Sélection de la langue

Recherche

Sylvie Cloutier (Ph. D.)

Sylvie Cloutier banner Text: We cover a lot of ground
Sylvie Cloutier (Ph. D.)

Sylvie Cloutier (Ph. D.)

Chercheuse scientifique – généticienne moléculaire

Centre de recherche et de développement d'Ottawa

Pourquoi êtes-vous devenu scientifique?

Je suis une personne naturellement curieuse qui remet tout en question. La profession de scientifique satisfait ma curiosité et me permet d'avoir un large champ de prise de décision : des idées à l'exécution, en passant par les résultats et l'impact. C'est très gratifiant.

Nous vous présentons Sylvie Cloutier (Ph. D.)

Transcription de la vidéo

*NOTE: La vidéo a été enregistrée avant la mise en place des mesures d'éloignement sanitaire du gouvernement du Canada. Les Canadiens sont invité à continuer de suivre les directives de sécurité liées à la COVID-19.

[La musique optimiste et technologique commence. La récolte de vastes champs de laitue est en cours.]

Sylvie Cloutier : Il y a 2 % des gens qui produisent toute la nourriture pour tous les gens de la planète. Lorsqu'on regarde à l'agriculture au complet et à la population mondiale…

[Une moissonneuse batteuse récolte des rangées de blé.]

… l'espèce le blé est une des espèces qui contribuent 20% des calories…

[Des rangées de pain sont en vente dans un marché.]

… et 20 % de l'apport en protéines pour nourrir le monde.

[Sylvie Cloutier donne une entrevue dans une serre remplie de blé. Le texte apparaît à côté d'une icône d'ADN].

Texte : Sylvie Cloutier, Ph. D., Chercheuse scientifique – Généticienne moléculaire, Agriculture et Agroalimentaire Canada

Mon nom est Sylvie Cloutier. Je suis généticienne moléculaire et je travaille sur le blé.

[Sylvie passe devant les rangées de chambres de croissance des plantes. Le texte apparaît à côté d'une icône de localisation].

Texte : Ottawa, Ontario

Dans le blé présentement, on observe un rétrécissement de la diversité génétique. Il y a environ une centaine d'années, 100-150 ans, on a commencé à faire de l'amélioration génétique.

[Sylvie ouvre une chambre de croissance des plantes pour révéler des échantillons de blé à l'intérieur.]

Les fermiers en premier sont allés dans les champs et ont sélectionné les plantes qui étaient les plus belles, etc. En faisant ça, on sélectionne souvent pour les choses qu'on veut mais les choses qu'on veut c'est les choses qu'on veut aujourd'hui, maintenant dans l'environnement.

[Sylvie utilise des pinces pour prélever des échantillons de grains dans le blé].

Et parfois on a laissé en arrière des gènes qui seraient très utiles mais qu'on n'a plus maintenant à l'intérieur de l'espèce. Donc, mon rôle à moi c'est de retourner vers ces espèces sauvages-là et d'aller chercher la diversité génétique qu'on appelle perdue et de la ramener à l'intérieur de l'espèce blé pour l'aider à l'amélioration.

[Les moissonneuses-batteuses s'entrecroisent dans un champ de blé au coucher du soleil.]

Je pense que les Canadiens et les Canadiennes doivent être très fiers de la contribution qu'on fait pour la sécurité alimentaire au niveau du monde entier.

[Du texte apparaît sur un fond blanc avec une bande verte.]

Texte : Pour en savoir plus, visitez agr.gc.ca/champs-scientifiques. Nous avons un grand champ d'action.

[Le mot-symbole Canada apparaît. La musique s'éteint.]

Profil

Quel aspect de votre travail préférez-vous?

C'est tout sauf ennuyeux – je ne pourrais pas faire un travail répétitif – car les défis sont vastes et constants. Je façonne mes activités dans une large mesure parce que je suis le moteur du changement en générant des idées. La stimulation est permanente. Bien que le sens de l'aventure ne soit pas pour tout le monde, je trouve passionnant de toujours être à l'aube de quelque chose de nouveau.

Quelle est la question la plus courante que l'on vous pose sur votre travail?

C'est quand les gens me demandent : « Que faites-vous dans la vie? ». Je leur réponds que je suis une généticienne moléculaire et que je travaille sur le blé et le lin. Habituellement, c'est une mauvaise façon de commencer une conversation.

Quel a été le plus grand défi que vous ayez rencontré dans votre carrière?

