Sélection de la langue

Recherche

Catheterization of intestinal loops in ruminants

Uwiera, R.R.E., Kastelic, J.P., et Inglis, G.D. (2009). « Catheterization of intestinal loops in ruminants. », Journal of Visualized Experiments (JoVE), 28(Article No. e1301). doi : 10.3791/1301  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

L’intestin est une structure complexe qui sert non seulement à l’absorption des nutriments, mais qui agit aussi comme barrière entre l’individu et le milieu extérieur. En tant que tel, l’intestin joue un rôle crucial quant à l’immunosurveillance et à la protection contre les pathogènes entériques. Pour l’étude de la physiologie et de l’immunologie de l’intestin, on emploie couramment des « anses intestinales » comme modèles expérimentaux. La majorité de ces modèles à anses sont le fruit d’interventions chirurgicales sans convalescence destinées à l’étude de changement à court terme (< 24 h) dans l’intestin (1-3). Dans le passé, nous avons créé un modèle de convalescence à anse intestinale pour mesurer les changements immunologiques à long terme (< 6 mois) dans l’intestin du mouton à la suite d’une exposition à des vaccins, à des adjuvants et à des virus (4). Dans cette procédure, les traitements étaient localisés dans une « anse » particulière, ce qui nous a permis de prélever des échantillons de cette partie de l’intestin. Cette méthode présente le désavantage important de ne permettre qu’une seule période d’administration du traitement (au moment de la chirurgie). De plus, les échantillons de la muqueuse intestinale et du contenu de la lumière ne peuvent être prélevés qu’à la fin du projet. Également, la manipulation chirurgicale et les mesures postopératoires nécessaires (ex. administration d’antibiotiques et d’analgésiques) peuvent avoir une incidence directe sur le traitement lui-même et/ou modifier la fonction immunitaire, introduisant ainsi une confusion dans les résultats. Ainsi, nous avons modifié notre modèle à anse intestinale par l’introduction à long terme de cathéters dans les anses. Les moutons récupèrent complètement de cette procédure, et les cathéters extériorisés ne les gênent pas. La pose de cathéters dans les anses nous permet notamment d’administrer de multiples traitements sur une période prolongée, de surveiller la convalescence à la suite d’une chirurgie et d’observer la clairance des médicaments administrés au cours de la chirurgie en pendant la période postopératoire.

Signaler un problème sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :
Date de modification :