Sélection de la langue

Recherche

Canada : perspectives des principales grandes cultures, 2021-01-25

Canada : perspectives des principales grandes cultures (Version PDF, 732 Ko)

Données historiques

Le présent document est une mise à jour des perspectives des grandes cultures publiées en décembre par Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC) pour la campagne agricole 2020-2021 et présente un aperçu préliminaire de la campagne agricole 2021-2022 à venir. Les campagnes agricoles de la majorité des cultures au Canada commencent le 1er août et se terminent le 31 juillet, mais celles du maïs et du soja s’échelonnent du 1er septembre au 31 août.

En 2020-2021, les perspectives tiennent compte des résultats de l’Enquête sur les grandes cultures de novembre de Statistique Canada qui ont été publiés le 3 décembre 2020. Ce sont les estimations finales de la production de 2020 basées sur l’Enquête et elles remplacent les estimations découlant de modélisations qui avaient été publiées par Statistique Canada le 14 septembre 2020.

L’offre globale de grain devrait augmenter et s’établir à 116,0 millions de tonnes (Mt) d’après la production record des cultures. Les exportations globales devraient augmenter considérablement, soit de 9 % pour atteindre 57,4 Mt, et seront soutenues essentiellement par une baisse attendue de 6 % des stocks totaux en fin de campagne qui devraient se situer à 13,4 Mt. Les prix des grains au Canada devraient continuer d’être soutenus par la valeur relativement faible et attendue du dollar canadien et par une forte demande mondiale.

En 2021-2022, la superficie ensemencée en grandes cultures au Canada devrait augmenter légèrement comparativement à 2020-2021, car les augmentations des superficies de blé (surtout du blé dur), d’oléagineux, de légumineuses et de cultures spéciales devraient contrebalancer les diminutions des superficies de céréales secondaires. Dans l’ensemble, les rendements moyens devraient être plus bas qu’en 2020-2021 en supposant le retour à des rendements normaux. Les productions de grains, d’oléagineux, de légumineuses et de cultures spéciales devraient diminuer légèrement, et se traduire par une baisse de la production globale attendue des grandes cultures, estimée à 96,3 Mt. En général, les prix devraient demeurer relativement forts, mais être plus bas que leurs niveaux actuels, car une augmentation de la production mondiale est anticipée.

Les perspectives économiques pour les marchés des grains mondiaux et canadiens devraient continuer d’être impactées par l’incertitude liée à la COVID-19 qui règne au pays et à l’étranger. Les prochaines données sur les cultures de Statistique Canada seront publiées le 5 février 2021, moment où les données sur les stocks de grains au 31 décembre 2020 seront rendues publiques.

Total des céréales et oléagineux : le 25 janvier 2021
2019-2020 2020-2021[p] 2021-2022[p]
Superficie ensemencée (kha) 27 568 27 490 27 764
Superficie récoltée (kha) 26 242 26 419 26 612
Rendement (t/ha) 3,32 3,42 3,31
Production (kt) 87 125 90 444 88 184
Importations (kt) 2 957 2 416 2 812
Offre totale (kt) 104 611 106 256 103 146
Exportations (kt) 45 077 50 000 47 930
Utilisation intérieure totale (kt) 46 138 44 106 43 766
Stocks de fin de campagne (kt) 13 397 12 150 11 450
  • kha : milliers d'hectares
  • t/ha : tonnes par hectare
  • kt : milliers de tonnes métriques
  • p : prévisions d’AAC
  • Source : Statistique Canada et Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC)
Total des légumineuses et cultures spéciales : le 25 janvier 2021
2019-2020 2020-2021[p] 2021-2022[p]
Superficie ensemencée (kha) 3 911 4 000 4 125
Superficie récoltée (kha) 3 804 3 949 4 047
Rendement (t/ha) 1,99 2,16 2,02
Production (kt) 7 559 8 527 8 165
Importations (kt) 327 333 313
Offre totale (kt) 9 424 9 757 9 748
Exportations (kt) 7 418 7 380 7 205
Utilisation intérieure totale (kt) 1 109 1 107 1 173
Stocks de fin de campagne (kt) 897 1 270 1 370
  • kha : milliers d'hectares
  • t/ha : tonnes par hectare
  • kt : milliers de tonnes métriques
  • p : prévisions d’AAC
  • Source : Statistique Canada et Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC)
Ensemble des principales grandes cultures : le 25 janvier 2021
2019-2020 2020-2021[p] 2021-2022[p]
Superficie ensemencée (kha) 31 479 31 490 31 889
Superficie récoltée (kha) 30 046 30 368 30 659
Rendement (t/ha) 3,15 3,26 3,14
Production (kt) 94 685 98 971 96 349
Importations (kt) 3 284 2 749 3 125
Offre totale (kt) 114 036 116 013 112 894
Exportations (kt) 52 495 57 380 55 135
Utilisation intérieure totale (kt) 47 247 45 213 44 939
Stocks de fin de campagne (kt) 14 294 13 420 12 820
  • kha : milliers d'hectares
  • t/ha : tonnes par hectare
  • kt : milliers de tonnes métriques
  • p : prévisions d’AAC
  • Source : Statistique Canada et Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC)

Blé

Blé dur

En 2020-2021, la production canadienne de blé dur a augmenté de 32 % par rapport à 2019-2020 pour s’établir à 6,57 millions de tonnes (Mt). Cela est attribuable à l’augmentation des superficies ensemencées et récoltées et à une amélioration des rendements de 5 %. L’offre globale est estimée à 7,3 Mt, soit 6 % de plus que l’an dernier et 2 % de plus que les offres moyennes des cinq dernières années.

Les exportations se déroulent bien jusqu’à maintenant et devraient atteindre un volume record de 5,4 Mt. Les exportations continuent d’être soutenues par les offres internationales limitées et par les fortes demandes de l’Europe et de l’Afrique du Nord. L’utilisation intérieure devrait atteindre 1 Mt en raison de l’utilisation accrue en alimentation humaine, tandis que les stocks en fin de campagne devraient totaliser 0,9 Mt, ce qui représente une hausse par rapport à 2019-2020, mais une baisse de 35 % par rapport à la moyenne quinquennale précédente.

L’USDA prévoit que la production américaine de blé dur augmentera de 28 % pour s’établir à 2,5 Mt, poussant l’offre globale à 5,6 Mt, soit 2 % de plus que l’an dernier, mais un niveau égal à la moyenne quinquennale précédente. L’utilisation intérieure devrait augmenter de 41 % pour atteindre 3,4 Mt, compte tenu de l’accroissement des utilisations en alimentation humaine et pour les semences. Les exportations et les stocks en fin de campagne devraient tous les deux chuter de 29 % pour atteindre des volumes avoisinant 1,1 Mt.

Selon le Conseil international des céréales (CIC), l’offre mondiale devrait reculer de 2 % cette année, car la production accrue en Amérique du Nord est contrebalancée par des stocks mondiaux plus bas en début de campagne et par des productions limitées en Europe et en Afrique du Nord. L’utilisation devrait augmenter légèrement (+2 %), alors que les stocks en fin de campagne devraient baisser pour s’établir à 7,6 Mt, le plus bas niveau depuis 2014-2015.

Le prix moyen à la production du blé canadien de l’année qui est versé aux producteurs de la Saskatchewan dans la catégorie blé dur ambré de l’Ouest canadien (CWAD) no 1, 13 % de protéines, devrait s’établir à 280 $/t, soit 5 $/t de plus que le mois dernier, soutenu par la forte demande internationale.

En 2021-2022, la superficie ensemencée en blé dur au Canada devrait augmenter de 6 % par rapport à 2020-2021, car les prix demeurent forts. L’offre devrait demeurer relativement pareille aux volumes actuels en raison du retour à la normale des rendements. Les exportations devraient diminuer alors que l’utilisation en alimentation animale et les impuretés devraient demeurer stables, près des niveaux de 2020-2021. On prévoit que les stocks en fin de campagne devraient revenir à des niveaux moyens, soit 1,3 Mt.

L’offre et la production de blé dur à l’échelle mondiale devraient augmenter en 2021-2022, compte tenu de l’accroissement de la superficie mondiale ensemencée et du retour à des rendements moyens en Europe et en Afrique du Nord. L’utilisation devrait être stable, car l’utilisation en alimentation humaine plus élevée sera contrebalancée par une plus faible utilisation en alimentation animale.

On s’attend aussi à une baisse du prix moyen à la production du blé dur canadien de l’année par rapport à 2021-2022 en raison de la production accrue à l’échelle mondiale, au Canada et aux États-Unis.

Blé dur [a] : le 25 janvier 2021
2019-2020 2020-2021[p] 2021-2022[p]
Superficie ensemencée (kha) 1 980 2 302 2 430
Superficie récoltée (kha) 1 902 2 295 2 369
Rendement (t/ha) 2,62 2,86 2,66
Production (kt) 4 977 6 571 6 298
Importations (kt) [b] 96 30 25
Offre totale (kt) 6 906 7 338 7 273
Exportations (kt) [c] 5 344 5 400 5 000
Alimentation et utilisation industrielle (kt) [d] 216 230 215
Provendes, déchets et criblures (kt) 388 534 535
Utilisation intérieure totale (kt) 825 988 973
Stocks de fin de campagne (kt) 737 950 1 300
Prix moyen ($/t) 270 280 270
  • [a] La campagne agricole s'étend d'août à juillet sauf pour le maïs et le soja (septembre à août).
  • [b] Ne comprend pas les importations de produits dérivés.
  • [c] Comprend les exportations de produits du blé, du blé dur, de l'orge, de l'avoine et du seigle. Ne comprend pas les exportations de produits d'oléagineux.
  • [d] Les informations sur l'utilisation du soja à des fins industrielles et de l'alimentation humaine sont fondées sur les données provenant de la Canadian
  • Oilseed Processors Association. Les données sur le lin ne sont pas reflétées dans le total en raison de leur nature confidentielle.
  • [e] Utilisation intérieure est égal à Alimentation humaine et utilisation industrielle plus Provendes, déchets et criblures plus Semences
  • [g] Prix moyens de la campagne agricole : Blé (n°1 roux de printemps de l'Ouest canadien (CWRS), 13,5 % de protéines) et le blé dur (CWAD n°1, la protéine de 13 %), les deux prix correspondent aux prix moyens en espèces des producteurs de la Saskatchewan; orge (fourragère n°1 comptant à la ICE Futures Canada, en entrepôt à Lethbridge); maïs (EC n°2 comptant en entrepôt à Chatham); avoine (US lourde n°2 prochaine échéance au CBOT); seigle (OC n°1, en entrepôt à Saskatoon); canola (Can n°1 comptant à la ICE Futures Canada,
  • kha : milliers d'hectares
  • t/ha : tonnes par hectare
  • kt : milliers de tonnes métriques
  • $/t : dollars par tonne
  • p : prévisions d’AAC, exception faites de celles de Statistiques Canada sur la superficie, le rendement et la production pour 2020-2021
  • Source : Statistique Canada et Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC)

Blé (à l'exception du blé dur)

En 2020-2021, la production de blé canadien est estimée à 28,6 Mt, soit 4,5 % de plus qu’en 2019-2020 en raison de rendements records, qui font plus que compenser les plus petites superficies ensemencées et récoltées. Le rendement de cette année a été de 3,71 t/acre, ce qui représente une amélioration de 5 % par rapport aux rendements moyens depuis 2015-2016. L’offre globale devrait totaliser 33,5 Mt, comprenant 2,77 Mt de blé d’automne et 25,8 Mt de blé de printemps, soit 0,4 % de moins que les volumes de 2019-2020.

