Sélection de la langue

Recherche

Canola response to ESN and urea in a four-year no-till cropping system

Blackshaw, R.E., Hao, X., Brandt, R.N., Clayton, G.W., Harker, K.N., O'Donovan, J.T., Johnson, E.N., et Vera, C.L. (2011). « Canola response to ESN and urea in a four-year no-till cropping system. », Agronomy Journal, 103(1), p. 92-99. doi : 10.2134/agronj2010.0299  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Comme la fertilisation azotée représente un coût important, à titre d’intrant, pour la production de canola (Brassica napus L.), les producteurs sont intéressés à rendre l’utilisation de l’azote (N) plus efficace. Nous avons mené une étude dans plusieurs localités de l’Ouest canadien pour vérifier les avantages de l’urée enrobée de polymère (UEP), par rapport à l’urée ordinaire, en termes de maîtrise des mauvaises herbes et de rendement du canola hybride et du canola à pollinisation libre (PL). Nous avons employé comme traitements deux cultivars de canola (un hybride et un PL), deux types d’urée (UEP et urée ordinaire), deux taux de fertilisation azotée (100 % et 150 % du taux recommandé en fonction de l’analyse du sol) et deux doses d’herbicide appliqué en cours de culture (50 % et 100 % de la dose homologuée). Le canola a été cultivé en rotation avec l’orge (Hordeum vulgare L.), sans travail du sol, les deux espèces étant présentes chaque année dans l’assolement. Nous avons appliqué les traitements de fertilisation azotée et de lutte herbicide aux mêmes parcelles durant quatre années consécutives, afin de pouvoir évaluer les effets annuels et cumulatifs. L’utilisation de canola hybride plutôt que de canola PL a réduit la concentration de N des tissus des mauvaises herbes dans 40 % des cas et réduit la biomasse de mauvaises herbes dans 80 % des cas. De plus, la concentration de N des tissus des mauvaises herbes était plus faible avec l’UEP qu’avec l’urée ordinaire dans 70 % des cas, ce qui laisse croire que l’UEP réduit peut-être la compétition entre les mauvaises herbes et le canola pour le N du sol. Le rendement du canola hybride a été supérieur à celui du canola PL dans 15 des 20 années-sites (combinaisons d’année et de localité). Le taux de fertilisation azotée de 150 % a accru le rendement des deux cultivars dans 10 des 20 années-sites. Ce gain de rendement a été obtenu dans 3 autres années-sites dans le cas du canola hybride, ce qui semble indiquer que les cultivars hybrides ont des besoins plus élevés en N lorsque les conditions de croissance sont bonnes. Par rapport à l’urée ordinaire, l’UEP n’a procuré aucun gain de rendement du canola dans 14 des 20 années-sites; elle a accru le rendement des deux cultivars dans 4 années-sites et seulement du canola hybride dans un cinquième site. Il semble donc que l’UEP est avantageuse dans certaines situations. La teneur en huile de la graine de canola a été semblable avec les deux types d’urée dans 19 des 20 années-sites. L’information générée par la présente étude permettra d’élaborer de meilleures stratégies de fertilisation pour la production du canola dans les prairies semi-arides du Canada.

Signaler un problème sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :
Date de modification :