Sélection de la langue

Recherche

E. coli résistant aux antimicrobiens présent dans les eaux de surface de fermes laitières du sud-ouest de l’Ontario

Taggar, G., Rehman, M.A., Yin, X., Lepp, D., Ziebell, K., Handyside, P., Boerlin, P., Diarra, M.S. (2018). Antimicrobial-resistant E. Coli from surface waters in southwest Ontario dairy farms, 47(5), 1068-1078. http://dx.doi.org/10.2134/jeq2018.04.0139

Résumé

© Sa Majesté la Reine du chef du Canada, représentée par le ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire. Publié par l’American Society of Agronomy, Crop Science Society of America, and Soil Science Society of America. Les eaux de surface non traitées peuvent être contaminées par diverses bactéries, notamment Escherichia coli, dont certaines souches sont pathogènes pour l’humain et les animaux. Par conséquent, ces eaux doivent être traitées avant d’être utilisées pour la production laitière, afin de réduire les risques pour la santé des vaches laitières et la salubrité du lait. Pour comprendre l’écologie moléculaire d’E. coli, nous avons évalué la résistance aux antimicrobiens d’E. coli provenant de sources d’eau de surface non traitée utilisées par des fermes laitières. Nous avons recueilli des échantillons d’eau de surface non traitée (n = 240) utilisée par 15 fermes laitières et les avons traités pour isoler E. coli. Au total, nous avons obtenu 234 isolats d’E. coli et caractérisé en profondeur leur sérotype et leur sensibilité aux antimicrobiens. Sur 234 isolats, 71,4 % étaient sensibles à tous les antimicrobiens, 23,5 % étaient résistants à une ou deux classes d’antimicrobiens et 5,1 % étaient résistants à trois classes ou plus. L’analyse des séquences du génome entier de 11 isolats choisis multirésistants a révélé la présence de gènes de résistance aux antimicrobiens, soit blaCMY-2 et blaCTX-M-1, qui confèrent une résistance aux céphalosporines à large spectre, des antibiotiques d’importance cruciale, ainsi que d’une variété de plasmides (principalement le réplicon de type IncF) et des intégrons de classe 1. L’analyse phylogénétique et l’analyse comparative des génomes a révélé un lien génétique entre certains E. coli séquencés et E. coli O157:H7 produisant la toxine de Shiga, ce qui justifie un examen plus poussé. La présente étude montre que les sources d’eau de surface non traitée contiennent des E. coli résistants aux antimicrobiens, qui peuvent servir de réservoir de résistance aux antimicrobiens, une caractéristique qui pourrait être l’objet d’un transfert horizontal de gènes. Il s’agit d’une autre raison pour laquelle il faut traiter efficacement et systématiquement l’eau avant de l’utiliser pour la production laitière. Droit d’auteur

Signaler un problème sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :
Date de modification :