Les exportations sont prévues à 21 Mt, soit 10 % de plus que l’an dernier et 18 % de plus que la moyenne quinquennale précédente en raison de la forte demande d’importation de la Chine. L’utilisation intérieure devrait s’établir à 7,2 Mt, alors qu’une petite augmentation de l’utilisation en alimentation humaine sera contrebalancée par une réduction de l’utilisation en alimentation animale. On prévoit que les stocks en fin de campagne atteindront 5,3 Mt.

Selon l’USDA, les perspectives mondiales de ce mois-ci pour le blé sont des approvisionnements réduits, des exportations accrues et un resserrement des stocks. Comparativement au rapport de décembre, l’offre globale a été révisée à la baisse de 1,6 Mt pour s’établir à 1 072,7 Mt en raison des estimations de production plus basses en Chine (-1,8 Mt) et en Argentine (-0,5 Mt).

Les échanges commerciaux devraient totaliser 193,8 Mt compte tenu des prévisions d’exportations plus élevées pour l’Australie, le Canada et le Royaume-Uni. La demande chinoise devrait demeurer forte avec des importations prévues en hausse de 0,5 Mt pour s’établir à 9 Mt, ce qui représente une augmentation de 67 % par rapport aux volumes importés en 2019-2020.

La consommation mondiale devrait augmenter à 759,5 Mt par suite de l’utilisation accrue de grains de provende et de résidus par la Chine, les États-Unis et la Russie. Les stocks en fin de campagne ont été réduits d’un autre 3,3 Mt pour atteindre 313,2 Mt, et c’est la Chine qui détient la plus grande part des stocks (51 %). En excluant la Chine, les stocks mondiaux en fin de campagne devraient atteindre 154,3 Mt, soit 4 % de plus qu’en 2019-2020.

Pour les États-Unis, l’offre prévue en janvier pour 2020-2021 demeure inchangée à 81 Mt, soit 5 % de moins qu’en 2019-2020, en raison du recul de 5 % des stocks en début de campagne et de la production. Les stocks en fin de campagne ont été réduits de 3 % pour totaliser 22,8 Mt, en raison d’une augmentation de l’utilisation en alimentation animale (+25 %).

Les prix moyens payés aux producteurs canadiens pour le blé roux de printemps de l’Ouest canadien (CWRS) no 1 à 13,5 % de protéines en Saskatchewan devraient atteindre 230 $/t, en hausse de 5 $ par rapport au mois passé, soutenus par la forte demande des importateurs.

En 2021-2022, la superficie ensemencée au Canada devrait demeurer relativement stable, car de plus grandes superficies sont ensemencées en blé dur en raison des prix attrayants. En supposant des rendements moyens, la production devrait reculer de 4,4 % pour s’établir à 27,4 Mt et l’offre devrait chuter de 2 % pour s’établir à 32,7 Mt. Les exportations devraient revenir aux volumes moyens des trois dernières années, juste sous la barre des 20 Mt. L’utilisation intérieure devrait atteindre 7,7 Mt, et l’utilisation en alimentation animale devrait revenir à un niveau moyen de 4 Mt.

Les projections du Conseil international des céréales (CIC) basées sur les données de la dernière période quinquennale ont été publiées le 11 janvier. Selon celles-ci, les augmentations de la production, des offres et des stocks en fin de campagne en 2021-2022 seront sous-tendues par des productions plus élevées en Argentine et en Europe et par les stocks abondants en début de campagne de la Chine. Le 12 janvier, l’USDA a rapporté que la superficie ensemencée en blé d’automne, le principal type de blé cultivé aux États-Unis, est estimée à plus de 12,9 millions d’hectares, soit une hausse de 5 % par rapport à 2020 et de 2 % par rapport à 2018. En supposant des rendements moyens, l’offre de blé américain devrait augmenter de 3 % par rapport à 2020-2021.

Les prix moyens versés aux producteurs canadiens pour le blé de la campagne agricole devraient se situer à 235 $/t, mais subiront une pression à la baisse si les offres de blé projetées se concrétisent.

Blé (sauf le blé dur) [a] : le 25 janvier 2021
2019-2020 2020-2021[p] 2021-2022[p]
Superficie ensemencée (kha) 8 145 7 892 7 902
Superficie récoltée (kha) 7 754 7 723 7 650
Rendement (t/ha) 3,53 3,71 3,60
Production (kt) 27 371 28 616 27 353
Importations (kt) [b] 179 100 100
Offre totale (kt) 31 758 33 479 32 753
Exportations (kt) [c] 19 128 21 000 20 000
Alimentation et utilisation industrielle (kt) [d] 3 363 3 375 3 200
Provendes, déchets et criblures (kt) 3 687 2 987 3 600
Utilisation intérieure totale (kt) [e] 7 868 7 179 7 753
Stocks de fin de campagne (kt) 4 763 5 300 5 000
Prix moyen ($/t) [g] 225 230 235
  • [a] La campagne agricole s'étend d'août à juillet sauf pour le maïs et le soja (septembre à août).
  • [b] Ne comprend pas les importations de produits dérivés.
  • [c] Comprend les exportations de produits du blé, du blé dur, de l'orge, de l'avoine et du seigle. Ne comprend pas les exportations de produits d'oléagineux.
  • [d] Les informations sur l'utilisation du soja à des fins industrielles et de l'alimentation humaine sont fondées sur les données provenant de la Canadian Oilseed Processors Association. Les données sur le lin ne sont pas reflétées dans le total en raison de leur nature confidentielle
  • [e] Utilisation intérieure est égal à Alimentation humaine et utilisation industrielle plus Provendes, déchets et criblures plus Semences
  • [g] Prix moyens de la campagne agricole : blé roux de printemps de l'Ouest canadien (RPOC) n°1 (13,5 % de protéine) et blé dur ambré de l'Ouest canadien (DAOC) n°1 (13 %) , les deux sont en moyenne les prix au comptant de la Saskatchewan et de producteurs ne sont pas comparables à la CCB rendements du prix final au producteur pour les années précédentes;
  • kha : milliers d'hectares
  • t/ha : tonnes par hectare
  • kt : milliers de tonnes métriques
  • $/t : dollars par tonne
  • p : prévisions d’AAC, exception faites de celles de Statistiques Canada sur la superficie, le rendement et la production pour 2020-2021
  • Source : Statistique Canada et Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC)
Tous blés [a] : le 25 janvier 2021
2019-2020 2020-2021[p] 2021-2022[p]
Superficie ensemencée (kha) 10 125 10 194 10 332
Superficie récoltée (kha) 9 656 10 018 10 019
Rendement (t/ha) 3,35 3,51 3,36
Production (kt) 32 348 35 187 33 651
Importations (kt) [b] 275 130 125
Offre totale (kt) 38 664 40 816 40 026
Exportations (kt) [c] 24 471 26 400 25 000
Alimentation et utilisation industrielle (kt) [d] 3 578 3 605 3 415
Provendes, déchets et criblures (kt) 4 075 3 520 4 135
Utilisation intérieure totale (kt) [e] 8 694 8 166 8 726
Stocks de fin de campagne (kt) 5 499 6 250 6 300
  • [a] La campagne agricole s'étend d'août à juillet sauf pour le maïs et le soja (septembre à août).
  • [b] Ne comprend pas les importations de produits dérivés.
  • [c] Comprend les exportations de produits du blé, du blé dur, de l'orge, de l'avoine et du seigle. Ne comprend pas les exportations de produits d'oléagineux.
  • [d] Les informations sur l'utilisation du soja à des fins industrielles et de l'alimentation humaine sont fondées sur les données provenant de la Canadian Oilseed Processors Association. Les données sur le lin ne sont pas reflétées dans le total en raison de leur nature confidentielle.
  • [e] Utilisation intérieure est égal à Alimentation humaine et utilisation industrielle plus Provendes, déchets et criblures plus Semences
  • kha : milliers d'hectares
  • t/ha : tonnes par hectare
  • kt : milliers de tonnes métriques
  • $/t : dollars par tonne
  • p : prévisions d’AAC, exception faites de celles de Statistiques Canada sur la superficie, le rendement et la production pour 2020-2021
  • Source : Statistique Canada et Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC)

Céréales secondaires

Orge

En 2020-2021, la production d’orge au Canada a augmenté de 3 % par rapport à l’an dernier pour s’établir à 10,7 millions de tonnes (Mt), principalement en raison de la plus grande superficie récoltée et des rendements supérieurs, ayant atteint son plus haut niveau depuis 2008-2009.

L’offre globale de 11,8 Mt constitue un sommet décennal qui s’explique par une bonne production, malgré le bas niveau des stocks en début de campagne. Les exportations canadiennes d’orge, qui comprennent le grain et les produits d’orge, devraient se chiffrer à 3,5 Mt, soit 15 % de plus que l’an dernier, d’après le rythme intense des exportations actuelles. L’utilisation intérieure devrait diminuer légèrement en raison d’une utilisation réduite en alimentation animale. On s’attend à une reprise de l’utilisation industrielle, mais celle-ci sera inférieure au niveau de 2018-2019. En raison des approvisionnements plus abondants, les stocks en fin de campagne devraient augmenter de 5 % par rapport à l’an dernier, mais se situer tout de même à un niveau de 25 % inférieur à celui de la moyenne quinquennale précédente.

Le prix moyen de l’orge de provende en 2020-2021 devrait grimper de 6 % par rapport à 2019-2020 pour atteindre 245 $/t en raison des fortes demandes d’exportation et de l’utilisation intérieure, ainsi que des prix du maïs favorables.

Le département de l’Agriculture des États-Unis (USDA) estime que la production d’orge mondiale en 2020-2021 demeurera stable par rapport à l’an dernier, en raison de la production accrue d’orge en Australie, au Canada et en Russie, contrebalançant la plus faible production en Ukraine, au Kazakhstan et en Argentine. Les stocks mondiaux en fin de campagne devraient grimper de 3 %, et la croissance devrait surtout provenir de l’Australie et de la Russie, les principaux pays exportateurs, tandis que la Chine, l’Iran et l’Arabie saoudite devraient être les principaux pays importateurs.

