Sélection de la langue

Recherche

Metarhizium brunneum – Agent étiologique de la maladie enzootique du ver fil-de-fer et indications du potentiel de symbiotes bactériens dans la suppression de la maladie

Kabaluk, T., Li-Leger, E., Nam, S. 2017. Metarhizium brunneum – An enzootic wireworm disease and evidence for its suppression by bacterial symbionts. Journal for Invertebrate Pathology 150:82-87.

Résumé

Le ver fil-de-fer (Coleoptera: Elateridae) est un important ravageur agricole : les larves, qui vivent dans le sol, attaquent les tissus souterrains des plantes cultivées ainsi que les fruits qui entrent en contact avec la surface du sol. Les chercheurs recueillent des vers fil-de-fer pour étudier leur comportement et tester des agents antiparasitaires, mais ils les perdent souvent à cause de l'infection par le Metarhizium Petch (Ascomycota: Hypocreales: Clavicipitaceae). Nous avons constaté une infection latente à M. brunneum chez 13 à 100 % des vers fil-de-fer vivants et asymptomatiques des espèces Agriotes obscurus et A. lineatus récoltés dans des champs agricoles ainsi que chez des vers fil-de-fer maintenus à l'intérieur, indiquant la présence enzootique du champignon. Chez les vers qui avaient été maintenus à l’intérieur, l'ADN de M. brunneum dépassait parfois 250 pg/ug d'ADN total, soit 0,025 % de la masse d'ADN de l'échantillon entier. Exprimées sous forme de nombre de copies d'ADN de M. brunneum par gramme, les concentrations de M. brunneum dans le sol variaient de 4037 dans les sols agricoles à 721 538 dans un sol abritant une population de vers fil-de-fer à l'intérieur, la fréquence des individus vivants présentant une infection latente étant directement reliée aux concentrations du champignon dans le sol. La régression des concentrations de M. brunneum chez les vers fil-de-fer vivants par rapport aux concentrations relatives de 394 espèces bactériennes dans le microbiome a révélé une relation proportionnelle avec quatre espèces (Pantoea agglomerans, Pandoraea pnomenusa, Nocardia pseudovaccinii et Mycobacterium frederiksbergense) connues pour exprimer des mécanismes antimicrobiens. Conformément aux cas d'immunité à la maladie signalés pour d'autres paires pathogènes-insectes, les bactéries symbiotiques pourraient empêcher le M. brunneum de tuer son hôte. Cela aiderait à expliquer pourquoi les vers fil-de-fer succombent souvent à l'infection lorsqu’ils sont placés dans des milieux stériles, ainsi que l'efficacité parfois limitée du M. brunneum utilisé comme agent antiparasitaire au champ.

Signaler un problème sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :
Date de modification :