Sélection de la langue

Recherche

Livestock and greenhouse gas emissions: The importance of getting the numbers right

Herrero, M., Gerber, P., Vellinga, T., Garnett, T., Leip, A., Opio, C., Westhoek, H.J., Thornton, P.K., Olesen, J., Hutchings, N., Montgomery, H., Soussana, J.-F., Steinfeld, H., et McAllister, T.A. (2011). « Livestock and greenhouse gas emissions: The importance of getting the numbers right. », Animal Feed Science and Technology, 166-167, p. 779-782. doi : 10.1016/j.anifeedsci.2011.04.083  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Les estimations des émissions mondiales de gaz à effet de serre (GES) attribuables au bétail varient de 8 à 51 %. Cette variabilité crée de la confusion chez les décideurs et la population, car elle semble indiquer qu'il y a un manque de consensus entre scientifiques relativement à la contribution du bétail aux émissions mondiales de GES. Dans les faits, les estimations fournies par les organisations scientifiques internationales, tels le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) et l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), présentent une bonne concordance, les différences ayant principalement trait à la façon dont les émissions de GES sont attribuées à l'utilisation des terres et au changement de l’utilisation de celles-ci. D'autres estimations comportent d'importants écarts par rapport aux protocoles internationaux, p. ex. le potentiel estimatif de réchauffement de la planète du CH4 ou l’inclusion du CO2 issu de la respiration dans les émissions de GES. Par ailleurs, ces méthodes ne sont pas en mesure de distinguer les émissions de CO2 à court terme issues de l'oxydation du C des plantes par les ruminants, des émissions de CO2 produites par la combustion du carbone fossile. Ces écarts par rapport aux protocoles acceptés à l'échelle internationale créent de la confusion et détournent l’attention des activités humaines, qui sont les principales responsables des émissions mondiales de GES. Les estimations mondiales des émissions de GES attribuables au bétail sont des plus fiables lorsqu'elles sont générées par des groupes de scientifiques reconnus à l'échelle internationale, possédant de l'expertise dans divers domaines, et sans aucun parti pris relativement à l’obtention de résultats particuliers.

Signaler un problème sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :
Date de modification :