En 2021-2022, la superficie ensemencée en orge au Canada devrait diminuer de 7 % pour totaliser 2,9 millions d’hectares (Mha), car la forte concurrence exercée par les oléagineux devrait accaparer plus de superficies que l’orge, malgré les bons prix de l’orge destinée à l’alimentation animale. La production d’orge devrait diminuer de 12 % pour s’établir à 9,5 Mt d’après les prévisions de superficie récoltée et de rendement plus bas qui sont fondées sur les moyennes quinquennales précédentes. L’offre devrait chuter de 10 % pour atteindre 10,6 Mt en raison de la plus faible production qui fera plus que compenser l’augmentation des stocks en début de campagne. L’utilisation intérieure devrait diminuer par suite de l’utilisation réduite en alimentation animale. Les exportations devraient se replier en raison de la réduction prévue des achats d’orge canadienne par les principaux importateurs et des surplus intérieurs disponibles. Les stocks en fin de campagne devraient diminuer compte tenu de l’offre réduite d’orge.

Le prix moyen de l’orge destinée à l’alimentation animale en 2021-2022 devrait augmenter légèrement à cause de la baisse prévue de l’offre d’orge au pays.

Le Conseil international des céréales (CIC) prévoit une baisse de la production mondiale d’orge en 2021-2022, ce qui réduira l’offre globale, malgré le niveau plus élevé des stocks en début de campagne. Compte tenu des prévisions de consommation accrue, les stocks en fin de campagne devraient diminuer.

Orge [a] : le 25 janvier 2021
2019-2020 2020-2021[p] 2021-2022[p]
Superficie ensemencée (kha) 2 996 3 060 2 855
Superficie récoltée (kha) 2 728 2 809 2 550
Rendement (t/ha) 3,81 3,82 3,73
Production (kt) 10 383 10 741 9 500
Importations (kt) [b] 63 60 60
Offre totale (kt) 11 308 11 757 10 560
Exportations (kt) [c] 3 054 3 500 3 000
Alimentation et utilisation industrielle (kt) [d] 277 298 318
Provendes, déchets et criblures (kt) 6 759 6 719 6 091
Utilisation intérieure totale (kt) [e] 7 298 7 257 6 660
Stocks de fin de campagne (kt) 957 1 000 900
Prix moyen ($/t) [g] 232 245 250
  • [a] La campagne agricole s'étend d'août à juillet sauf pour le maïs et le soja (septembre à août).
  • [b] Ne comprend pas les importations de produits dérivés
  • [c] Comprend les exportations de produits du blé, du blé dur, de l'orge, de l'avoine et du seigle. Ne comprend pas les exportations de produits d'oléagineux.
  • [d] Les informations sur l'utilisation du soja à des fins industrielles et de l'alimentation humaine sont fondées sur les données provenant de la Canadian Oilseed Processors Association. Les données sur le lin ne sont pas reflétées dans le total en raison de leur nature confidentielle.
  • [e] Utilisation intérieure est égal à Alimentation humaine et utilisation industrielle plus Provendes, déchets et criblures plus Semences
  • [g] Prix moyens de la campagne agricole : orge (fourragère n°1 comptant à la ICE Futures Canada, en entrepôt à Lethbridge);
  • kha : milliers d'hectares
  • t/ha : tonnes par hectare
  • kt : milliers de tonnes métriques
  • $/t : dollars par tonne
  • p : prévisions d’AAC, exception faites de celles de Statistiques Canada sur la superficie, le rendement et la production pour 2020-2021
  • Source : Statistique Canada et Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC)

Maïs

En 2020-2021, la production de maïs au Canada a augmenté légèrement par rapport à l’an dernier pour s’établir à 13,6 Mt en raison des meilleurs rendements, malgré la baisse de 2 % par rapport à la moyenne quinquennale précédente.

Les importations de maïs devraient diminuer de 22 % en raison des bonnes réserves de grains de provende. L’offre globale de maïs canadien en 2020-2021 devrait augmenter de 1 % pour s’établir à 17,8 Mt en raison d’une nette augmentation des stocks en début de campagne et d’une légère augmentation de la production. Les exportations canadiennes de maïs devraient augmenter et passer de 677 milliers de tonnes (Kt) l'an dernier à 1,4 Mt, essentiellement à cause des prévisions d’exportations accrues vers l’Union européenne. L’utilisation intérieure devrait reculer de 1 % pour totaliser 14,1 Mt par suite de la baisse de l’utilisation en alimentation animale. Les stocks en fin de campagne devraient chuter de 10 % par rapport au niveau record de l’an dernier et s’établir à 2,3 Mt.

Le prix moyen du maïs à Chatham en 2020-2021 devrait augmenter de 8 % et s’établir à 210 $/tonne, en raison des prix plus élevés du maïs américain, mais ceci sera partiellement contrebalancé par l’appréciation du dollar canadien.

L’USDA a révisé à la baisse la production de maïs aux États-Unis pour 2020-2021 en regard de ses dernières estimations, soit 2 % de moins, en raison des estimations de rendement plus bas, quoique ceux-ci demeurent tout de même plus élevés de 4 % par rapport à l’an dernier. La demande de toutes les utilisations a aussi été révisée à la baisse, mais demeure 4 % supérieure à l’an dernier, et prévoit une augmentation de l’utilisation pour la production d’éthanol et des exportations. Les stocks de fin de campagne de maïs aux États-Unis devraient être au plus bas depuis sept ans. Le prix moyen versé aux producteurs, pondéré sur l’année de commercialisation, a été fixé à 4,20 $US le boisseau, après une révision à la hausse de 0,20 $US le boisseau, ce qui constitue une augmentation de 0,64 $US le boisseau par rapport à l’an dernier.

En ce qui concerne les estimations de la production mondiale de maïs, les productions des États-Unis, du Brésil et de l’Argentine, grands pays exportateurs, ont été révisées à la baisse, tandis que les productions de la Chine et de l’Inde ont été révisées à la hausse. Comparativement à l’an dernier, la production globale devrait augmenter de 2 %, car les estimations de productions supérieures du Brésil et des États-Unis feront plus que compenser les productions inférieures de l’Argentine et de l’Ukraine. La demande mondiale a été forte et devrait s’accroître de 2 % en 2020-2021 en raison de l’augmentation des utilisations en alimentation animale et des usages industriels. Les importations globales devraient augmenter de 4 % pour atteindre 181 Mt, essentiellement en raison de la forte demande des pays asiatiques, muent par une augmentation de 9,9 Mt des importations chinoises. Les stocks mondiaux en fin de campagne demeurent dans un creux par rapport aux six dernières années.

En 2021-2022, la superficie ensemencée en maïs au Canada devrait diminuer de 3 % par rapport à 2019-2020 pour s’établir à 1,4 Mha, car une partie de la superficie en maïs devrait être délaissée au profit des oléagineux. La production devrait diminuer de 2 % pour totaliser 13,3 Mt d’après les prévisions de superficie réduite récoltée, et les importations devraient augmenter en conséquence. L’offre devrait toutefois diminuer légèrement par rapport à 2020-2021 à cause surtout des niveaux plus bas des stocks en début de campagne et de la baisse de production. Selon les projections, l’utilisation intérieure devrait demeurer inchangée par rapport à l’an dernier, compte tenu de la stabilité des utilisations en alimentation animale et des utilisations industrielles. Les exportations devraient demeurer stables. Les stocks en fin de campagne devraient se contracter de 9 % pour atteindre 2,1 Mt.

Le prix moyen du maïs en 2021-2022 devrait demeurer le même que l'année précédente, en raison de la hausse prévue du prix du maïs aux États-Unis, compensée par l'appréciation du dollar canadien.

Selon le CIC, la production mondiale de maïs en 2021-2022 devrait augmenter de 40 Mt pour totaliser 1 184 Mt en raison de la production plus élevée dans les grands pays exportateurs, ainsi qu’en Chine et dans l’Union européenne. La demande mondiale devrait continuer de croître et les stocks mondiaux en fin de campagne devraient continuer de diminuer.

Maïs [a] : le 25 janvier 2021
2019-2020 2020-2021[p] 2021-2022[p]
Superficie ensemencée (kha) 1 496 1 440 1 400
Superficie récoltée (kha) 1 451 1 402 1 362
Rendement (t/ha) 9,24 9,67 9,77
Production (kt) 13 404 13 563 13 308
Importations (kt) [b] 2 184 1 700 2 000
Offre totale (kt) 17 568 17 823 17 608
Exportations (kt) [c] 677 1 400 1 400
Alimentation et utilisation industrielle (kt) [d] 5 303 5 300 5 300
Provendes, déchets et criblures (kt) 9 012 8 808 8 792
Utilisation intérieure totale (kt) [e] 14 331 14 123 14 108
Stocks de fin de campagne (kt) 2 560 2 300 2 100
Prix moyen ($/t) [g] 195 210 210
  • [a] La campagne agricole s'étend d'août à juillet sauf pour le maïs et le soja (septembre à août).
  • [b] Ne comprend pas les importations de produits dérivés
  • [c] Comprend les exportations de produits du blé, du blé dur, de l'orge, de l'avoine et du seigle. Ne comprend pas les exportations de produits d'oléagineux.
  • [d] Les informations sur l'utilisation du soja à des fins industrielles et de l'alimentation humaine sont fondées sur les données provenant de la Canadian Oilseed Processors Association. Les données sur le lin ne sont pas reflétées dans le total en raison de leur nature confidentielle.
  • [e] Utilisation intérieure est égal à Alimentation humaine et utilisation industrielle plus Provendes, déchets et criblures plus Semences
  • [g] Prix moyens de la campagne agricole : maïs (EC n°2 comptant en entrepôt à Chatham).
  • kha : milliers d'hectares
  • t/ha : tonnes par hectare
  • kt : milliers de tonnes métriques
  • $/t : dollars par tonne
  • p : prévisions d’AAC, exception faites de celles de Statistiques Canada sur la superficie, le rendement et la production pour 2020-2021
  • Source : Statistique Canada et Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC)

Avoine

En 2020-2021, la production d’avoine au Canada a augmenté de 8 % par rapport à l’an dernier pour s’établir à 4,6 Mt. Cet accroissement est dû en majeure partie à la plus grande superficie récoltée et à de meilleurs rendements.

L’offre globale devrait augmenter et atteindre le troisième plus haut niveau jamais enregistré, en raison surtout de la production plus élevée. Les exportations canadiennes d’avoine, y compris le grain et les produits d’avoine, devraient s’élever à 2,8 Mt, soit 6 % de plus que l’an dernier. L’utilisation intérieure globale devrait augmenter, essentiellement à cause de l’utilisation accrue en alimentation animale. Les stocks en fin de campagne devraient augmenter pour passer à 600 Kt, alors qu’ils se situaient à 426 Kt l’an dernier.

Les prix à terme de l’avoine à la Chicago Board of Trade (CBOT) en 2020-2021 devraient s’établir à 270 $/t, près du niveau de l’an dernier, sous-tendus par une forte demande, malgré l’abondance des offres au Canada, aux États-Unis et dans les principaux pays exportateurs.

On prévoit une augmentation de la production d’avoine de 2020-2021 dans les principaux pays producteurs d’avoine, y compris en Australie et dans l’Union européenne. La demande globale devrait également augmenter. Les stocks globaux en fin de campagne devraient augmenter de 35 % par rapport à l’an dernier et l’augmentation se situera vue surtout dans les principaux exportateurs mondiaux et aux États-Unis.

