Sélection de la langue

Recherche

Milk production in sows from a teat in second parity is influenced by whether it was suckled in first parity

Farmer, C., Palin, M.-F., Theil, P.K., Sørensen, M.T., et Devillers, N. (2012). « Milk production in sows from a teat in second parity is influenced by whether it was suckled in first parity. », Journal of Animal Science, 90(11), p. 3743-3751. doi : 10.2527/jas.2012-5127  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Nous avons voulu vérifier si le fait qu’un trayon soit ou non tété à la première lactation avait un effet sur son développement, sur l’expression des gènes et sur la production de lait à la prochaine mise bas. Nous avons réparti 47 truies primipares en deux groupes : 1) les mêmes trayons tétés au cours de deux lactations (groupe témoin; n = 22); 2) différents trayons tétés au cours de deux lactations (groupe traité; n = 25). À la première lactation, plus de la moitié des trayons (trayons 1, 2, 5, 6 et 7 d’un côté, et trayons 3, 4 et 7 de l’autre côté) ont été scellés avec du ruban gommé pour les rendre non fonctionnels. À la lactation suivante, les mêmes trayons ont été couverts de nouveau chez le groupe témoin, alors que chez le groupe traité, ce sont les trayons opposés qui ont été couverts de ruban. Dans les deux mises bas, les portées ont été normalisées à 7 porcelets au moment de la naissance et à 6 (1 porcelet par trayon disponible) 48 heures après la mise bas. Pendant la deuxième lactation, les porcelets ont été pesés à la naissance, puis aux jours 2, 4, 7, 14, 21, 35 et 56 après la naissance. Le sevrage s’est fait 17 ± 1 jours après la naissance. Nous avons vérifié le comportement au moyen d’une caméra vidéo en fonction 24 h sur 24 au 3e et au 10e jour de lactation chez 15 truies de chaque groupe afin d’évaluer la satiété des porcelets, en utilisant l’agressivité et le comportement à la tétée comme indicateurs. Au moment du sevrage à la deuxième lactation, 16 truies de chaque groupe ont été abattues et nous avons prélevé 4 glandes mammaires fonctionnelles pour en analyser la composition, et 2 glandes non fonctionnelles desquelles nous avons séparé le parenchyme pour y mesurer l’abondance de l’ARNm de gènes précis. Les porcelets du groupe témoin pesaient 1,12 kg de plus que ceux du groupe traité (P < 0,05) au 56e jour après la naissance, et les glandes mammaires fonctionnelles des truies témoins contenaient plus de tissu parenchymateux, plus d’ADN et plus d’ARN (P < 0,01) que celles des truies traitées. L’ARNm de la prolactine était relativement plus abondant dans le tissu parenchymateux chez le groupe témoin que chez le groupe traité (P < 0,10). L’analyse du comportement indique un plus grand appétit chez les porcelets tétant les trayons qui n’avaient pas été tétés précédemment. Ces observations révèlent clairement que les trayons qui ont été tétés à la première lactation produisent plus de lait et se développent mieux à la deuxième lactation que ceux qui n’ont pas été tétés.

Signaler un problème sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :
Date de modification :