Sélection de la langue

Recherche

A new risk indicator for botrytis leaf blight of onion caused by Botrytis squamosa based on infection efficiency of airborne inoculum

Carisse, O., Levasseur, A., et Van der Heyden, H. (2012). « A new risk indicator for botrytis leaf blight of onion caused by Botrytis squamosa based on infection efficiency of airborne inoculum. », Plant Pathology, 61(6), p. 1154-1164. doi : 10.1111/j.1365-3059.2012.02594.x  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

La brûlure des feuilles (BF), causée par le Botrytis squamosal, est une grave maladie foliaire de l’oignon. Différents systèmes de prédiction ont été mis au point en vue d’aider les producteurs à lutter contre cette maladie. Pour améliorer la fiabilité des prédictions, nous avons mesuré l’incidence de la température et de la durée d’exposition à l’humidité sur l’infection par le B. squamosal. Pour ce faire, nous avons inoculé une suspension de conidies à des feuilles d’oignon, puis avons incubé les plantes dans différentes combinaisons de température (10 à 30 °C) et de durés d’exposition à l’humidité (0 à 84 h). Pour déterminer la gravité de l’infection, nous avons compté le nombre de lésions par cm2 de feuille, puis avons converti le résultat en proportion de l’infection maximale. Indépendamment de la durée d’exposition à l’humidité, très peu de lésions se sont formées à 30 °C, et le nombre de lésions a augmenté avec l’augmentation de la température de 10 à 20°C, mais a commencé à diminuer à 25 °C. Entre 10 et 25 °C, le nombre de lésions par cm2 de feuille augmentait graduellement avec l’augmentation de la durée d’exposition de 12 à 72 h. L’infection relative a été modélisée en fonction de la température et de la durée d’exposition à l’humidité, au moyen d’une version modifiée de l’équation de Weibull; nous avons ainsi obtenu une description précise de l’effet de ces deux facteurs sur le B. squamosal (R2 = 0,88). Nous avons réalisé une analyse de la courbe ROC (receiving operating characteristic), en vue de faciliter la validation au champ et d’obtenir un degré d’exactitude pour différents ensembles de critères permettant de prédire la durée d’une infection en fonction de données météorologiques recueillies au champ. Le nombre total d’heures où les feuilles sont humides et où l’humidité relative est supérieure à 90 % au cours d’une période de 72 heures, sans égard à la répartition des périodes d’interruption de l’humidité, constituait le meilleur critère (sensibilité = 90,91, spécificité = 84,62, aire sous la courbe ROC = 0,878). Le modèle qui décrit la relation entre la proportion de l’infection maximale, la température, la durée d’exposition des feuilles à l’humidité et la concentration aérienne de conidies mesurée sur le terrain a été utilisé pour calculer le risque d’infection (RIBF), où RIBF = proportion de l’infection maximale × la concentration aérienne de conidies. En 2009 et 2010, cet indice de risque a été comparé au taux de progression de la brûlure des feuilles observé au cours de la période de 5 jours suivant le calcul de l’indice (tauxBF5 jours). Nous avons observé une relation linéaire entre le RIBF et le tauxBF5 jours, ce qui indique que le nouvel indicateur était fiable pour la prédiction du risque d’apparition de la brûlure des feuilles. Grâce à ces résultats, il sera possible de mieux planifier les applications de fongicides contre la brûlure des feuilles.

Signaler un problème sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :
Date de modification :