En 2021-2022, la superficie ensemencée en avoine au Canada devrait diminuer de 11 %, et avoisiner 1,4 Mha, car la forte concurrence exercée par les oléagineux devrait attirer plus de superficies que l’avoine, malgré les bons prix de cette dernière. La production devrait diminuer de 16 % pour s’établir à 3,9 Mt d’après les baisses prévues de la superficie récoltée et du rendement qui sont basées sur les moyennes quinquennales précédentes. L’offre devrait chuter de 11 % pour atteindre 4,5 Mt en raison de la plus faible production qui fera plus que compenser l’augmentation des stocks en début de campagne. L’utilisation intérieure devrait diminuer à cause de la diminution de l’utilisation en alimentation animale. Les exportations devraient fléchir en raison de l’augmentation attendue des approvisionnements mondiaux et de la diminution des surplus disponibles au pays. Les stocks en fin de campagne devraient diminuer, compte tenu de la baisse de l’offre d’avoine.

Le prix moyen de l’avoine en 2021-2022 devrait augmenter légèrement compte tenu de la réduction prévue de l’offre d’avoine en Amérique du Nord.

Selon le CIC, la production mondiale d’avoine devrait être stable en 2021-2022, tandis que les stocks en début de campagne seront plus élevés, entraînant une augmentation de l’offre globale. La demande devrait augmenter, mais plus faiblement que l’augmentation de l’offre globale, ce qui se traduira par des stocks plus élevés en fin de campagne.

Avoine [a] : le 25 janvier 2021
2019-2020 2020-2021[p] 2021-2022[p]
Superficie ensemencée (kha) 1 459 1 554 1 379
Superficie récoltée (kha) 1 171 1 245 1 114
Rendement (t/ha) 3,61 3,62 3,46
Production (kt) 4 227 4 576 3 852
Importations (kt) [b] 13 14 15
Offre totale (kt) 4 637 5 015 4 467
Exportations (kt) [c] 2 615 2 770 2 500
Alimentation et utilisation industrielle (kt) [d] 143 140 140
Provendes, déchets et criblures (kt) 1 324 1 390 1 205
Utilisation intérieure totale (kt) [e] 1 597 1 645 1 467
Stocks de fin de campagne (kt) 426 600 500
Prix moyen ($/t) [g] 274 270 275
  • [a] La campagne agricole s'étend d'août à juillet sauf pour le maïs et le soja (septembre à août).
  • [b] Ne comprend pas les importations de produits dérivés.
  • [c] Comprend les exportations de produits du blé, du blé dur, de l'orge, de l'avoine et du seigle. Ne comprend pas les exportations de produits d'oléagineux.
  • [d] Les informations sur l'utilisation du soja à des fins industrielles et de l'alimentation humaine sont fondées sur les données provenant de la Canadian Oilseed Processors Association. Les données sur le lin ne sont pas reflétées dans le total en raison de leur nature confidentielle.
  • [e] Utilisation intérieure est égal à Alimentation humaine et utilisation industrielle plus Provendes, déchets et criblures plus Semences
  • [g] Prix moyens de la campagne agricole : avoine (États-Unis lourde n°2 prochaine échéance au Chicago Board of Trade (CBoT)
  • kha : milliers d'hectares
  • t/ha : tonnes par hectare
  • kt : milliers de tonnes métriques
  • $/t : dollars par tonne
  • p : prévisions d’AAC, exception faites de celles de Statistiques Canada sur la superficie, le rendement et la production pour 2020-2021
  • Source : Statistique Canada et Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC)

Seigle

En 2020-2021, la production au Canada a augmenté de 46 % par rapport à l’an dernier pour s’établir à 488 Kt en raison des bons rendements obtenus au pays; c’est la production la plus élevée des trois dernières décennies. L’offre devrait augmenter de 37 % par rapport à l’an dernier pour s’établir à 530 Kt, un sommet depuis 2006.

Les exportations devraient chuter de 21 % pour s’établir à 130 Mt, d’après le rythme actuel des exportations. L’utilisation intérieure en alimentation animale devrait augmenter considérablement à cause des prix relativement bas et des bons approvisionnements. Les stocks en fin de campagne devraient être nettement plus élevés à cause des offres records. Le prix du seigle devrait chuter de 17 % par rapport à 2019-2020 en raison des stocks abondants au Canada, aux États-Unis et dans le monde.

En 2021-2022, la superficie ensemencée en seigle d'automne au Canada a augmenté pour s’établir à 240 milliers d’hectares (Kha), contre 237 Kha l’an dernier. C’est aussi la superficie la plus élevée depuis 2006-2007 et compte tenu de la tendance de rendement supérieur, de nouveaux records de production et d’offre globale pourraient être établis, le dernier record remontant à trente ans. L’utilisation intérieure devrait augmenter en raison de l’offre abondante et l’augmentation attendue de l’utilisation en alimentation animale. Les stocks en fin de campagne devraient augmenter due à l’offre abondante. Le prix moyen du seigle en 2021-2022 devrait baisser par suite de l’offre accrue prévue.

Le CIC prévoit que la production mondiale de seigle sera légèrement plus faible en 2021-2022, tandis que les stocks en début de campagne seront plus élevés, et cela se traduira par une légère hausse de l’offre globale. La demande devrait afficher une croissance stable et les stocks en fin de campagne devraient demeurer inchangés.

Seigle [a] : le 25 janvier 2021
2019-2020 2020-2021[p] 2021-2022[p]
Superficie ensemencée (kha) 175 237 240
Superficie récoltée (kha) 103 146 159
Rendement (t/ha) 3,25 3,34 3,21
Production (kt) 333 488 510
Importations (kt) [b] 3 2 2
Offre totale (kt) 386 530 612
Exportations (kt) [c] 165 130 130
Alimentation et utilisation industrielle (kt) [d] 19 24 24
Provendes  déchets et criblures (kt) 140 255 290
Utilisation intérieure totale (kt) [e] 180 299 332
Stocks de fin de campagne (kt) 40 100 150
Prix moyen ($/t) [g] 210 175 170
  • [a] La campagne agricole s'étend d'août à juillet sauf pour le maïs et le soja (septembre à août).
  • [b] Ne comprend pas les importations de produits dérivés.
  • [c] Comprend les exportations de produits du blé, du blé dur, de l'orge, de l'avoine et du seigle. Ne comprend pas les exportations de produits d'oléagineux.
  • [d] Les informations sur l'utilisation du soja à des fins industrielles et de l'alimentation humaine sont fondées sur les données provenant de la Canadian Oilseed Processors Association. Les données sur le lin ne sont pas reflétées dans le total en raison de leur nature confidentielle.
  • [e] Utilisation intérieure est égal à Alimentation humaine et utilisation industrielle plus Provendes, déchets et criblures plus Semences
  • [g] Prix moyens de la campagne agricole : Seigle (OC n°1 en entrepôt à Saskatoon)
  • kha : milliers d'hectares
  • t/ha : tonnes par hectare
  • kt : milliers de tonnes métriques
  • $/t : dollars par tonne
  • p : prévisions d’AAC, exception faites de celles de Statistiques Canada sur la superficie, le rendement et la production pour 2020-2021
  • Source : Statistique Canada et Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC)
Céréales mélangées [a] : le 25 janvier 2021
2019-2020 2020-2021[p] 2021-2022[p]
Superficie ensemencée (kha) 145 166 148
Superficie récoltée (kha) 68 67 69
Rendement (t/ha) 2,84 3,49 2,74
Production (kt) 192 233 188
Importations (kt) [b] 0 0 0
Offre totale (kt) 192 233 188
Exportations (kt) [c] 0 0 0
Alimentation et utilisation industrielle (kt) [d] 0 0 0
Provendes, déchets et criblures (kt) 192 233 188
Utilisation intérieure totale (kt) [e] 192 233 188
Stocks de fin de campagne (kt) 0 0 0
  • [a] La campagne agricole s'étend d'août à juillet sauf pour le maïs et le soja (septembre à août).
  • [b] Ne comprend pas les importations de produits dérivés.
  • [c] Comprend les exportations de produits du blé, du blé dur, de l'orge, de l'avoine et du seigle. Ne comprend pas les exportations de produits d'oléagineux.
  • [d] Les informations sur l'utilisation du soja à des fins industrielles et de l'alimentation humaine sont fondées sur les données provenant de la Canadian Oilseed Processors Association. Les données sur le lin ne sont pas reflétées dans le total en raison de leur nature confidentielle.
  • [e] Utilisation intérieure est égal à Alimentation humaine et utilisation industrielle plus Provendes, déchets et criblures plus Semences
  • kha : milliers d'hectares
  • t/ha : tonnes par hectare
  • kt : milliers de tonnes métriques
  • p : prévisions d’AAC, exception faites de celles de Statistiques Canada sur la superficie, le rendement et la production pour 2020-2021
  • Source : Statistique Canada et Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC)
Total des céréales secondaires : le 25 janvier 2021
2019-2020 2020-2021[p] 2021-2022[p]
Superficie ensemencée (kha) 6 271 6 457 6 022
Superficie récoltée (kha) 5 520 5 669 5 254
Rendement (t/ha) 5,17 5,22 5,21
Production (kt) 28 539 29 601 27 358
Importations (kt) [b] 2 264 1 776 2 077
Offre totale (kt) 34 091 35 358 33 435
Exportations (kt) [c] 6 510 7 800 7 030
Alimentation et utilisation industrielle (kt) [d] 5 743 5 762 5 782
Provendes, déchets et criblures (kt) 17 427 17 405 16 567
Utilisation intérieure totale (kt) [e] 23 598 23 558 22 755
Stocks de fin de campagne (kt) 3 982 4 000 3 650
  • [b] Ne comprend pas les importations de produits dérivés.
  • [c] Comprend les exportations de produits du blé, du blé dur, de l'orge, de l'avoine et du seigle. Ne comprend pas les exportations de produits d'oléagineux.
  • [d] Les informations sur l'utilisation du soja à des fins industrielles et de l'alimentation humaine sont fondées sur les données provenant de la Canadian Oilseed Processors Association. Les données sur le lin ne sont pas reflétées dans le total en raison de leur nature confidentielle.
  • [e] Utilisation intérieure est égal à Alimentation humaine et utilisation industrielle plus Provendes, déchets et criblures plus Semences
  • kha : milliers d'hectares
  • t/ha : tonnes par hectare
  • kt : milliers de tonnes métriques
  • p : prévisions d’AAC, exception faites de celles de Statistiques Canada sur la superficie, le rendement et la production pour 2020-2021
  • Source : Statistique Canada et Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC)

Oléagineux

Canola

En 2020-2021, la situation du canola s’est considérablement resserrée comparativement à l’an dernier, et les réserves ont baissé de 9 % pour totaliser 22,0 millions de tonnes (Mt) par suite de la baisse de 29 % des stocks en début de campagne et de la chute de 5 % de la production. La demande de canola canadien demeure forte, soutenue par les prix mondiaux nettement plus élevés des oléagineux, de l’huile végétale et du tourteau de protéines, eux-mêmes soutenus par la vigueur des achats de la Chine qui est en train de reconstituer son cheptel porcin.

