Sélection de la langue

Recherche

Intensification of field pea production: Impact on soil microbiology

Lupwayi, N.Z., Lafond, G.P., May, W.E., Holzapfel, C.B., et Lemke, R.L. (2012). « Intensification of field pea production: Impact on soil microbiology. », Agronomy Journal, 104(5), p. 1189-1196. doi : 10.2134/agronj2012.0046  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Les avantages économiques et environnementaux de l’inclusion de légumineuses à grains dans des rotations de cultures pourraient inciter les producteurs à les cultiver plus fréquemment que recommandé, ce qui pourrait modifier les propriétés chimiques, physiques et biologiques des sols. Nous avons étudié les effets de la hausse de la fréquence de culture du pois (Pisum sativum L.) (P) en rotation avec le blé (Triticum aestivum L.) (B) sur la teneur du sol en carbone microbien (CM), l’activité de l’enzyme β-glucosidase, la diversité bactérienne et les populations de Rhizobium leguminosarum bv. viceae durant les trois dernières années d’une étude en champ de 13 ans. Les traitements ont consisté en trois rotations : P P, B P et B B P. Pour examiner le rôle de la fertilisation azotée de démarrage, des doses d’engrais de 5, 20 et 40 kg N ha-1 ont été appliquées aux pois dans les rotations P P et B P. La teneur en CM et la diversité microbienne étaient plus faibles pour la rotation P P que pour les pois cultivés en rotation avec du blé, sans doute en raison des apports de C réduits en quantité et en diversité dans la rotation P P. Ces réductions ont probablement davantage réduit la croissance et le rendement des pois en ralentissant le recyclage des éléments nutritifs. L’activité de la β glucosidase dans les pois a augmenté avec la teneur du sol en N, ce qui porte à croire que celle ci limitait la capacité des microorganismes du sol à recycler les éléments nutritifs contenus dans la matière organique (y compris les résidus de culture). Le traitement n’a pas eu d’effet sur les populations de rhizobiums du sol. La teneur du sol en CM et l’activité de la β-glucosidase étaient plus élevées pour le blé cultivé après les pois dans la rotation B B P de trois ans que dans la rotation B P, ce qui indique l’importance des longues rotations. Ainsi, la monoculture de pois a réduit la qualité microbienne du sol, ce qui a nuit au recyclage des éléments nutritifs.

Signaler un problème sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :
Date de modification :