Sélection de la langue

Recherche

Effects of increasing concentrations of glycerol in concentrate diets on nutrient digestibility, methane emissions, growth, fatty acid profiles, and carcass traits of lambs

Avila-Stagno, J., Chaves, A.V., He, M.L., Harstad, O.M., Beauchemin, K.A., McGinn, S.M., et McAllister, T.A. (2012). « Effects of increasing concentrations of glycerol in concentrate diets on nutrient digestibility, methane emissions, growth, fatty acid profiles and carcass traits of lambs. », Journal of Animal Science, 91(2), p. 829-837. doi : 10.2527/jas.2012-5215  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Nous avons réalisé deux expériences chez des agneaux pour déterminer comment l’ajout de glycérol en concentration croissante à une ration à base concentré influe sur la digestibilité dans le tube digestif total, les émissions de méthane (CH4), la croissance, le profil des acides gras et les caractéristiques de la carcasse. Dans les deux expériences, la ration témoin se composait de 57 % de grain d’orge, 14,5 % drêches et solubles de distillerie séchés (DSDS) de blé, 13 % d’enveloppes de graines de tournesol, 6,5 % de pulpe de betterave, 6,3 % de luzerne et 3 % d’un mélange de minéraux et de vitamines. Du glycérol, ajouté à la ration en concentration croissante (7, 14 et 21 % de la matière sèche) a remplacé le grain d’orge. Avec l’ajout de glycérol, les proportions de tourteau de luzerne et de DSDS de blé ont été augmentées pour que la concentration de protéines brutes et de fibres au détergent neutre soit la même dans toutes les rations. Dans la première expérience, nous avons mesuré la digestibilité des nutriments et les émissions de CH4 chez 12 agneaux mâles suivant un plan en carré latin 4 × 4 répété. Dans la seconde expérience, nous avons évalué la performance de 60 agneaux sevrés groupés en fonction de leur poids puis répartis au hasard en 4 groupes de traitement alimentaire et nourris jusqu’à ce qu’ils atteignent le poids d’abattage. Dans la première expérience, nous avons constaté que la digestibilité des nutriments et les émissions de CH4 n’ont pas été changées (P = 0,15) par l’ajout de glycérol à la ration. Dans la seconde expérience, l’augmentation de la concentration de glycérol dans la ration a entraîné une baisse linéaire de la consommation de matière sèche (P < 0,01) et a eu tendance (P = 0,06) à réduire le gain pondéral quotidien moyen, ce qui s’est traduit par une baisse linéaire du poids final. L’efficacité alimentaire n’a pas été changée par l’ajout de glycérol aux rations. Les caractéristiques de la carcasse et les proportions d’acides gras saturés totaux et d’acides gras monoinsaturés totaux du gras sous-cutané n’ont pas changé (P = 0,77) avec l’ajout de glycérol à la ration, mais les proportions d’acides gras polyinsaturés ont baissé de façon linéaire (P < 0,01). Les proportions d’acides 16:0 et 18:1 10t et d’acide linoléique (18:2 n-6) ainsi que le rapport n-6/n-3 ont baissé de façon linéaire (P < 0,01), tandis que les proportions d’acides 18:0 (acide stéarique) et 18:1 9c (acide oléique) ont augmenté de façon linéaire (P < 0,01) avec l’ajout de glycérol. Lorsque le glycérol ajouté a atteint 21 % de la matière sèche, il a été sans effet sur la digestibilité des nutriments et sur les émissions de CH4 chez les agneaux qui ont reçu une ration de finition à base d’orge. Il se peut que le glycérol améliore le profil des acides gras du gras dorsal en entraînant l’augmentation de la concentration des acides 18:0 et 18:1 9c et la baisse de la concentration de l’acide 18:1 10t ainsi que du rapport n-6/n-3.

Signaler un problème sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :
Date de modification :