Sélection de la langue

Recherche

Le transport des solutés dans un relief en bosses et en creux : II. Redistribution verticale et saisonnière du bromure et des nitrates marqués au 15N.

Olatuyi, S.O., Akinremi, O.O., et Hao, X. (2012). « Le transport des solutés dans un relief en bosses et en creux : II. Redistribution verticale et saisonnière du bromure et des nitrates marqués au 15N. », Canadian Journal of Soil Science, 92(4), p. 631-643. doi : 10.4141/CJSS2011-090  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

On recourt souvent au bromure (Br-) comme traceur pour estimer les risques de lixiviation de l’azote des nitrates (N-NO3) dans le sol. Une autre solution consiste à utiliser des engrais azotés marqués au 15N et de mesurer directement les pertes de N-NO3 attribuables à ce phénomène. Les auteurs ont recouru aux deux méthodes pour estimer la lixiviation du N-NO3 dans un relief en bosses et en creux. L’étude s’est déroulée près de Brandon, au Manitoba, en 2007 et 2008, et portait sur deux parcelles distinctes (Site-2007 et Site-2008) qui avaient été divisées en trois d’après leur emplacement le long de la pente, soit supérieur (UPP), médian (MID) et inférieur (LOW). À chaque endroit, on a appliqué 200 kg de Br par hectare sous forme de KBr et 0, 90 ou 135 kg de N par hectare sous forme d’engrais KNO3 marqué au 15N. On a ensuite semé respectivement du canola et du blé d’hiver au Site-2007 et au Site-2008. Les échantillons de sol ont été prélevés à l’automne et au printemps. Les auteurs ont analysé les échantillons de sol bonifié avec 90 et 135 kg de N par hectare afin d’établir la distribution verticale du Br-, du 15N et du N-NO3. La plus faible concentration de Br-, d’azote issu de l’engrais marqué au 15N (NDFF) et du N-NO3 dans le profil (de 0 à 120 cm de profondeur) a été relevée à l’emplacement LOW de la pente, pour les deux taux d’application de l’engrais azoté. Les plus fortes concentrations se retrouvaient à l’emplacement MID, signe que les solutés migrent vers le bas dans la séquence LOW>UPP>MID (P<0,05). Le canola et le blé ont respectivement absorbé 35 % et 63 % de l’engrais N, mais l’absorption du Br était négligeable. Sans cultures pour le capter, le Br est transporté de la même manière que le NDFF et 38% de chaque soluté avait disparu entre l’automne et le printemps au Site-2007, contre 33 %au Site-2008. Contrairement au Br- et au NDFF, la distribution du N-NO3 reste la même à l’automne et au printemps, peut-être parce qu’il est renouvelé à partir de sources naturelles de N dans le sol. La technique de traçage double employée dans le cadre de cette étude révèle les limites de l’utilisation du N-NO3 comme indicateur unique dans le profil du sol pour évaluer la lixiviation des nitrates et comparer les traitements.

Signaler un problème sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :
Date de modification :