Sélection de la langue

Recherche

Effect of parity and stage of lactation on feed sorting behavior of lactating dairy cows

DeVries, T.J., Holtshausen, L., Oba, M., et Beauchemin, K.A. (2011). « Effect of parity and stage of lactation on feed sorting behavior of lactating dairy cows. », Journal of Dairy Science (JDS), 94(8), p. 4039-4045. doi : 10.3168/jds.2011-4264  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Nous avons réalisé cette étude pour déterminer si le tri des aliments diffère chez les vaches selon qu’elles sont primipares ou multipares, si le tri change entre le pic de la lactation et le pic de la consommation de matière sèche, et si le tri influe sur l’indice de conversion laitier. Nous avons recueilli des données sur le nombre de jours écoulés depuis le début de la lactation, la production de lait, le tri des aliments (granulométrie des aliments offerts et des aliments refusés), et le bilan énergétique (concentration plasmatique d’acides gras non estérifiés, de β-hydroxybutyrate, d’insuline et de glucose) de 60 vaches laitières Holstein, 30 primipares et 30 multipares, logées et nourries en stabulation entravée dans des stalles individuelles durant 3 des 10 semaines (semaines 2, 6 et 10) d’une étude portant sur la lactation. En moyenne, au début de chacune des 3 semaines de relevés, la lactation des vaches avait commencé depuis 53, 81 et 109 ± 10 jours. Pour l’étude du tri, des échantillons d’aliments ont été séparés au moyen d’un séparateur à triple tamis (19, 8 et 1,18 mm) muni d’un bac collecteur, ce qui nous a permis de recueillir 4 fractions (particules longues, moyennes, courtes et fines). Durant la période d’étude, les vaches multipares ont consommé davantage de matière sèche et ont produit davantage de lait que les vaches primipares, mais l’indice de conversion laitier (kg de lait/kg de matière sèche consommée) ainsi que la concentration plasmatique des indicateurs énergétiques étaient les mêmes pour les 2 groupes. Dans l’ensemble de la période d’étude, la consommation de matière sèche a augmenté, tandis que le rendement en lait a diminué, de sorte que l’indice de conversion laitier a baissé plus la lactation des vaches avançait. Chez toutes les vaches, les concentrations plasmatiques d’acides gras non estérifiés et d’insuline étaient plus élevées au 53e jour de la lactation par comparaison au 81e et au 109e, ce qui permet de supposer que la mobilisation des lipides corporels est plus importante à ce stade moins avancé de la lactation. Dans l’ensemble des périodes expérimentales, toutes les vaches ont trié leurs aliments en laissant de côté les particules les plus longues et en consommant les particules fines, les particules moyennes n’étant pas triées; il s’ensuit que toutes les vaches ont consommé moins de fibres au détergent neutre et de fibres au détergent neutre physiquement efficaces (proportion des fibres au détergent neutre retenue sur les tamis de 19 et 8 mm du séparateur) que prévu. La sélection au détriment des particules les plus longues était associée à un meilleur indice de conversion laitier; toutefois, ce tri avait aussi tendance à s’associer à un pourcentage de gras moindre dans le lait. Le tri au détriment des particules les plus longues, physiquement efficaces, et en faveur des particules les plus fines était plus important chez les vaches primipares que chez les multipares, et ce, pour les 3 périodes d’observation. Le tri des aliments est demeuré le même chez les vaches durant toute la période de la lactation évaluée dans l’étude; cette forme de tri peut influer sur l’indice de conversion laitier et sur la teneur du lait en gras. En outre, les vaches primipares trient davantage leur ration que les vaches multipares.

Signaler un problème sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :
Date de modification :