Les approvisionnements plus serrés et la forte demande sont à l’origine d’une envolée marquée des prix, entraînant un repli de la demande en canola canadien. On estime que la transformation nationale de canola aurait baissé de 6 % par rapport à l’an dernier pour s’établir à 9,5 Mt. L’incertitude autour de cette estimation est plus grande que d’habitude en raison de données contradictoires concernant le rythme de la trituration jusqu’à maintenant; d’une part, la CCG rapporte une chute abrupte de la consommation apparente intérieure pour la campagne agricole actuelle jusqu’ici, et d’autre part, Statistique Canada fait état d’une augmentation de 5 % de la trituration du canola pour la période qui s’échelonne d’août à novembre 2020, comparativement à la même période l’an dernier. Le rythme de la trituration sera suivi de près et les prévisions seront ajustées à mesure que la campagne agricole avance.

Les exportations canadiennes devraient augmenter de 7 % par rapport à l’an dernier pour atteindre 10,9 Mt, deuxième niveau record enregistré. Cette prévision est étayée par le dynamisme des exportations des cinq premiers mois de la campagne agricole qui ont vu les exportations des établissements autorisés grimper de 38 % pour atteindre 5,1 Mt, encouragées par la vigueur des achats de la Chine, de l’Union européenne, du Japon, des Émirats arabes unis et du Mexique. Les stocks en fin de campagne devraient diminuer de 62 % par rapport à l’an dernier pour atteindre un niveau historiquement serré de 1,2 Mt et un ratio de stocks-utilisation de 6 %, contre 15 % en 2019-2020 et 14 % pour la moyenne quinquennale. Les prix du canola sont estimés à 635 $/t, contre 484 $/t l’an dernier et 511 $/t pour la moyenne quinquennale.

En 2021-2022, la superficie ensemencée au Canada devrait augmenter de 3 % pour s’établir à 8,7 millions d’hectares (Mha), car les producteurs entendent accroître les superficies ensemencées en canola au détriment des céréales secondaires. Selon les prévisions, la superficie récoltée devrait être de 8,6 Mha tandis que les rendements devraient être de 2,31 tonnes à l’hectare (t/ha), ce qui constitue une amélioration par rapport au 2,25 t/ha enregistré en 2020-2021. La production devrait augmenter de 6 % pour atteindre 19,9 Mt, le troisième niveau le plus élevé enregistré à ce jour. L’offre globale devrait reculer légèrement pour totaliser 21,2 Mt, car le net recul des stocks en début de campagne fait plus que compenser la hausse de production.

Les exportations devraient baisser de 5 % pour s’établir à 10,4 Mt, car le resserrement de l’offre intérieure limite la capacité du Canada de répondre à la forte demande mondiale d’huiles végétales et de tourteau de protéines. Les volumes de trituration intérieure devraient demeurer stables à 9,5 Mt, tandis que les stocks en fin de campagne devraient chuter de 17 % pour donner un volume très serré de 1,0 Mt et un ratio de stocks-utilisation de 5 %. Les prix du canola à la livraison au port de Vancouver devraient atteindre 600 $/t.

L’exactitude des données de 2021-2022 dépend de quelques facteurs clés, dont la force de la demande d’importation de la Chine pour les oléagineux et les produits à base d’oléagineux. Cette prévision suppose des achats chinois stables pour la campagne agricole à venir, toutefois, dans le passé, le rythme des importations d’oléagineux par la Chine a été volatile et ses décisions d’achat ont reposé sur des motifs non commerciaux qui étaient obscurs pour les marchés. La force de la demande chinoise continuera d’être suivie de près et les prévisions continueront d’être ajustées en conséquence si les conditions de marché changent.

Les autres facteurs influant sur les perspectives du canola sont les intentions d’ensemencement et les rendements de soja attendus en Amérique du Nord et en Amérique du Sud. Malgré l’augmentation marquée des intentions d’ensemencement, les approvisionnements devraient demeurer serrés sur les deux continents. L’exactitude des projections relatives au canola dépendra aussi des conditions météorologiques estivales au sein de l’Union européenne; les températures chaudes et sèches des deux derniers étés ont réduit les rendements et resserré les approvisionnements dans l’une des grandes régions mondiales productrices de canola. Des températures normales sont supposées pour la campagne 2020-2021, mais le retour de conditions chaudes et sèches pourrait être néfaste pour les cultures en Europe et par ricochet cela soutiendrait les prix du canola canadien. On suppose à ce stade-ci que le Brexit aura des incidences négligeables sur les prix du canola canadien.

Canola [a] : le 25 janvier 2021
2019-2020 2020-2021[p] 2021-2022[p]
Superficie ensemencée 8 481 8 410 8 650
Superficie récoltée 8 456 8 320 8 598
Rendement (t/ha) 2,32 2,25 2,31
Production (kt) 19 607 18 720 19 900
Importations (kt) [b] 155 100 100
Offre totale (kt) 24 197 21 950 21 200
Exportations (kt) [c] 10 170 10 900 10 400
Alimentation et utilisation industrielle (kt) [d] 10 129 9 500 9 500
Provendes, déchets et criblures (kt) 707 290 249
Utilisation intérieure totale (kt) [e] 10 897 9 850 9 800
Stocks de fin de campagne (kt) 3 131 1 200 1 000
Prix moyen ($/t) [g] 484 635 600
  • [a] La campagne agricole s'étend d'août à juillet sauf pour le maïs et le soja (septembre à août).
  • [b] Ne comprend pas les importations de produits dérivés.
  • [c] Comprend les exportations de produits du blé, du blé dur, de l'orge, de l'avoine et du seigle. Ne comprend pas les exportations de produits d'oléagineux.
  • [d] Les informations sur l'utilisation du soja à des fins industrielles et de l'alimentation humaine sont fondées sur les données provenant de la Canadian Oilseed Processors Association. Les données sur le lin ne sont pas reflétées dans le total en raison de leur nature confidentielle.
  • [e] Utilisation intérieure est égal à Alimentation humaine et utilisation industrielle plus Provendes, déchets et criblures plus Semences
  • [g] Prix moyens de la campagne agricole : canola (Can n°1 comptant à la ICE Futures Canada en entrepôt à Vancouver)
  • kha : milliers d'hectares
  • t/ha : tonnes par hectare
  • kt : milliers de tonnes métriques
  • $/t : dollars par tonne
  • p : prévisions d’AAC, exception faites de celles de Statistiques Canada sur la superficie, le rendement et la production pour 2020-2021
  • Source : Statistique Canada et Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC)

Graine de lin

En 2020-2021, on estime que les stocks sont plus élevés de 15 % totalisant 0,65 Mt, contre 0,57 Mt l’an dernier, en raison de la production plus élevée et des stocks légèrement plus élevés en début de campagne. Les exportations devraient augmenter d’environ 43 % pour s’établir à 0,5 Mt en raison de l’importance des achats européens, car le fournisseur usuel de l’Union européenne, le Kazakhstan, a plutôt choisi d’approvisionner la Chine. En revanche, l’utilisation intérieure globale devrait chuter de 67 % pour s’établir à 51 600 tonnes, par suite des taux de résidus et d’impuretés nettement plus bas dans le grain de provende. Les stocks en fin de campagne devraient augmenter de 57 % et atteindre 0,1 Mt, tandis que les prix des graines de lin devraient dessiner une envolée marquée pour atteindre 665 $/t, contre 518 $/t en 2019-2020 et 477 $/t pour la moyenne quinquennale.

En 2021-2022, la superficie ensemencée en lin au Canada devrait augmenter de 22 % et atteindre un sommet en cinq ans, soit 0,46 Mha, par suite de l’envolée des prix de 28 % en 2020-2021. Le changement de superficie au profit du lin devrait être limité par des facteurs agronomiques, comme la faible humidité du sol au printemps et la concurrence exercée par les autres cultures, dont les lentilles. La production de graines de lin devrait totaliser 0,68 Mt, en supposant une perte de superficie de 2 % avant la récolte et un rendement moyen quinquennal de 1,5 t/ha. L’offre globale devrait augmenter de 20 % pour atteindre 0,79 Mt, par suite de l’augmentation de 57 % des stocks en début de campagne et de la hausse attendue de la production.

Les exportations devraient demeurer stables par rapport aux niveaux de 2020-2021 et totaliser 0,50 Mt, en supposant une consommation stable ou plus forte en Chine, en Europe et aux États-Unis. L’utilisation intérieure globale devrait augmenter d’environ 113 % pour atteindre 0,11 Mt, vu l’augmentation de l’utilisation en alimentation animale, des résidus et des impuretés. Les stocks en fin de campagne devraient augmenter de 75 % pour atteindre 0,18 Mt. Les prix des graines de lin devraient chuter de 17 % pour s’établir à 550 $/t pour 2021-2022.

Graine de lin [a] : le 25 janvier 2021
2019-2020 2020-2021[p] 2021-2022[p]
Superficie ensemencée (kha) 379 377 460
Superficie récoltée (kha) 339 371 449
Rendement (t/ha) 1,43 1,56 1,50
Production (kt) 486 578 675
Importations (kt) [b] 21 10 10
Offre totale (kt) 567 652 785
Exportations (kt) [c] 350 500 500
Alimentation et utilisation industrielle (kt) [d] S/O S/O S/O
Provendes, déchets et criblures (kt) 138 32 90
Utilisation intérieure totale (kt) [e] 154 52 110
Stocks de fin de campagne (kt) 64 100 175
Prix moyen ($/t) [g] 518 665 550
  • [a] La campagne agricole s'étend d'août à juillet sauf pour le maïs et le soja (septembre à août).
  • [b] Ne comprend pas les importations de produits dérivés
  • [c] Comprend les exportations de produits du blé, du blé dur, de l'orge, de l'avoine et du seigle. Ne comprend pas les exportations de produits d'oléagineux.
  • [d] Les informations sur l'utilisation du soja à des fins industrielles et de l'alimentation humaine sont fondées sur les données provenant de la Canadian Oilseed Processors Association. Les données sur le lin ne sont pas reflétées dans le total en raison de leur nature confidentielle.
  • [e] Utilisation intérieure est égal à Alimentation humaine et utilisation industrielle plus Provendes, déchets et criblures plus Semences
  • [g] Prix moyens de la campagne agricole : lin (Ouest canadien n°1 comptant à la ICE Futures Canada en entrepôt à Saskatoon)
  • kha : milliers d'hectares
  • t/ha : tonnes par hectare
  • kt : milliers de tonnes métriques
  • $/t : dollars par tonne
  • s/o : sans objet
  • p : prévisions d’AAC, exception faites de celles de Statistiques Canada sur la superficie, le rendement et la production pour 2020-2021
  • Source : Statistique Canada et Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC)

Soja

En 2020-2021, on estime que les approvisionnements intérieurs de soja ont grimpé de 5 % par rapport à l’an dernier, totalisant 7,5 Mt, contre 7,1 Mt l’an dernier, par suite d’une légère augmentation des stocks en début de campagne et d'une augmentation de la production de 3 %, ou 0,2 Mt. On estime que les importations de soja ont augmenté légèrement pour atteindre 0,4 Mt pendant la campagne agricole actuelle, contre 0,24 Mt en 2019-2020.

