Sélection de la langue

Recherche

Effects of long-or short-haul transportation of slaughter heifers and cattle liner microclimate on hide contamination with Escherichia coli O157.

Stanford, K.I.M., Bryan, M., Peters, J., González, L.A., Stephens, T.P., et Schwartzkopf-Genswein, K.S.G. (2011). « Effects of long-or short-haul transportation of slaughter heifers and cattle liner microclimate on hide contamination with Escherichia coli O157. », Journal of Food Protection, 74(10), p. 1605-1610. doi : 10.4315/0362-028X.JFP-11-154  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Chez les bovins, le transport a une influence variable sur la contamination de la peau des animaux par Escherichia coli O157. Nous avons entrepris l’étude présentée ici pour mieux comprendre les relations pouvant exister entre la durée du transport, le microclimat et l’environnement dans la bétaillère et la contamination de la peau des bovins par E. coli O157. Pour ce faire, nous avons réparti des génisses de race croisée Angus provenant d’un parc d’engraissement du sud de l’Alberta en 10 chargements identiques de 45 animaux (transport sur courte distance, poids 621,5 ± 2,1 kg) ou 46 animaux (transport sur longue distance, poids 576,0 ± 1,7 kg). Les transports sur longue distance (n = 5), à destination de l’abattoir A, ont eu lieu en juillet et en août, tandis que les transports sur courte distance (n = 5), à destination de l’abattoir B, ont eu lieu en octobre. La même bétaillère, toujours conduite par le même chauffeur, a été utilisée pour tous les chargements. Des enregistreurs ont été installés au plafond de chacun des compartiments pour la mesure de la température ambiante et de l’humidité relative. Un écouvillonnage de la région périnéale a été effectué sur chaque génisse à l’exploitation, avant le chargement, puis à l’abattoir, immédiatement après l’étourdissement (en moyenne, le transport sur longue distance a duré 12 h, tandis que le transport sur courte distance a duré 1 h). Les écouvillons ont été envoyés sur de la glace pour la recherche d’E. coli O157 par séparation immunomagnétique. Nous avons constaté que le transport n’a pas influé sur la prévalence de contamination de la peau des animaux par E. coli O157, même si 80 % des écouvillons prélevés sur les animaux transportés sur une longue distance étaient positifs à l’exploitation, tandis que la proportion de positifs était de 26 % dans le cas des animaux transportés sur une courte distance, la différence étant due à la saisonnalité de l’excrétion d’E. coli O157. Dans le cas des transports sur longue distance, l’analyse des écouvillons des génisses transportées dans le compartiment avant de la bétaillère a révélé qu’un moins grand nombre de sujets avaient la peau contaminée (P < 0,05) que sur le plateau supérieur ou sur le plateau inférieur de la bétaillère, même si l’indice température-humidité était plus élevé (P < 0,05) dans le compartiment avant que dans les autres. La prévalence de la contamination de la peau des animaux variait beaucoup d’un chargement à l’autre, même durant la période saisonnière où les populations d’E. coli O157 sont normalement faibles. Ces constatations nous amènent à penser que les conditions de l’enclos d’engraissement ont plus d’effet sur la contamination de la peau des animaux à l’abattoir que les conditions de transport, dont l’indice température-humidité, la densité de chargement et la durée du transport.

Signaler un problème sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :
Date de modification :