Sélection de la langue

Recherche

Could weed sensing in corn interrows result in efficient weed control?

Longchamps, L., Panneton, B., Simard, M.-J., et Leroux, G.D. (2012). « Could weed sensing in corn interrows result in efficient weed control? », Weed Technology, 26(4), p. 649-656. doi : 10.1614/wt-d-12-00030.1  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

À l’échelle de chaque champ, les mauvaises herbes sont généralement réparties en groupes, plutôt que de manière aléatoire, et cette répartition est liée à l’hétérogénéité spatiale de certains facteurs biotiques et abiotiques. Les pratiques culturales déterminent la répartition des infestations en modifiant certains facteurs influant sur la levée et la croissance des mauvaises herbes. L’ensemencement est souvent la dernière perturbation à survenir dans le champ avant la levée des plantes cultivées et des mauvaises herbes, mais on s’est encore peu intéressé à son effet sur la répartition des mauvaises herbes. La présente étude visait à évaluer au moyen d’images numériques, dans des champs de maïs, l’effet des travaux d’ensemencement sur la présence des mauvaises herbes et la couverture de mauvaises herbes, en vue d’établir si l’observation des entre-rangs au moyen de capteurs permet d’inférer la présence ou l’absence de mauvaises herbes dans le rang de maïs. Nous avons étudié à cet égard des champs soumis à un travail du sol classique, avec une seule application de l’herbicide POST, dans 18 années-sites réparties entre 7 localités. L’analyse d’images prises aux stades V2 à V4 du développement du maïs nous a permis de comparer les couvertures de mauvaises herbes de trois zones : les rangs de maïs, les entre-rangs non perturbés et les entre-rangs compactés par les roues des tracteurs. Dans le cas de 61 % des années-sites, il n’y avait aucune différence significative entre les zones. Lorsque les entre-rangs non perturbés présentaient une différence significative par rapport aux deux autres zones, ils étaient généralement moins infestés. Les comparaisons point-par-point entre rang de maïs et entre-rang (selon un seuil de 5 pixels) quant à la présence ou absence de mauvaises herbes ont révélé une correspondance de 70 % dans le cas des entre-rangs non perturbés et de 73 % dans le cas des entre-rangs compactés. Cependant, le fait que la détection se limitait aux entre-rangs adjacents générait une erreur d’inférence qui était peut-être trop élevée pour que la méthode puisse servir à une lutte efficace, à l’échelle commerciale, contre les mauvaises herbes.

Signaler un problème sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :
Date de modification :