Sélection de la langue

Recherche

Impact of Cyphocleonus achates on diffuse knapweed and its interaction with Larinus minutus

Van Hezewijk, B.H. et Bourchier, R.S. (2012). « Impact of Cyphocleonus achates on diffuse knapweed and its interaction with Larinus minutus. », Biological Control, 62(2), p. 113-119. doi : 10.1016/j.biocontrol.2012.03.008  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Les charançons Cyphocleonus achates (Fahr.) et Larinus minutus Gyll. ont été introduits en Amérique du Nord à titre d’agents de lutte biologique contre la centaurée maculée (Centaurea stoebe L. ssp. micranthos (Gugler) Hayek) et la centaurée diffuse (Centaurea diffusa Lamarck). Les impacts du C. achates agissant seul ou conjointement avec le L. minutus n’ont pas été évalués chez la centaurée diffuse. Sur le terrain, nous avons d’abord fait varier expérimentalement la densité des effectifs du C. achates afin d’évaluer l’impact de cette espèce sur la densité, la taille, la forme et le potentiel reproducteur des centaurées diffuses. Nous avons ensuite relâché des L. minutus en nombres constants lors de tous les traitements expérimentaux afin de déterminer l’incidence des dommages déjà infligés par le C. achates sur les taux d’attaque par le L. minutus. Le C. achates a réduit la densité des colonies de centaurée de 58 %, la hauteur des plantes de 29 %, le diamètre des capitules de 4,6 % ainsi que le nombre de capitules par plante en agissant sur la hauteur des plantes. Les rosettes attaquées par le C. achates ont également produit un plus grand nombre de tiges florifères que les plants non attaqués mais proportionnellement moins de capitules que les plants non attaqués, une fois leur taille prise en compte. La réduction de la taille des capitules a également induit une légère diminution des taux d’attaque par le L. minutus, mais cet effet a généralement été compensé par l’effet positif de la réduction du nombre de capitules sur les taux d’attaque par le L. minutus. Une fois les impacts directs de l’herbivorie des racines pris en compte, les taux d’attaque par le L. minutus étaient encore significativement plus faibles dans les parcelles exposées au C. achates. Nous concluons que les effets négatifs du C. achates sur la centaurée diffuse compensent les interactions négatives potentielles avec le L. minutus et que les deux espèces ont fort probablement des effets additifs lorsqu’ils sont relâchés ensemble dans des sites envahis par la centaurée diffuse.

Signaler un problème sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :
Date de modification :