Sélection de la langue

Recherche

Frothy bloat in ruminants: Cause, occurrence, and mitigation strategies

Wang, Y., Majak, W., et McAllister, T.A. (2012). « Frothy bloat in ruminants: Cause, occurrence, and mitigation strategies. », Animal Feed Science and Technology, 172(1-2), p. 103-114. doi : 10.1016/j.anifeedsci.2011.12.012  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Un certain nombre de pratiques de gestion des pâturages et des parcs d’engraissement ainsi que l’utilisation de certains additifs alimentaires ont réduit la météorisation spumeuse chez les bovins, mais ils ne l’ont pas éliminée. La météorisation se produit par suite d’interactions complexes entre les aliments, les populations microbiennes du rumen et l’hôte. Les facteurs tels que la teneur en protéines solubles dans les aliments, la vitesse de digestion des aliments, la production d’exsudat bactérien et la vitesse de passage du digesta ont tous un rôle à jouer dans le risque de météorisation. Les pratiques qui entraînent une baisse de la teneur en protéines solubles et ralentissent la digestion des aliments peuvent réduire le risque de météorisation, tout comme le fait le broutage de luzerne aux stades avancés de maturité. De même, transformer les céréales en particules de taille optimale, ajouter des ionophores dans la ration et prévoir une période d’adaptation durant la transition entre la ration de fourrage et la ration de céréales sont des pratiques qui réduisent la fréquence de la météorisation dans les parcs d’engraissement. Les détergents de type Pluronic, qui dispersent la mousse stable dans le rumen, peuvent traiter et prévenir efficacement la météorisation dans les pâturages et les parcs d’engraissement. La nature sporadique et imprévisible de la météorisation spumeuse rend souvent irréaliste l’utilisation de mesures préventives appliquées à tous les animaux à risque. Des variétés de luzerne et de trèfle non météorisantes contenant des tanins condensés créées par génie génétique pourraient éliminer la météorisation chez les bovins broutant ces fourrages. Le fait de comprendre les facteurs qui régulent l’ingestion et qui contribuent à la production de l’exsudat bactérien pourrait apporter un éclairage additionnel à la météorisation dans les parcs d’engraissement. La comparaison des métatranscriptomes et des métagénomes microbiens du rumen des animaux atteints de météorisation à ceux des animaux qui n’en sont pas atteints devrait offrir une nouvelle perspective du rôle que jouent les populations microbiennes ruminales dans la météorisation. La clé dans la prévention de la météorisation spumeuse réside dans la compréhension approfondie des facteurs qui sont associés aux aliments, aux bactéries et à l’hôte, et qui sont en cause dans cette affection.

Signaler un problème sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :
Date de modification :