Sélection de la langue

Recherche

Influence of colostrum intake on piglet survival and immunity

Devillers, N., Le Dividich, J., et Prunier, A. (2011). « Influence of colostrum intake on piglet survival and immunity. », Animal, 5(10), p. 1605-1612. doi : 10.1017/S175173111100067X  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Nous avons estimé la consommation de colostrum, de la naissance à 24 heures après le début de la parturition (T24), chez 526 porcelets de 40 portées. Nous avons mesuré la concentration plasmatique des immunoglobulines G (IgG), du lactate, du glucose et du cortisol à T24 chez six porcelets de chaque portée et celle des IgG au sevrage (à 28 jours) chez les mêmes porcelets. Nous avons pris la température rectale de tous les porcelets à T24. Nous avons consigné les mortalités survenues jusqu’au sevrage, puis nous avons comparé les porcelets morts avant le sevrage à ceux qui étaient toujours vivants au sevrage. Par comparaison aux porcelets qui étaient toujours en vie au sevrage, ceux qui sont morts avant le sevrage avaient un poids à la naissance plus faible, ont consommé moins de colostrum, et ont présenté un gain pondéral entre la naissance et T24 plus faible, une température rectale plus basse, une concentration plasmatique de cortisol plus élevée ainsi que des concentrations plasmatiques d’IgG et de glucose à T24 plus basses. De plus, une proportion plus élevée des porcelets morts avant le sevrage ont eu de la difficulté à respirer à la naissance et étaient atteints d’hypoplasie myofibrillaire. Pour tous les porcelets, la consommation de colostrum était directement proportionnelle à la température rectale et à la concentration plasmatique de glucose, mais elle était inversement proportionnelle à la concentration plasmatique de cortisol à T24. Nous avons pu expliquer la concentration des IgG à T24 par la consommation de colostrum, la concentration des IgG dans le colostrum ingéré, le poids à la naissance et le rang de naissance (P < 0,0001). La concentration plasmatique des IgG au sevrage était reliée à la celle des IgG à T24 (r = 50,54; P < 0,0001) et à la consommation de colostrum (r = 50,32; P < 0,0001). Enfin, le poids s’expliquait par la consommation de colostrum, le poids à la naissance et l’âge jusqu’à 6 semaines (P < 0,0001). Ces résultats montrent que la consommation de colostrum est le principal déterminant de la survie du porcelet, car il fournit de l’énergie ainsi qu’une protection immunitaire et qu’il a des effets potentiels à long terme sur la croissance du porcelet et son immunité.

Signaler un problème sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :
Date de modification :