Sélection de la langue

Recherche

Performance of two winter cover crops and their impacts on soil properties and two subsequent rice crops in Dongting Lake Plain, Hunan, China

Zhu, B., Yi, L., Guo, L., Chen, G., Hu, Y.G., Tang, H., Xiao, C., Xiao, X., Yang, G., Acharya, S.N., et Zeng, Z. (2012). « Performance of two winter cover crops and their impacts on soil properties and two subsequent rice crops in Dongting Lake Plain, Hunan, China. », Soil & Tillage Research, 124, p. 95-101. doi : 10.1016/j.still.2012.05.007  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Les cultures de couverture hivernales sont couramment pratiquées dans les rizières du sud de la Chine. Nous avons mené une étude de deux ans (2008-2010) dans la plaine du lac Dongting (Hunan, Chine) pour déterminer la productivité en matière sèche et l’absorption d’azote (N) de deux cultures de couverture hivernales, soit l’ivraie multiflore (Lolium multiflorum Lam.) et l’astragale Astragalus sinicus L.,ainsi que les effets de ces cultures sur les propriétés du sol et sur deux cultures subséquentes de riz (Oryza sativa L.). Les cultures de couverture ont été semées à la volée en octobre, environ 10 jours avant la récolte de riz tardif. L’ivraie a subi une première coupe en mars avant d’être récoltée en avril, en même temps qu’on labourait la culture d’astragale pour l’incorporer au sol. Après les cultures de couverture, on a pratiqué deux cultures de riz consécutives sans fertilisation au N de synthèse. En moyenne sur deux ans, l’ivraie a produit plus de matière sèche aérienne et a accumulé plus de N que l’astragale (4,7 Mg ha-1 contre 2,4 Mg ha-1 et 128 kg ha-1 contre 71 kg ha-1, respectivement). Les couches de sol de 0-15 cm et de 15-30 cm de profondeur ont présenté une densité apparente plus faible dans les parcelles d’ivraie et d’astragale que dans les parcelles témoins (jachère nue sans mauvaises herbes). Au moment de la récolte des cultures de couverture, les concentrations de N sous forme de NH4+ dans les couches de sol de 0-10 cm, de 10-20 cm et de 20-30 cm de profondeur avaient augmenté dans les parcelles d’astragale. Par contre, les concentrations de N sous forme de NH4+ et de NO3- avaient diminué dans les trois couches de sol des parcelles d’ivraie. Les moyennes des teneurs du sol en carbone microbien mesurées à quatre dates d’échantillonnage durant les deux saisons de culture de riz en 2010 étaient légèrement différentes dans les parcelles d’ivraie (257 mg kg-1) et d’astragale (249 mg kg-1), et ces moyennes étaient significativement plus élevées que celle dans les parcelles témoins (218 mg kg-1). La teneur du sol en azote microbien était la plus élevée dans les parcelles d’astragale (15,4 mg kg-1), suivies des parcelles d’ivraie (11,3 mg kg-1) et des parcelles témoins (6,1 mg kg-1). En moyenne sur les deux années de l’étude, le rendement en grains et le rendement en azote du riz hâtif étaient respectivement de 0,6 Mg ha-1 et de 11 kg ha-1 plus élevés dans les parcelles d’astragale que dans les parcelles témoins et de 1,0 Mg ha-1 et de 20 kg ha-1 plus faibles dans les parcelles d’ivraie que dans les parcelles témoins. Par contre, les cultures de couverture n’ont pas eu d’effet significatif sur le rendement en grains et le rendement en azote du riz tardif.

Signaler un problème sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :
Date de modification :