Sélection de la langue

Recherche

Effets d’une alimentation à l’ensilage d’hybrides maïs à cycle court et de la prolongation de la période de semi-finition sur le rendement de production et les caractéristiques de la carcasse des bovins de boucherie

Chibisa, G.E., Beauchemin, K.A. (2018). Effects of feeding corn silage from short-season hybrids and extending the backgrounding period on production performance and carcass traits of beef cattle, 96(6), 2490-2503. http://dx.doi.org/10.1093/jas/sky099

Résumé

©Droit d’auteur de la Couronne, 2018. La superficie consacrée à l’ensilage de maïs (EM) dans l’ouest du Canada continue de s’étendre, l’EM étant de plus en plus utilisé dans l’alimentation des bovins en parc d’engraissement où l’ensilage d’orge (EO) était auparavant le principal fourrage. Notre étude visait à évaluer les effets de l’augmentation des quantités d’EM dans la ration de semi-finition sur le rendement des bovins en 1) remplaçant l’ensilage d’orge par de l’ensilage de maïs à maturation hâtive; 2) augmentant la proportion d’EM dans la ration; et 3) prolongeant la durée de la ration de semi-finition. Au total, 160 bouvillons (poids corporel moyen ± écart-type, 272 ± 22,4 kg) ont été utilisés dans un plan expérimental complètement aléatoire. Les bouvillons ont été répartis dans 16 enclos et ont reçu une ration de semi-finition (4 enclos par ration) contenant 60 % d’ensilage d’orge (base MS; TÉM), 60 % d’ensilage de maïs (60EM); 75 % d’ensilage de maïs (75EM); ou 90 % d’ensilage de maïs (90EM) jusqu’à l’atteinte d’un poids corporel moyen de 380 (ration de semi-finition pour une courte durée) ou 430 ± 15 kg (ration de semi-finition pour une plus longue durée) par enclos avec 2 enclos par traitement. Tous les bouvillons ont été finis (ration de finition : 9 % EM, 86 % grain d’orge et 5 % supplément) jusqu’à un poids corporel final (700 ± 15 kg poids vif). Pendant les phases de semi-finition et de finition, la matière sèche ingérée (MSI), le gain quotidien moyen (GQM) et l’indice de conversion alimentaire ont été mesurés pour tous les enclos. Des données sur les carcasses ont également été recueillies. Aucune interaction entre la ration de semi-finition et la durée n’était statistiquement significative (p ≥ 0,412) pour la plupart des mesures de production. À mesure que la teneur en EM augmentait dans la ration de semi-finition, la MSI et le GQM diminuaient (quadratique; p ≤ 0,003). Nous avons également constaté une tendance (p = 0,078) à la baisse de l’indice de conversion alimentaire avec la quantité la plus élevée d’EM. Comme prévu, les bouvillons qui ont reçu la ration de semi-finition à plus long terme ont mis plus de temps (105 vs 71 jours; p = 0,001) à atteindre la cible et le poids de semi-finition que ceux du groupe de plus court terme. De plus, compte tenu de leur poids plus élevé au début de la finition, les bouvillons de la ration de semi-finition à plus long terme avaient également une quantité de MSI plus élevée (11,6 vs 11,0 kg/j; p = 0,045) que les bouvillons du terme plus court. Cependant, aucun effet de report (p ≥ 0,354) de la ration de semi-finition sur la MSI, le GQM ou l’indice de conversion n’était significatif pendant la phase de finition. De même, la ration de semi-finition et sa durée n’ont eu aucun effet (p ≥ 0,219) sur les caractéristiques de la carcasse, y compris le poids de carcasse chaude, le pourcentage d’habillage et la catégorie de qualité de la carcasse. Nous avons toutefois détecté une interaction entre la ration de semi-finition et la durée sur l’épaisseur du gras dorsal (p = 0,009); les bouvillons de la ration de semi-finition de courte durée qui avaient reçu 75EM pendant la phase de semi-finition ont accumulé plus de gras dorsal pendant la phase de finition que ceux de la ration de semi-finition de longue durée qui avaient eux aussi reçu 75EM. Et, parce qu’ils étaient plus légers au début de la phase de finition, il leur a fallu plus de temps pour atteindre 700 kg p.c., la cible finale. En conclusion, dans notre étude, l’inclusion d’ensilage de maïs (jusqu’à 90 % de la MS du régime alimentaire) au lieu d’ensilage d’orge de même que le prolongement de la période de semi-finition ont eu des effets marginaux sur le rendement de finition et les caractéristiques de la carcasse. Par conséquent, les producteurs de bœuf peuvent faire un usage intensif d’ensilage de maïs à maturation hâtive dans la ration des bovins en croissance sans compromettre le rendement des animaux ou la qualité de la carcasse.

Signaler un problème sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :
Date de modification :