Sélection de la langue

Recherche

Le potentiel de sept espèces fourragères indigènes de l’Amérique du Nord à supprimer les mauvaises herbes par allélopathie

Serajchi, M., Schellenberg, M.P., Lamb, E.G. (2017). The potential of seven native north American forage species to suppress weeds through allelopathy, 97(5), 881-890. http://dx.doi.org/10.1139/cjps-2016-0354

Résumé

© Sa Majesté la Reine du chef du Canada, 2017. Nous avons mené une série de trois expériences en serre pour étudier les effets allélopathiques de sept espèces fourragères vivaces, indigènes de l’Amérique du Nord, utilisées seules ou mélangées, sur trois mauvaises herbes problématiques : le pissenlit [Taraxacum officinale (Weber) ex Wigg.], la matricaire inodore (Matricaria perforata Merat) et l’orge queue d’écureuil (Hordeum jubatum L.). Le poids sec des pousses et le rapport racines/pousses des mauvaises herbes ont été affectés par le lixiviat des espèces fourragères dans les trois expériences. Dans la première expérience, le lixiviat du barbon à balais [Schizachyrium scoparium (Michx.) Nash] a réduit le poids sec des pousses de mauvaises herbes de jusqu’à 58 %. Dans la deuxième expérience, le lixiviat du barbon à balais, de l’agropyre de l’Ouest [Pascopyrum smithii (Rydb.) Löve] et du grand boutelou [Bouteloua curtipendula (Michx.) Torr.] a réduit le poids sec des mauvaises herbes de jusqu’à 72 %, et ce pourcentage a augmenté jusqu’à 90 % dans la troisième expérience. Lors de la dernière expérience, on n’a observé aucun effet synergique du lixiviat combiné des différentes espèces fourragères sur le poids sec des pousses de mauvaises herbes. Dans cette étude, le pissenlit et l’orge queue d’écureuil ont respectivement alloué moins de biomasse aux racines et aux pousses. En conclusion, nos résultats ont montré que le lixiviat des racines de l’agropyre de l’Ouest, du barbon à balais et du grand boutelou peut réduire la croissance des mauvaises herbes en surface et sous le sol. Ces résultats portent à croire que l’utilisation d’espèces allélopathiques peut procurer des avantages en matière de lutte contre les mauvaises herbes dans les pâturages ensemencés et pour la remise en état des prairies indigènes.

Signaler un problème sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :
Date de modification :