On estime également que les exportations canadiennes de soja ont grimpé de 23 % pour atteindre 4,4 Mt dans la présente campagne agricole, soutenues par la forte demande mondiale et les réserves intérieures plus élevées. Le volume de soja transformé au Canada devrait augmenter de 9 % par rapport à l’an dernier et se situer autour du niveau normal historique de 1,9 Mt, soutenu par les fortes marges dégagées par les activités de trituration et par la forte demande d’huiles végétales. Selon les estimations, les prix de soja devraient augmenter de 30 % pour atteindre 545 $/t durant la campagne agricole actuelle, contre des prix moyens de 420 $/t en 2019-2020.

Selon les estimations du rapport WASDE de l’USDA publié en janvier 2021, la production mondiale de soja augmentera pour s'établir à 361 Mt, contre 336 Mt en 2019-2020 et 361 Mt en 2018-2019. Les approvisionnements mondiaux de soja atteindront 456 Mt, en hausse de 2 % par rapport à l’an dernier, car les stocks plus serrés en début de campagne atténuent l’augmentation de la production. L’utilisation intérieure de soja à l’échelle mondiale est estimée à 370 Mt, soit une hausse de 4 % par rapport à l’an dernier. De ce volume, le volume de trituration intérieur devrait augmenter de 4 % pour totaliser 322 Mt, et les gains les plus importants seront observés en Chine, soit une hausse de 41 % pour totaliser 129 Mt. Le commerce mondial devrait atteindre 169 Mt, soit une augmentation de 3 % par rapport à l’an dernier, alors que les stocks en fin de campagne devraient baisser à 84 Mt, contre 95 Mt en 2019-2020.

Les facteurs à surveiller pour le reste de la campagne agricole sont :

  1. la vigueur des achats chinois
  2. les problèmes logistiques de l’Argentine, dont la possibilité d’une grève des débardeurs portuaires
  3. les conditions de croissance en Amérique du Sud
  4. les intentions d’ensemencement aux États-Unis pour 2021-2022.

En 2021-2022, la superficie ensemencée au Canada devrait augmenter de 12 % pour totaliser 2,3 Mha, grâce au soutien des prix élevés, mais les gains de superficie seront cependant limités par les préoccupations de faible humidité du sol, par la courte saison de croissance dans l’Ouest canadien et par les prix attrayants des cultures concurrentes. En supposant des rendements semblables à ceux de la moyenne quinquennale précédente, la production devrait atteindre 6,6 Mt contre 6,4 Mt en 2020-2021 et 6,1 Mt en 2019-2020.

L’offre globale devrait augmenter à 7,7 Mt, car l’augmentation de la production et les importations légèrement plus élevées vont plus que compenser la baisse estimée des stocks en début de campagne. Les exportations devraient augmenter de 14 % pour atteindre 5,0 Mt, avec des expéditions vers divers pays. La transformation intérieure de soja devrait être stable à 1,9 Mt par rapport à l'an dernier. Les stocks en fin de campagne devraient chuter de moitié ou presque et se situer à 0,33 Mt, comparativement aux volumes estimés de 0,60 Mt pour 2020-2021 et de 0,61 Mt pour la moyenne quinquennale.

Les prix du soja devraient chuter de 45 $/t pour s’établir à 500 $/t en raison de la baisse des prix aux États-Unis et de la stabilité des taux de change entre le dollar canadien et le dollar américain.

Soja : le 25 janvier 2021
2019-2020 2020-2021[p] 2021-2022[p]
Superficie ensemencée (kha) 2 313 2 052 2 300
Superficie récoltée (kha) 2 271 2 041 2 292
Rendement (t/ha) 2,71 3,12 2,88
Production (kt) 6 145 6 359 6 600
Importations (kt) [b] 242 400 500
Offre totale (kt) 7 093 7 480 7 700
Exportations (kt) [c] 3 576 4 400 5 000
Alimentation et utilisation industrielle (kt) [d] 1 742 1 900 1 900
Provendes, déchets et criblures (kt) 841 380 275
Utilisation intérieure totale (kt) [e] 2 796 2 480 2 375
Stocks de fin de campagne (kt) 721 600 325
Prix moyen ($/t) [g] 419 545 500
  • [a] La campagne agricole s'étend d'août à juillet sauf pour le maïs et le soja (septembre à août).
  • [b] Ne comprend pas les importations de produits dérivés
  • [c] Comprend les exportations de produits du blé, du blé dur, de l'orge, de l'avoine et du seigle. Ne comprend pas les exportations de produits d'oléagineux.
  • [d] Les informations sur l'utilisation du soja à des fins industrielles et de l'alimentation humaine sont fondées sur les données provenant de la Canadian Oilseed Processors Association. Les données sur le lin ne sont pas reflétées dans le total en raison de leur nature confidentielle.
  • [e] Utilisation intérieure est égal à Alimentation humaine et utilisation industrielle plus Provendes, déchets et criblures plus Semences
  • [g] Prix moyens de la campagne agricole : soja (n°2 en entrepôt à Chatham)
  • kha : milliers d'hectares
  • t/ha : tonnes par hectare
  • kt : milliers de tonnes métriques
  • $/t : dollars par tonne
  • p : prévisions d’AAC, exception faites de celles de Statistiques Canada sur la superficie, le rendement et la production pour 2020-2021
  • Source : Statistique Canada et Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC)
Total des oléagineux : le 25 janvier 2021
2019-2020 2020-2021[p] 2021-2022[p]
Superficie ensemencée (kha) 11 172 10 839 11 410
Superficie récoltée (kha) 11 066 10 732 11 339
Rendement (t/ha) 2,37 2,39 2,40
Production (kt) 26 238 25 656 27 175
Importations (kt) [b] 418 510 610
Offre totale (kt) 31 857 30 081 29 685
Exportations (kt) [c] 14 095 15 800 15 900
Alimentation et utilisation industrielle (kt) [d] 11 871 11 400 11 400
Provendes, déchets et criblures (kt) 1 685 701 614
Utilisation intérieure totale (kt) [e] 13 847 12 381 12 285
Stocks de fin de campagne (kt) 3 915 1 900 1 500
  • [b] Ne comprend pas les importations de produits dérivés
  • [c] Comprend les exportations de produits du blé, du blé dur, de l'orge, de l'avoine et du seigle. Ne comprend pas les exportations de produits d'oléagineux.
  • [d] Les informations sur l'utilisation du soja à des fins industrielles et de l'alimentation humaine sont fondées sur les données provenant de la Canadian Oilseed Processors Association. Les données sur le lin ne sont pas reflétées dans le total en raison de leur nature confidentielle.
  • [e] Utilisation intérieure est égal à Alimentation humaine et utilisation industrielle plus Provendes, déchets et criblures plus Semences
  • kha : milliers d'hectares
  • t/ha : tonnes per hectare
  • kt : milliers de tonnes métriques
  • $/t : dollars par tonne
  • p : prévisions d’AAC, exception faites de celles de Statistiques Canada sur la superficie, le rendement et la production pour 2020-2021
  • Source : Statistique Canada et Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC)
Total des céréales et oléagineux : le 25 janvier 2021
2019-2020 2020-2021[p] 2021-2022[p]
Superficie ensemencée (kha) 27 568 27 490 27 764
Superficie récoltée (kha) 26 242 26 419 26 612
Rendement (t/ha) 3,32 3,42 3,31
Production (kt) 87 125 90 444 88 184
Importations (kt) [b] 2 957 2 416 2 812
Offre totale (kt) 104 611 106 256 103 146
Exportations (kt) [c] 45 077 50 000 47 930
Utilisation intérieure totale (kt) [e] 46 138 44 106 43 766
Stocks de fin de campagne (kt) 13 397 12 150 11 450
  • [b] Ne comprend pas les importations de produits dérivés
  • [c] Comprend les exportations de produits du blé, du blé dur, de l'orge, de l'avoine et du seigle. Ne comprend pas les exportations de produits d'oléagineux.
  • [d] Les informations sur l'utilisation du soja à des fins industrielles et de l'alimentation humaine sont fondées sur les données provenant de la Canadian Oilseed Processors Association. Les données sur le lin ne sont pas reflétées dans le total en raison de leur nature confidentielle.
  • [e] Utilisation intérieure est égal à Alimentation humaine et utilisation industrielle plus Provendes, déchets et criblures plus Semences
  • kha : milliers d'hectares
  • t/ha : tonnes par hectare
  • kt : milliers de tonnes métriques
  • $/t : dollars par tonne
  • p : prévisions d’AAC, exception faites de celles de Statistiques Canada sur la superficie, le rendement et la production pour 2020-2021
  • Source : Statistique Canada et Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC)

Légumineuses et cultures spéciales

Pois secs

En 2020-2021, les exportations canadiennes de pois secs ont totalisé 1,5 million de tonnes (Mt) pour la période d’août à novembre, soit 11 % de plus que l’an dernier pour la même période. La Chine a importé la plus large part jusqu’à présent avec 1,2 Mt. Les grands débouchés des exportations canadiennes, après la Chine, sont le Bangladesh et les États-Unis. Les exportations globales de pois secs canadiens devraient augmenter légèrement et atteindre 3,8 Mt pour la présente campagne agricole en raison de la demande accrue d’exportation de la Chine.

L’offre canadienne de pois secs devrait augmenter de 6 %, car la production plus élevée est partiellement compensée par des stocks plus bas en début de campagne. En raison de l’offre accrue, les stocks en fin de campagne devraient monter, mais continuer d’être favorables aux prix en 2020-2021. Le prix moyen devrait être de 19 % plus élevé qu’en 2019-2020, essentiellement à cause des prix plus élevés des pois jaunes et des pois fourragers, et des prix plus bas des pois verts. Le prix des pois verts devrait conserver une prime de 35 $/t sur les pois jaunes pour la campagne agricole comparativement à une prime de 115 $/t l’an dernier.

Selon l’USDA, la production américaine de pois secs avoisine 1,0 Mt, en baisse de 2 % par rapport à 2019-2020. Cette baisse découle surtout du recul de la superficie ensemencée et de rendements supérieurs. Par conséquent, les exportations de pois secs canadiens aux États-Unis devraient dépasser légèrement 0,1 Mt en 2020-2021, un volume semblable à l’an dernier.

