Sélection de la langue

Recherche

Characterization of Extraintestinal Pathogenic Escherichia coli isolated from retail poultry meats from Alberta, Canada

Aslam, M., Mehdi, T., Bravo, C.N., Lai, V., Rempel, H., Manges, A., et Diarra, M.S. (2014). « Characterization of Extraintestinal Pathogenic Escherichia coli Isolated from Retail Poultry Meats from Alberta, Canada », International Journal of Food Microbiology, 177, p. 49-56. doi : 10.1016/j.ijfoodmicro.2014.02.006  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Les bactéries Escherichia coli pathogènes extraintestinales (ExPEC) peuvent se propager dans les déchets contenant des matières fécales et ainsi contaminer les travailleurs agricoles et la viande de volaille vendue au détail dans les établissements de transformation ou l’environnement. Dans le cadre de la présente étude, nous voulions caractériser les souches ExPEC des viandes de volaille vendues au détail en Alberta, au Canada, et les comparer à 12 souches ExPEC représentatives des principales lignées d’ExPEC. Nous avons recherché 54 gènes de virulence au moyen d’une série d’épreuves PCR multiplex dans 700 isolats d’E. coli provenant d’échantillons de viande de volaille vendue au détail. Nous avons défini comme ExPEC les isolats porteurs d’au moins deux des gènes de virulence suivants : papA/papC, sfa, kpsMT II et iutA. Nous avons déterminé les liens génétiques entre les isolats par électrophorèse en champ pulsé (ECP). Sur les 700 isolats provenant d’échantillons de viande de volaille, 59 (8,4 %) ont été désignés ExPEC et ils se répartissaient également entre les groupes phylogénétiques A, B1, B2 et D. Les isolats du groupe phylogénétique A possédaient jusqu’à12 gènes de virulence comparativement à 24 et à 18 dans les groupes phylogénétiques B2 et D. Les souches d’E. coli ExPEC provenant de la volaille étaient porteuses d’autant de gènes de virulence que celles provenant des isolats humains. En plus du gène iutA, les gènes iroN et fyuA liés aux sidérophores ont été détectés en association avec d’autres gènes de virulence, y compris les gènes qui codent l’adhésion, des protectines et des toxines tandis que les gènes fimH, ompT, traT, uidA et vat ont été fréquemment détectés chez les souches ExPEC de la volaille. Les gènes hemF, iss et cvaC ont été détectés chez 40 % des souches ExPEC de la volaille. Tous les isolats ExPEC humains étaient porteurs des gènes concnf (facteur cytotoxique nécrosant 1, qui modifie le cytosquelette et entraîne de la nécrose) et hlyD (transport de l’hémolysine), lesquels n’ont pas été détectés chez les isolats ExPEC de la volaille. L’ECP a révélé que quelques isolats ExPEC de la volaille étaient reliés à des isolats ExPEC humains avec des taux de similarité de 55 à 70 %. Comparer les souches ExPEC de la viande de volaille vendue au détail permet de mieux connaître leur potentiel de virulence et semble indiquer que les isolats ExPEC associés à la volaille pourraient être importants pour la sécurité de la viande vendue au détail. Des études sur la capacité des souches ExPEC issues de la volaille à infecter les humains seraient de mise.

Signaler un problème sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :
Date de modification :