Sélection de la langue

Recherche

Concentration de tanins condensés dans les légumineuses fourragères cultivées dans l’Ouest canadien aux stades végétatif et mature.

Berard, N.C., Wang, Y., Wittenberg, K.M., Krause, D.O., Coulman, B.E., McAllister, T.A., et Ominski, K.H. (2011). « Concentration de tanins condensés dans les légumineuses fourragères cultivées dans l’Ouest canadien aux stades végétatif et mature. », Canadian Journal of Plant Science, 91(4), p. 669-675. doi : 10.4141/cjps10153  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

On n’a guère étudié la concentration de tanins condensés (TC) chez les espèces de légumineuses fourragères cultivées dans l’Ouest canadien. Les auteurs ont recouru à la technique du butanol-HCl pour mesurer la concentration de TC extractibles dans les spécimens de Trifolium hybridum L., T. ambiguum M. Bieb, T. pratense L., T. repens L., Dalea purpurea Vent., Onobrychis viciifolia Scop., Lotus corniculatus L., Medicago sativa L. et Astragalus cicer L. recueillis sur les parcelles expérimentales et d’essai de variétés des Prairies canadiennes. La biomasse aérienne a été récoltée au stade végétatif et à maturité physiologique pendant deux saisons de croissance. Dalea purpurea, une légumineuse indigène, présente la plus forte concentration moyenne de TC (68,6±22,6 g par kg de matière sèche), les valeurs minimale et maximale allant de 37,9 à 92,9 g par kg de matière sèche. Onobrychis viciifolia figure au deuxième rang avec une concentration moyenne de TC de 46,0 g par kg de matière sèche (intervalle de 16,3 à 94,4 g par kg de matière sèche). Au troisième rang (concentration moyenne de TC de 15,1 g par kg de matière sèche) vient L. corniculatus, avec un intervalle de 0,0 à 25,7 g par kg de matière sèche. La concentration de TC est plus élevée (P<0,05) quand on récolte la biomasse fourragère à maturité, pour toutes les espèces sauf O. viciifolia, qui renferme plus de TC au stade végétatif. Il faudrait entreprendre des études plus poussées pour é tablir les avantages qu’on pourrait tirer de l’inclusion de ces espèces à la ration des ruminants aux concentrations observées.

Signaler un problème sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :
Date de modification :