Sélection de la langue

Recherche

Why early season weed control is important in maize

Page, E.R., Cerrudo, D., Westra, P., Loux, M.M., Smith, K., Foresman, C., Wright, H., et Swanton, C.J. (2012). « Why early season weed control is important in maize. », Weed Science, 60(3), p. 423-430. doi : 10.1614/WS-D-11-00183.1  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

La lutte contre les mauvaises herbes à levée hâtive est essentielle au maintien du rendement potentiel du maïs. Il est donc important d’étudier les changements physiologiques provoqués par l’interférence de ces mauvaises herbes, afin d’expliquer la variabilité de la perte de rendement selon les années et les localités. En 2009 et 2010, nous avons mené des essais au champ à l’Université de Guelph (UG), à l’Université d’État d’Ohio (OSU) et à l’Université d’État du Colorado (CSU), afin de comparer six traitements (présence de mauvaises herbes toute la saison, absence de mauvaises herbes toute la saison et désherbage aux stades des 1re, 3e , 5e et 10e feuilles (définis par l’apparition de la pointe de ces feuilles) du développement du maïs. Dans chaque parcelle expérimentale, nous avons récolté 20 individus à maturité. Nous avions avancé comme hypothèse que, à mesure que la lutte herbicide était retardée, l’interférence des mauvaises herbes pendant les premiers stades de développement du maïs accroîtrait la variabilité interindividuelle de l’accumulation de matière sèche, ce qui réduirait le rendement grainier à maturité. La période critique de désherbage (PCD) débutait en moyenne entre les stades de la 3e et de la 5e feuilles (stades V1 et V3). Le taux de perte de rendement consécutive au début de la PCD allait de 0,05 Mg ha-1 jour-1 (UG, 2009) à 0,22 Mg ha-1 jour-1 (CSU, 2010) soit 0,5 et 1,6 % jour-1, respectivement. En moyenne, la réduction du nombre de grains par plante expliquait environ 65 % de la perte de rendement grainier due au retard du désherbage. La proportion de la biomasse que constituait le grain demeurait stable dans le cas des traitements de désherbage précoce, puis elle augmentait pour atteindre un maximum avec le désherbage au stade de la 10e feuille, et elle diminuait dans le cas de la présence de mauvaises herbes toute la saison. Les variabilités interindividuelles de la quantité de matière sèche à maturité et de la fréquence des épis sans grains augmentaient avec le retard du désherbage. Lorsque le désherbage était retardé, la variabilité interindividuelle à maturité contribuait peu à la perte de rendement globale par rapport à la diminution de la masse moyenne de matière sèche de la plante.

Signaler un problème sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :
Date de modification :