Sélection de la langue

Recherche

Incidence à long terme du fumier de bovins frais et composté sur la granulométrie et la composition nutritive des agrégats du sol tamisé à sec.

Miller, J.J., Bremer, E., Beasley, B.W., Drury, C.F., Zebarth, B.J., et Larney, F.J. (2012). « Incidence à long terme du fumier de bovins frais et composté sur la granulométrie et la composition nutritive des agrégats du sol tamisé à sec. », Canadian Journal of Soil Science, 92(4), p. 673-683. doi : 10.4141/CJSS2011-056  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

L’application de fumier de bovins aux terres agricoles pourrait influer sur la granulométrie et la teneur en éléments nutritifs des agrégats dans le sol. L’étude devait préciser les effets du fumier de bovins frais ou composté contenant de la litière de paille ou de copeaux de bois sur la répartition granulométrique et la teneur en éléments nutritifs des agrégats. Les auteurs ont prélevé des échantillons de sol en surface (0 à 15 cm) dans le cadre d’une expérience sur le terrain de longue haleine en vertu de laquelle ils ont épandu annuellement 0 (témoin) ou 77 Mg de fumier frais ou composté par hectare pendant 11 ans. Les échantillons de sol séchés à l’air ont été séparés au moyen d’un tamis rotatif en six fractions d’agrégats dont la granulométrie variait de <0,47 mm à >12,7 mm. Ensuite, les auteurs ont déterminé la concentration totale de C et de N dans le sol, le ratio C:N, la concentration de N minéralisable (après 41 jours d’incubation), la concentration totale de P, la quantité de P révélée par l’analyse du sol et l’indice de saturation du P dans les six fractions. Les amendements augmentent significativement (P≤0,05) la proportion des agrégats plus petits (<0,47 mm) et réduisent celle des gros agrégats (>12,7 mm), comparativement au sol témoin non bonifié. Le diamètre géométrique moyen est également plus faible et la fraction sujette à l’érosion éolienne est plus importante dans les sols traités que dans le sol témoin, sans amendement. Cette conséquence du fumier semble résulter de la concentration accrue de matière organique dans le sol, qui rend les agrégats plus friables, donc plus susceptibles à la désagrégation lors des labours. Le carbone, le N et le P ne sont pas transférés aux agrégats plus fins, où les racines poussent habituellement plus vite et les éléments nutritifs sont absorbés plus rapidement. Seule exception, le N minéralisable, qui a tendance à se concentrer davantage dans les agrégats fins, inférieur à 0,47 mm. Comparativement à la litière de paille, les copeaux de bois réduisent la concentration de N minéralisable dans les agrégats ≥0,47 mm, ce qui entraîne une immobilisation nette du N dans les agrégats ≥1,2 mm. La sorption du phosphore est plus faible dans les agrégats ≥0,47 mm du sol bonifié avec des copeaux de bois plutôt que de la paille. L’application de fumier sur de longues périodes pourrait favoriser le passage d’une grosse à une fine granulométrie en raison d’une friabilité supérieure des agrégats, signe que de tels sols devraient être gérés si l’on veut éviter le risque d’une érosion accentuée par le vent.

Signaler un problème sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :
Date de modification :