Sélection de la langue

Recherche

L’enrobage des nanoparticules avec une protéine hybride transferrine-hydrophobine d’origine végétale améliore leur absorption dans les cellules cancéreuses

Reuter LJ, Shahbazi MA, Mäkilä EM, Salonen JJ, Saberianfar R, Menassa R, Santos HA, Joensuu JJ, Ritala A. Coating Nanoparticles with Plant-Produced Transferrin-Hydrophobin Fusion Protein Enhances Their Uptake in Cancer Cells. Bioconjug Chem. 2017 Jun 21;28(6):1639-1648.

Résumé

L’encapsulation de médicaments dans des nanoparticules pourrait offrir une solution en ce qui a trait à l’administration ciblée. Ici, nous avons entrepris de concevoir un ligand autoassemblant en combinant les propriétés fonctionnelles de la transferrine humaine et des hydrophobines fongiques en une seule protéine hybride (protéine de fusion). Nous avons montré que la transferrine humaine peut être exprimée dans les plants de Nicotiana benthamiana en fusion avec les hydrophobines HFBI, HFBII ou HFBIV de Trichoderma reesei. La protéine hybride transferrine-HFBIV a également été exprimée dans des suspensions de cellules BY-2 du tabac. Les deux éléments de la protéine hybride ont conservé leur fonctionnalité; le groupement hydrophobine a permis la migration vers une phase surfactante dans un système aqueux à deux phases, et le groupement transferrine a été capable de lier de façon réversible le fer. L’enrobage des nanoparticules de silicium poreux avec la protéine hybride a entraîné leur absorption dans les cellules cancéreuses humaines. Cette étude fournit une validation de principe pour la fonctionnalisation des enrobages d’hydrophobines avec la transferrine comme ligand de ciblage.

Signaler un problème sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :
Date de modification :