Sélection de la langue

Recherche

Revealing plant defense signaling getting more sophisticated with phosphoproteomics

Laroche, A. et Xing, T. (2011). « Revealing plant defense signaling getting more sophisticated with phosphoproteomics. », Plant Signaling & Behavior, 6(10), p. 1469-1474. doi : 10.4161/psb.6.10.17345  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Les mécanismes qui interviennent dans les interactions plantes-pathogènes sont complexes et dynamiques. L’approche protéomique aide à mieux comprendre la régulation des mécanismes en cause parce qu’elle permet de mettre en évidence de nouvelles protéines relativement à leurs fonctions et, au bout du compte, d’expliquer la régulation de leur expression de même que les phénomènes d’accumulation et de modification. La phosphorylation est un des principaux mécanismes de régulation de l’activité protéique et sa grande complexité dans les interactions plantes-pathogènes la rend difficile à étudier. Compte tenu du nombre élevé de protéines kinases et de phosphatases codées par le génome d’une plante ainsi que des limitations particulières des différentes technologies, il est extrêmement difficile de connaître tous les détails de la phosphorylation. Les approches de protéomique et les progrès technologiques ont toutefois permis d’en identifier de nouvelles composantes. Des études récentes sur des systèmes plante-pathogène bien établis ont révélé de nouvelles voies de phosphorylation, dont certaines ne font pas partie des cascades de phosphorylation principales. Il faudra d’autres études de phosphoprotéomique pour améliorer notre compréhension de ces différents mécanismes ainsi que de la régulation de la réponse de résistance de l’hôte aux attaques des pathogènes.

Signaler un problème sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :
Date de modification :