuses. La production devrait diminuer pour atteindre 75 Kt. L’offre devrait légèrement baisser, malgré le niveau plus élevé des stocks en début de campagne. Les exportations devraient être inférieures à celles de l’année précédente, mais les stocks en fin de campagne devraient être à la hausse. Le prix moyen au Canada devrait être plus élevé qu’en 2020-2021 puisque les prix des variétés utilisées en confiserie demeurent semblables, tandis que ceux des variétés de type oléagineux devraient légèrement augmenter.

Graines de tournesol [a] : le 17 février 2021
2019-2020 2020-2021[p] 2021-2022[p]
Superficie ensemencée (kha) 31 45 35
Superficie récoltée (kha) 29 45 34
Rendement (t/ha) 2,18 2,25 2,21
Production (kt) 63 101 75
Importations (kt) [b] 26 27 25
Offre totale (kt) 186 232 225
Exportations (kt) (b) 37 45 40
Utilisation intérieure totale (kt) (c) 45 62 50
Stocks de fin de campagne (kt) 103 125 135
Ratio stocks-utilisation 1 1 2
Prix moyen (d) 620 570 585
  • [a] Campagne agricole d'août à juillet. Comprend les légumineuses (pois sec, lentille, haricot sec, pois chiche) et les cultures spéciales (graine de moutarde, graine à canaris et graine de tournesol).
  • [b] Les produits sont exclus.
  • [c] Comprend l'alimentation humaine et animale, les semences, les déchets et les criblures. L'utilisation intérieure totale est calculée sur une base résiduelle.
  • [d] Prix au producteur franco à bord (FAB) : usine Moyenne - tous types grades et marchés confondus.
  • kha : milliers d'hectares
  • t/ha : tonnes par hectare
  • kt : milliers de tonnes métriques
  • $/t : dollars par tonne
  • p : prévisions d’AAC, exception faites de celles de Statistiques Canada sur la superficie, le rendement et la production pour 2020-2021
  • Source : Statistique Canada et Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC)
Total des légumineuses et cultures spéciales [a] : le 17 février 2021
2019-2020 2020-2021[p] 2021-2022[p]
Superficie ensemencée (kha) 3 911 4 000 4 025
Superficie récoltée (kha) 3 804 3 949 3 947
Rendement (t/ha) 1,99 2,16 2,03
Production (kt) 7 559 8 527 8 015
Importations (kt) [b] 328 344 323
Offre totale (kt) 9 425 9 767 9 403
Exportations (kt) (b) 7 217 7 300 7 005
Utilisation intérieure totale (kt) (c) 1 312 1 402 1 358
Stocks de fin de campagne (kt) 896 1 065 1 040
  • [a] Campagne agricole d'août à juillet. Comprend les légumineuses (pois sec, lentille, haricot sec, pois chiche) et les cultures spéciales (graine de moutarde, graine à canaris et graine de tournesol).
  • [b] Les produits sont exclus.
  • [c] Comprend l'alimentation humaine et animale, les semences, les déchets et les criblures. L'utilisation intérieure totale est calculée sur une base résiduelle.
  • [d] Prix au producteur franco à bord (FAB) : usine Moyenne - tous types grades et marchés confondus.
  • kha : milliers d'hectares
  • t/ha : tonnes par hectare
  • kt : milliers de tonnes métriques
  • $/t : dollars par tonne
  • p : prévision d'AAC et Statistique Canada.
  • Source : Statistique Canada et Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC)

Données historiques

On peut obtenir des données historiques sur les principales grandes cultures sous forme de tableur électronique en adressant un courriel à aafc.bulletin.aac@canada.ca. Veuillez préciser les cultures, les campagnes agricoles et le format de fichier préféré.

Signaler un problème sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :
Date de modification :