Sélection de la langue

Recherche

Mechanisms of yield loss in Maize caused by weed competition

Cerrudo, D., Page, E.R., Tollenaar, M., Stewart, G., et Swanton, C.J. (2012). « Mechanisms of yield loss in Maize caused by weed competition. », Weed Science, 60(2), p. 225-232. doi : 10.1614/WS-D-11-00127.1  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

On sait que la compétition des mauvaises herbes fait diminuer le rendement grainier (RG) du maïs, mais on connaît encore mal le processus physiologique responsable de cette diminution. Nous avons donc conçu une expérience visant à vérifier l’hypothèse selon laquelle le stress causé en début de saison par la proximité de mauvaises herbes augmenterait la variabilité inter-individus (VII) de la masse de matière sèche végétale (MMSV) au sein de la population, car une telle augmentation de la VII aurait pour effet de réduire le RG en faisant diminuer l’indice de récolte (IR). En 2008, 2009 et 2010, nous avons cultivé au champ un maïs hybride résistant au glyphosate, en maintenant une densité de 7 individus par mètre carré. Comme mauvaise herbe expérimentale, nous avons semé du blé d’hiver en même temps que le maïs. Comme mesure de lutte, nous avons appliqué du glyphosate à l’un ou l’autre de deux stades de développement du maïs, le stade des 3 feuilles et le stade des 10 à 12 feuilles. La présence de compétition à un stade précoce du développement du maïs avait pour effet de réduire la MMSV et le RG. Cette réduction de la MMSV, qui se manifestait dès le début du développement, était initialement imputable à un retard de l’apparition des feuilles, et elle s’accompagnait ensuite d’une augmentation de la VII de la MMSV. Cependant, contrairement à l’hypothèse de départ, cette augmentation de la VII ne réduisait pas l’IR et ne contribuait donc pas à la perte de RG due à la compétition de la mauvaise herbe. Comme la lutte contre la mauvaise herbe était retardée, la fraction photosynthétiquement active du rayonnement était diminuée, ce qui provoquait une réduction supplémentaire de la MMSV et notamment une accumulation moindre de matière sèche depuis le stade des 17 feuilles jusqu’à la maturité. La perte rapide de MMSV faisait en sorte que la plante ne pouvait plus accumuler de matière sèche au cours de la maturation, ce qui entraînait une diminution rapide du nombre de grains et du poids de chaque grain.

Signaler un problème sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :
Date de modification :