Le programme de doctorat nous forme à certains aspects de la science, mais nous ne recevons pas de formation officielle sur les compétences non techniques qui font de nous de meilleurs gestionnaires, joueurs d'équipe et leaders, par exemple. Pourtant, ces compétences sont extrêmement importantes, car pour être un bon scientifique, il faut exercer ces compétences et bien d'autres encore, qu'il faut acquérir et améliorer tout au long de sa carrière pour réussir.

Qui a inspiré votre carrière ou qui est votre idole?

Frederick Sanger. Il a remporté non pas un, mais deux prix Nobel, dont un pour avoir développé la méthodologie de séquençage de l'ADN. Pourtant, il était décrit comme une personne humble qui adhérait aux plus hauts standards, et ne cherchait pas à attirer l'attention ou à accéder au pouvoir.

Quel est votre plat favori?

Le pain, bien sûr. Chaud, humide et beurré.

Blé canadien : grillé par le monde entier

Imaginez-vous dégustant des rôties chaudes recouvertes de beurre crémeux et de confiture sucrée. Y a-t-il quelque chose de plus délicieux avec votre tasse de café ou de thé chaud du matin?

Il y a de fortes chances que le blé qui sert à la préparation de vos rôties et du déjeuner de millions de personnes dans le monde entier soit cultivé par des agriculteurs canadiens. Et ces agriculteurs sont soutenus par des chercheurs d'Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC), comme la scientifique Sylvie Cloutier, généticienne moléculaire.

« Le blé canadien nourrit le monde, indique Mme Cloutier. Notre réputation internationale pour la production de blé de la plus haute qualité me rend fière. »

Depuis plus de 100 ans, les chercheurs d'AAC ont consacré leur carrière à l'amélioration du rendement et de la qualité des variétés de blé cultivées au Canada. Les résultats ont été payants.

Aujourd'hui, le Canada est l'un des plus grands exportateurs de blé au monde, avec une récolte annuelle de 5 milliards de dollars. Le blé canadien représente une part importante des calories et des protéines consommées chaque jour dans le monde.

Mais il y a un problème : les inondations, les sécheresses, les maladies et les organismes nuisibles sont de plus en plus fréquents, ce qui rend la croissance du blé et des autres cultures plus difficile.

C'est là qu'intervient le savoir-faire moléculaire de Mme  Cloutier. Elle travaille à la découverte de ce qu'on appelle les « gènes de résistance au stress » dans l'ADN des blés sauvages ou moins adaptés, afin que les sélectionneurs de végétaux puissent ensuite les incorporer dans les variétés canadiennes actuelles à forte production que les agriculteurs canadiens aiment cultiver.

De tels gènes se produisent naturellement lorsque différentes variétés s'adaptent à leur environnement d'origine et aident une espèce à survivre. Certains de ces gènes aident les variétés à mieux résister à des maladies particulières ou à supporter des mauvaises conditions de culture qui favorisent les maladies.

Mme Cloutier cherche des gènes de résistance au stress dans d'autres populations de blé, au pays et à l'étranger. On peut parfois observer des preuves de gènes de résistance dans des champs où quelques plantes restent sur pied après que les conditions météorologiques ou la maladie ont anéanti le reste.

Au plan moléculaire, cette recherche est un processus très précis. Parfois, on a l'impression de chercher la proverbiale aiguille dans la botte de foin.

Mais grâce à la technologie, de meilleurs outils de dépistage génétique facilitent la tâche. En redécouvrant cette diversité génétique perdue, nous améliorons la sécurité alimentaire à l'échelle mondiale. Mme Cloutier sait que cela en vaut la peine – pour le Canada et le monde entier.

Autres travaux scientifiques en agriculture et agroalimentaire

Candido Pomar, (Ph. D.)
Candido Pomar (Ph. D.)

Découvrez comment un nouveau système d'alimentation aide à donner aux porcs canadiens la bonne quantité de nutriments à chaque repas, ce qui améliore le bien-être animal, est meilleur pour l'environnement et produit une viande de porc de qualité supérieure.

Christopher Garnham, (Ph. D.)
Christopher Garnham (Ph. D.)

Découvrez comment les scientifiques cherchent à transformer certaines maladies des cultures en antitoxines inoffensives pour mieux protéger nos aliments.

Champs scientifiques
Home

Rencontrez nos scientifiques, découvrez leur travail et l'importance de leur recherche pour vous.

Signaler un problème sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :
Date de modification :