Sélection de la langue

Recherche

Colostrum intake: Influence on piglet performance and factors of variation.

Quesnel, H., Farmer, C., et Devillers, N. (2012). « Colostrum intake: Influence on piglet performance and factors of variation. », Livestock Science, 146(2-3), p. 105-114. doi : 10.1016/j.livsci.2012.03.010  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Chez les porcelets, la consommation insuffisante de colostrum est la cause de la plus grande partie de la mortalité dans les premiers jours suivant la naissance. D’après les dernières données recueillies sur cette question, on estime qu’il faut au moins 200 g de colostrum par porcelet durant les 24 heures suivant la naissance pour abaisser dans une mesure significative le risque de mortalité avant le sevrage, assurer une immunité passive et permettre un léger gain pondéral. Une consommation de 250 g pourrait être recommandée pour assurer la bonne santé des porcelets et leur croissance avant et après le sevrage. Or, si l’on suppose que ces valeurs sont représentatives des besoins des porcelets, on constate qu’au moins le tiers des truies ne produisent pas suffisamment de colostrum pour satisfaire aux besoins de leur portée. Divers moyens d’augmenter la consommation de colostrum chez les porcelets doivent être envisagés, notamment l’amélioration de l’aptitude des porcelets à téter, la réduction de la variation du poids de naissance dans une même portée et l’augmentation de la production de colostrum par les truies. La recherche consacrée à la nutrition de la truie en gestation a donné des résultats prometteurs, plus particulièrement en ce qui touche la vitalité des porcelets à la naissance et l’acquisition d’une immunité passive. Les approches axées sur la nutrition ou sur la sélection génétique devraient aussi permettre d’améliorer l’uniformité de la portée à la naissance. Enfin, il est évident que l’augmentation de la production de colostrum doit recevoir plus d’attention. Parmi les aspects qui ont été négligés jusqu’ici, mais qu’il pourrait être intéressant d’examiner de plus près, signalons l’influence possible du développement mammaire sur le rendement en colostrum. Il y aurait lieu d’étudier davantage les effets que l’état hormonal et nutritionnel de la truie en période prépubertaire et durant les derniers jours de la gestation peuvent avoir sur la production de colostrum.

Signaler un problème sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :
Date de modification :