Sélection de la langue

Recherche

Soil C erosion and burial in cropland

VandenBygaart, A.J., Kroetsch, D.J., Gregorich, E.G., et Lobb, D.A. (2012). « Soil C erosion and burial in cropland. », Global Change Biology, 18(4), p. 1441-1452. doi : 10.1111/j.1365-2486.2011.02604.x  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

L‘érosion influe sur la répartition latérale et verticale du sol dans les paysages agricoles. Une meilleure compréhension des effets de l’érosion et de sa redistribution du sol sur le carbone organique du sol (COS) des terres cultivées nous permettrait de mieux connaître l’effet de nos pratiques agricoles sur la dynamique du carbone à l’échelle mondiale. Nous avons donc caractérisé la répartition latérale et verticale du COS dans différents agroécosystèmes du Canada afin de déterminer les quantités de COS qui ont été déplacées, déposées et enfouies depuis 50 ans, ainsi que les échelles temporelles de ces phénomènes. Tout indiquait qu’une bonne partie des sols (et du COS) érodés sont déposés à proximité en colluvions qui recouvrent la couche arable. Le profil de dépôt le plus profond, trouvé dans un champ de pommes de terre, avait une épaisseur de plus de 70 cm, ce qui représente une vitesse d’accumulation de 152 Mg ha-1 an-1. Les vitesses d’accumulation dans d’autres sites ont varié de 40 à 90 Mg ha-1 an-1. Le plus grand stock de COS s’est chiffré à 463 Mg ha-1 (sur une profondeur de 60 cm), et la vitesse d’accumulation de COS a varié de 2 à 4 Mg ha-1 an-1 pour l’ensemble des sites. Tous les profils de dépôt présentaient une caractéristique distinctive : une forte hausse de la concentration de COS (dépassant celle à la surface du sol) vers le bas de l’horizon A. Par contre, dans les profils d’érosion, la concentration de COS ne variait pas avec la profondeur, ce qui laisse croire qu’il y a eu remplacement dynamique du COS dans les sols érodés. Une grande quantité de COS est enfouie dans les zones de dépôt sur les terres agricoles du Canada; il semble que la minéralisation de ce stock de C est limitée depuis l’enfouissement, mais ce carbone est susceptible d’être libéré par des pratiques agricoles, des changements dans l’utilisation des terres et le réchauffement climatique.

Signaler un problème sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :
Date de modification :