En 2021-2022, la superficie ensemencée devrait augmenter légèrement par rapport à 2020-2021 pour atteindre un niveau quasi record de 1,75 million d’hectares (Mha) en raison des bonnes perspectives de profits par rapport aux autres cultures. Les pois secs continuent d’être considérés comme une option avantageuse dans une rotation de cultures. La production devrait diminuer légèrement et s’établir à 4,4 Mt en supposant des rendements tendanciels. On prévoit une légère hausse de l’offre à 4,9 Mt en raison des stocks plus élevés en début de campagne. Puisque les tarifs douaniers imposés par l’Inde devraient demeurer en place, les exportations vers d’autres pays devraient être légèrement inférieures à celles de 2020-2021, et les stocks en fin de campagne devraient augmenter. Le prix moyen devrait être plus bas qu’en 2020-2021, en raison des prix inférieurs des pois et de l’offre mondiale abondante.

Pois secs [a] : le 25 janvier 2021
2019-2020 2020-2021[p] 2021-2022[p]
Superficie ensemencée (kha) 1 753 1 722 1 750
Superficie récoltée (kha) 1 711 1 685 1 715
Rendement (t/ha) 2,48 2,73 2,57
Production (kt) 4 237 4 594 4 400
Importations (kt) [b] 82 90 80
Offre totale (kt) 4 630 4 917 4 930
Exportations (kt) (b) 3 781 3 800 3 700
Utilisation intérieure totale (kt) (c) 616 667 730
Stocks de fin de campagne (kt) 233 450 500
Ratio stocks-utilisation 0 0 0
Prix moyen (d) 265 315 285
  • [a] Campagne agricole d'août à juillet. Comprend les légumineuses (pois sec, lentille, haricot sec, pois chiche) et les cultures spéciales (graine de moutarde, graine à canaris et graine de tournesol).
  • [b] Les produits sont exclus.
  • [c] Comprend l'alimentation humaine et animale, les semences, les déchets et les criblures. L'utilisation intérieure totale est calculée sur une base résiduelle.
  • [d] Prix au producteur franco à bord (FAB) : usine Moyenne - tous types grades et marchés confondus.
  • kha : milliers d'hectares
  • t/ha : tonnes par hectare
  • kt : milliers de tonnes métriques
  • $/t : dollars par tonne
  • p : prévisions d’AAC, exception faites de celles de Statistiques Canada sur la superficie, le rendement et la production pour 2020-2021
  • Source : Statistique Canada et Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC)

Lentilles

En 2020-2021, les exportations canadiennes de lentilles ont totalisé 1,0 Mt pour la période d’août à novembre, soit 53 % de plus que celles enregistrées pour la même période en 2019. C’est l’Inde qui a importé la plus large part jusqu’à maintenant, soit un peu moins de 0,4 Mt. Les principaux débouchés d’exportation, après l’Inde, sont la Turquie, suivie des Émirats arabes unis. Les exportations canadiennes globales de lentilles en 2020-2021 devraient diminuer légèrement et se situer à 2,8 Mt, compte tenu des droits d’importation imposés par l’Inde sur les lentilles. On estime que l’offre de lentilles au Canada est légèrement inférieure à celle de l’année dernière, puisque les stocks plus bas en début de campagne ont été partiellement contrebalancés par la production plus élevée. Compte tenu de l’offre légèrement réduite et du recul des exportations, les stocks en fin de campagne devraient être légèrement plus bas à la fin de la campagne agricole 2020-2021.

Les prix moyens globaux devraient grimper de 24 % par rapport à l’an dernier et atteindre 600 $/t. Aux incidences des prix plus élevés offerts à tous les types de lentilles, s’ajoute la répartition moyenne des grades. Par conséquent, les rabais accordés aux grades inférieurs de tous les types de lentilles vertes ont été moindres. Les prix des grosses lentilles vertes no1 devraient conserver une prime de 145 $/t sur le prix des lentilles rouges no1 au cours de la campagne agricole, contre une prime de 105 $/t en 2019-2020.

La production de lentilles aux États-Unis est estimée à 336 000 tonnes (Kt), en hausse de 40 % par rapport à l’an dernier. Les exportations de lentilles canadiennes aux États-Unis en 2020-2021 devraient donc se situer à un niveau semblable à l’an dernier, soit 60 kt.

En 2021-2022, la superficie ensemencée au Canada devrait augmenter de 5 % et totaliser 1,8 Mha, en raison des prix élevés des lentilles de grade no 1 l’an dernier. La production devrait diminuer légèrement à 2,85 Mt. Compte tenu des stocks plus bas en début de campagne, l’offre devrait baisser un peu pour s’établir à 3,1 Mt. Les exportations devraient baisser par rapport à 2020-2021 pour atteindre 2,7 Mt et l’offre à l’exportation devrait être réduite. Les stocks en fin de campagne devraient augmenter à 200 kt. En supposant une répartition moyenne des grades et l’application de rabais aux grades inférieurs, le prix global des lentilles devrait être inférieur à celui de 2020-2021.

Lentilles [a] : le 25 janvier 2021
2019-2020 2020-2021[p] 2021-2022[p]
Superficie ensemencée (kha) 1 530 1 713 1 800
Superficie récoltée (kha) 1 489 1 705 1 775
Rendement (t/ha) 1,60 1,68 1,61
Production (kt) 2 382 2 868 2 850
Importations (kt) [b] 90 95 75
Offre totale (kt) 3 327 3 172 3 100
Exportations (kt) (b) 2 861 2 800 2 700
Utilisation intérieure totale (kt) (c) 258 197 200
Stocks de fin de campagne (kt) 209 175 200
Ratio stocks-utilisation 0 0 0
Prix moyen (d) 485 600 585
  • [a] Campagne agricole d'août à juillet. Comprend les légumineuses (pois sec  lentille, haricot sec, pois chiche) et les cultures spéciales (graine de moutarde, graine à canaris et graine de tournesol).
  • [b] Les produits sont exclus.
  • [c] Comprend l'alimentation humaine et animale, les semences, les déchets et les criblures. L'utilisation intérieure totale est calculée sur une base résiduelle.
  • [d] Prix au producteur franco à bord (FAB) : usine Moyenne - tous types grades et marchés confondus.
  • kha : milliers d'hectares
  • t/ha : tonnes par hectare
  • kt : milliers de tonnes métriques
  • $/t : dollars par tonne
  • p : prévisions d’AAC, exception faites de celles de Statistiques Canada sur la superficie, le rendement et la production pour 2020-2021
  • Source : Statistique Canada et Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC)

Haricots secs

En 2020-2021, on prévoit que les exportations seront légèrement supérieures à celles de l’an dernier. L’UE et les États-Unis devraient demeurer les principaux marchés des haricots secs canadiens, et de plus petits volumes seront exportés au Japon et au Mexique. En raison de l’offre record, les stocks en fin de campagne devraient augmenter nettement par rapport à l’an dernier. Le prix moyen des haricots secs canadiens devrait baisser de 17 % en raison de la production et de l’offre plus élevées en Amérique du Nord.

Selon l’USDA, la production globale de haricots secs aux États-Unis (à l’exception des pois chiches) s’élèverait à un volume record de 1,5 Mt, en hausse de 59 % par rapport à 2020-2021. La production de haricots secs aux États-Unis a été plus élevée pour tous les types de haricots, et ceci a été particulièrement marqué dans les petits haricots ronds blancs et les haricots pinto. Ceci et le dollar canadien plus fort que l’an dernier devraient continuer de limiter les prix des haricots secs canadiens en 2020-2021.

En 2021-2022, la superficie ensemencée devrait être plus faible qu’en 2020-2021, en raison des perspectives de revenus favorables pour les autres cultures, dont le soja et le maïs. La production devrait diminuer à 0,36 Mt en raison d’une diminution de la superficie et des rendements attendus. L’offre devrait monter à 0,6 Mt en raison des stocks plus élevés en début de campagne. Les exportations devraient demeurer pareilles à celles de 2020-2021. Les stocks en fin de campagne devraient être plus élevés que ceux de l’an dernier. Le prix moyen des haricots secs canadiens devrait demeure semblable à celui de l’an dernier en raison des prévisions d’une offre nord-américaine inchangée.

Haricots secs [a] : le 25 janvier 2021
2019-2020 2020-2021[p] 2021-2022[p]
Superficie ensemencée (kha) 160 185 160
Superficie récoltée (kha) 150 183 154
Rendement (t/ha) 2,11 2,68 2,31
Production (kt) 317 490 355
Importations (kt) [b] 75 70 75
Offre totale (kt) 442 585 595
Exportations (kt) (b) 361 365 365
Utilisation intérieure totale (kt) (c) 56 55 55
Stocks de fin de campagne (kt) 25 165 175
Ratio stocks-utilisation 0 0 0
Prix moyen (d) 985 820 825
  • [a] Campagne agricole d'août à juillet. Comprend les légumineuses (pois sec, lentille, haricot sec, pois chiche) et les cultures spéciales (graine de moutarde, graine à canaris et graine de tournesol).
  • [b] Les produits sont exclus.
  • [c] Comprend l'alimentation humaine et animale, les semences, les déchets et les criblures. L'utilisation intérieure totale est calculée sur une base résiduelle.
  • [d] Prix au producteur franco à bord (FAB) : usine Moyenne - tous types grades et marchés confondus.
  • kha : milliers d'hectares
  • t/ha : tonnes par hectare
  • kt : milliers de tonnes métriques
  • $/t : dollars par tonne
  • p : prévisions d’AAC, exception faites de celles de Statistiques Canada sur la superficie, le rendement et la production pour 2020-2021
  • Source : Statistique Canada et Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC)

Pois chiches

En 2020-2021, les exportations devraient demeurer inchangées par rapport à 2019-2020. Les États-Unis et le Pakistan ont été les principaux débouchés pour les pois chiches canadiens jusqu’à ce jour. Les stocks en fin de campagne devraient augmenter et atteindre des niveaux records. Le prix moyen devrait augmenter en raison de la forte demande mondiale et des stocks plus bas en fin de campagne.

Selon les estimations de l’USDA, la production de pois chiches aux États-Unis devrait chuter à 194 Mt, une baisse de 32 % par rapport à 2019-2020, surtout en raison de la superficie réduite.

En 2021-2022, la superficie ensemencée devrait chuter par rapport à 2020-2021 en raison d’une rentabilité attendue moins intéressante que celles des autres légumineuses. Par conséquent, la production devrait reculer de 21 % pour atteindre 170 kt. L’offre devrait augmenter légèrement par rapport à l’an dernier, car la production moindre est en partie compensée par les stocks importants en début de campagne. Les exportations devraient être plus élevées que l’an dernier tandis que les stocks en fin de campagne devraient augmenter et demeurer encombrants. Le prix moyen devrait être plus bas qu’en 2020-2021 par suite de l’augmentation prévue de l’offre mondiale et, aussi par ricochet, de la diminution de la demande mondiale.

