Sélection de la langue

Recherche

Lowering carbon footprint of durum wheat by diversifying cropping systems

Gan, Y.T., Liang, C., Wang, X., et McConkey, B.G. (2011). « Lowering carbon footprint of durum wheat by diversifying cropping systems. », Field Crops Research, 122(3), p. 199-206. doi : 10.1016/j.fcr.2011.03.020  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

L’amélioration des systèmes de culture pourrait contribuer à l’atténuation des émissions de gaz à effet de serre. La présente étude visait à établir l’empreinte carbone de la culture du blé dur (Triticum turgidum L.) dans divers systèmes de culture. Le blé dur a été cultivé en rotation avec différentes combinaisons de cultures d’oléagineux, de légumineuses à grain et de céréales dans cinq sites-années en Saskatchewan (au Canada). On a utilisé les valeurs du total des émissions de gaz à effet de serre résultant de la décomposition des résidus de culture et de diverses sources associées à la production pour estimer l’empreinte carbone. En moyenne, les émissions attribuables à la décomposition de la paille et des racines comptaient pour 25 % du total des émissions, celles attribuables à la production, au transport, au stockage et à la livraison d’engrais et de pesticides à la ferme et à leur application comptaient pour 43 %, et les émissions attribuables aux activités agricoles, 32 %. Lorsque le blé dur était cultivé l’année suivant une culture d’oléagineux (Brassica napus ou Brassica juncea), l’empreinte carbone était de 0,33 kg CO2 eq kg-1 de grains, soit 7 % inférieure à la valeur obtenue pour le blé dur dans un système céréale-céréale-blé dur. Lorsque le blé dur était cultivé l’année suivant une culture d’espèces fixatrices d’azote biologique (pois chiche [Cicer arietinum], lentille [Lens culinaris] ou pois [Pisum sativum]), son empreinte carbone diminuait de 17 % comparativement à un système de culture de blé dur précédé de céréale. L’empreinte carbone du blé dur produit dans un système légumineuses à grain-légumineuses à grain-blé dur était de 0,27 kg CO2 eq kg-1 de grains, soit 34 % inférieure à la valeur obtenue pour le blé dur cultivé dans des systèmes céréale-céréale-blé dur. La diversification des systèmes de cultures avec des oléagineux et des espèces fixatrices de l’azote a diminué de manière significative l’empreinte carbone du blé dur.

Signaler un problème sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :
Date de modification :