Sélection de la langue

Recherche

Possibilités que des marqueurs moléculaires orientent la reproduction sélective des abeilles domestiques.

Foster L.J., M.M. Guarna, S.E. Hoover, R.W. Currie et S.F. Pernal. (2016) Prospects for molecular markers to guide selective breeding of honey bees. XXV International Congress of Entomology 2016, 25-30 Sept 2016, Orlando, FL.

Résumé

Introduction : L’abeille domestique occidentale (Apis mellifera L.) est une cheville ouvrière de l’agriculture humaine par ses activités de pollinisation. Au fil des ans, les apiculteurs ont maîtrisé des pathogènes mortels comme les larves du Paenibacillus, les espèces Nosema et le Varroa destructor au moyen d’antibiotiques et de pesticides, mais la résistance chimique paraît se répandre et la plupart des apiculteurs préféreraient éliminer ou réduire le recours aux agents chimiques dans les ruches. De tels traitements continueront sans doute à s’imposer, mais il existe une autre stratégie de lutte consistant à trouver et à sélectionner des abeilles aux caractères transmissibles leur conférant une résistance aux acariens et aux maladies. Sans entièrement comprendre encore les mécanismes d’immunité sociale, nous avons entrepris de découvrir des marqueurs protéiques en corrélation avec le comportement hygiénique, caractère génétique dont on sait qu’il est source de résistance à la maladie chez les abeilles. Méthodes : Nous avons d’abord confirmé qu’une reproduction sélective est possible en fonction du comportement hygiénique. Ensuite, nous avons appliqué des techniques protéomiques quantitatives pour mettre en corrélation l’expression protéique et des comportements mesurés sur 3 ans dans 2 régions.

Signaler un problème sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :
Date de modification :