Pois chiches [a] : le 25 janvier 2021
2019-2020 2020-2021[p] 2021-2022[p]
Superficie ensemencée (kha) 159 121 100
Superficie récoltée (kha) 156 120 97
Rendement (t/ha) 1,61 1,79 1,75
Production (kt) 252 214 170
Importations (kt) [b] 48 45 50
Offre totale (kt) 439 509 540
Exportations (kt) (b) 105 105 125
Utilisation intérieure totale (kt) (c) 85 84 85
Stocks de fin de campagne (kt) 250 320 330
Ratio stocks-utilisation 1 2 2
Prix moyen (d) 490 570 545
  • [a] Campagne agricole d'août à juillet. Comprend les légumineuses (pois sec, lentille, haricot sec, pois chiche) et les cultures spéciales (graine de moutarde, graine à canaris et graine de tournesol).
  • [b] Les produits sont exclus.
  • [c] Comprend l'alimentation humaine et animale, les semences, les déchets et les criblures. L'utilisation intérieure totale est calculée sur une base résiduelle.
  • [d] Prix au producteur franco à bord (FAB) : usine Moyenne - tous types grades et marchés confondus.
  • kha : milliers d'hectares
  •  t/ha : tonnes par hectare
  • kt : milliers de tonnes métriques
  • $/t : dollars par tonne
  • p : prévisions d’AAC, exception faites de celles de Statistiques Canada sur la superficie, le rendement et la production pour 2020-2021
  • Source : Statistique Canada et Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC)

Graines de moutarde

En 2020-2021, les exportations devraient diminuer légèrement par rapport à 2019-2020 et s’établir à 110 kt, mais les stocks en fin de campagne devraient baisser par suite de l’offre plus faible. Les États-Unis et l’UE devraient demeurer les principaux débouchés d’exportation pour les graines de moutarde canadiennes. En raison de la diminution des stocks, on prévoit que le prix moyen augmentera de 16 % par rapport aux niveaux observés en 2019-2020.

En 2021-2022, la superficie ensemencée devrait augmenter en raison des meilleures perspectives de profits par rapport à l’an dernier. La production devrait augmenter à 145 kt par suite de la superficie semée accrue. L’offre devrait augmenter seulement légèrement en raison des stocks de début de campagne plus bas. Les exportations devraient être plus élevées et atteindre 115 kt tandis que les stocks en fin de campagne devraient se resserrer par rapport à l’an dernier. Le prix moyen devrait être légèrement inférieur à celui de 2020-2021.

Graines de moutarde [a] : le 25 janvier 2021
2019-2020 2020-2021[p] 2021-2022[p]
Superficie ensemencée (kha) 161 104 160
Superficie récoltée (kha) 155 101 155
Rendement (t/ha) 0,87 0,98 0,94
Production (kt) 135 99 145
Importations (kt) [b] 7 7 8
Offre totale (kt) 214 166 168
Exportations (kt) (b) 113 110 115
Utilisation intérieure totale (kt) (c) 41 41 43
Stocks de fin de campagne (kt) 61 15 10
Ratio stocks-utilisation 0 0 0
Prix moyen (d) 700 810 800
  • [a] Campagne agricole d'août à juillet. Comprend les légumineuses (pois sec, lentille, haricot sec, pois chiche) et les cultures spéciales (graine de moutarde, graine à canaris et graine de tournesol).
  • [b] Les produits sont exclus.
  • [c] Comprend l'alimentation humaine et animale, les semences, les déchets et les criblures. L'utilisation intérieure totale est calculée sur une base résiduelle.
  • [d] Prix au producteur franco à bord (FAB) : usine Moyenne - tous types grades et marchés confondus.
  • kha : milliers d'hectares
  • t/ha : tonnes par hectare
  • kt : milliers de tonnes métriques
  • $/t : dollars par tonne
  • p : prévisions d’AAC, exception faites de celles de Statistiques Canada sur la superficie, le rendement et la production pour 2020-2021
  • Source : Statistique Canada et Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC)

Graines à canaris

En 2020-2021, les exportations devraient être semblables à celles de l’an dernier. L’UE et le Mexique devraient demeurer les principaux débouchés d’exportation, suivis par l’Amérique du Sud, en particulier le Brésil et la Colombie. Les stocks en fin de campagne devraient se contracter. Par conséquent, le prix moyen devrait augmenter par rapport à 2019-2020.

En 2021-2022, la superficie ensemencée devrait être plus élevée que l’an dernier en raison des bonnes perspectives de revenus comparativement à d’autres cultures. La production devrait être plus élevée en raison de la superficie accrue et des rendements tendanciels, mais l’offre devrait demeurer relativement inchangée. Les exportations devraient être comparables à celles de 2020-2021, et les stocks en fin de campagne devraient demeurer serrés. On s’attend à ce que le prix moyen soit inférieur à celui de l’année précédente.

Graines à canaris [a] : le 25 janvier 2021
2019-2020 2020-2021[p] 2021-2022[p]
Superficie ensemencée (kha) 118 111 120
Superficie récoltée (kha) 115 110 117
Rendement (t/ha) 1,52 1,46 1,45
Production (kt) 175 161 170
Importations (kt) [b] 0 0 0
Offre totale (kt) 186 176 175
Exportations (kt) (b) 161 160 160
Utilisation intérieure totale (kt) (c) 9 11 10
Stocks de fin de campagne (kt) 15 5 5
Ratio stocks-utilisation 0 0 0
Prix moyen (d) 630 650 615
  • [a] Campagne agricole d'août à juillet. Comprend les légumineuses (pois sec, lentille, haricot sec, pois chiche) et les cultures spéciales (graine de moutarde, graine à canaris et graine de tournesol).
  • [b] Les produits sont exclus.
  • [c] Comprend l'alimentation humaine et animale, les semences, les déchets et les criblures. L'utilisation intérieure totale est calculée sur une base résiduelle.
  • [d] Prix au producteur franco à bord (FAB) : usine Moyenne - tous types grades et marchés confondus.
  • kha : milliers d'hectares
  • t/ha : tonnes par hectare
  • kt : milliers de tonnes métriques
  • $/t : dollars par tonne
  • p : prévisions d’AAC, exception faites de celles de Statistiques Canada sur la superficie, le rendement et la production pour 2020-2021
  • Source : Statistique Canada et Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC)

Graines de tournesol

En 2020-2021, les exportations devraient être légèrement plus élevées que l’an dernier, mais les stocks en fin de campagne devraient augmenter de 34 %. Jusqu’ici, les États-Unis restent le principal débouché des exportations de graines de tournesol canadiennes. Le prix moyen devrait reculer de 8 % par rapport à 2019-2020 en raison des prix plus bas des types d’oléagineux cultivés au Canada cette année.

Selon les estimations de l’USDA, la production des graines de tournesol aux États-Unis a augmenté de 53 % pour atteindre 1,35 Mt, en grande partie grâce à des rendements records. On estime que la récolte américaine de graines de tournesol est constituée d’environ 1,2 Mt de tournesol de type oléagineux, un taux plus élevé que l’an dernier. Aux États-Unis, la production de graines de tournesol de type confiserie a presque doublé cette année pour dépasser 150 kt.

En 2020-2021, l’USDA estime que l’offre mondiale de graines de tournesol totalise 55 Mt, soit une baisse de 9 % par rapport à l’offre record de l’an dernier. Les exportations mondiales devraient baisser pour s’établir à 2,9 Mt et l’utilisation intérieure devrait baisser à 50 Mt. Malgré cela, les stocks en fin de campagne devraient diminuer de 28 % pour s’établir à 1,8 Mt, le plus bas niveau depuis 2002-2003.

En 2021-2022, la surface ensemencée devrait reculer de 10 000 hectares par rapport à 2020-2021, en raison des moins bonnes perspectives de revenus comparativement à d’autres cultures concurrentes. La production devrait chuter à 75 kt en supposant un retour à des rendements normaux. L’offre devrait toutefois augmenter pour s’établir à 240 kt. Les exportations devraient demeurer stables par rapport à l’an dernier, soit à 40 kt, et les stocks en fin de campagne devraient augmenter pour une troisième année consécutive. Le prix moyen devrait être plus élevé qu’en 2020-2021 alors que les prix au Canada seront plus élevés pour le type oléagineux, mais semblables pour le type utilisé en confiserie.

Graines de tournesol [a] : le 25 janvier 2021
2019-2020 2020-2021[p] 2021-2022[p]
Superficie ensemencée (kha) 31 45 35
Superficie récoltée (kha) 29 45 34
Rendement (t/ha) 2,18 2,25 2,21
Production (kt) 63 101 75
Importations (kt) [b] 26 26 25
Offre totale (kt) 186 232 240
Exportations (kt) (b) 37 40 40
Utilisation intérieure totale (kt) (c) 44 52 50
Stocks de fin de campagne (kt) 104 140 150
Ratio stocks-utilisation 1 2 2
Prix moyen (d) 620 570 585
  • [a] Campagne agricole d'août à juillet. Comprend les légumineuses (pois sec, lentille, haricot sec, pois chiche) et les cultures spéciales (graine de moutarde, graine à canaris et graine de tournesol).
  • [b] Les produits sont exclus.
  • [c] Comprend l'alimentation humaine et animale, les semences, les déchets et les criblures. L'utilisation intérieure totale est calculée sur une base résiduelle.
  • [d] Prix au producteur franco à bord (FAB) : usine Moyenne - tous types grades et marchés confondus.
  • kha : milliers d'hectares
  • t/ha : tonnes par hectare
  • kt : milliers de tonnes métriques
  • $/t : dollars par tonne
  • p : prévisions d’AAC, exception faites de celles de Statistiques Canada sur la superficie, le rendement et la production pour 2020-2021
  • Source : Statistique Canada et Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC)
Total des légumineuses et cultures spéciales [a] : le 25 janvier 2021
2019-2020 2020-2021[p] 2021-2022[p]
Superficie ensemencée (kha) 3 911 4 000 4 125
Superficie récoltée (kha) 3 804 3 949 4 047
Rendement (t/ha) 1,99 2,16 2,02
Production (kt) 7 559 8 527 8 165
Importations (kt) [b] 327 333 313
Offre totale (kt) 9 424 9 757 9 748
Exportations (kt) (b) 7 418 7 380 7 205
Utilisation intérieure totale (kt) (c) 1 109 1 107 1 173
Stocks de fin de campagne (kt) 897 1 270 1 370
  • [a] Campagne agricole d'août à juillet. Comprend les légumineuses (pois sec, lentille, haricot sec, pois chiche) et les cultures spéciales (graine de moutarde, graine à canaris et graine de tournesol).
  • [b] Les produits sont exclus.
  • [c] Comprend l'alimentation humaine et animale, les semences, les déchets et les criblures. L'utilisation intérieure totale est calculée sur une base résiduelle.
  • [d] Prix au producteur franco à bord (FAB) : usine Moyenne - tous types grades et marchés confondus.
  • kha : milliers d'hectares
  • t/ha : tonnes par hectare
  • kt : milliers de tonnes métriques
  • $/t : dollars par tonne
  • p : prévision d'AAC et Statistique Canada.
  • Source : Statistique Canada et Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC)

Données historiques

On peut obtenir des données historiques sur les principales grandes cultures sous forme de tableur électronique en adressant un courriel à aafc.bulletin.aac@canada.ca. Veuillez préciser les cultures, les campagnes agricoles et le format de fichier préféré.

Signaler un problème sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :
Date de modification :