Sélection de la langue

Recherche

Improved milk production efficiency in early lactation dairy cattle with dietary addition of a developmental fibrolytic enzyme additive

Holtshausen, L., Chung, Y.-H., Gerardo-Cuervo, H., Oba, M., et Beauchemin, K.A. (2011). « Improved milk production efficiency in early lactation dairy cattle with dietary addition of a developmental fibrolytic enzyme additive. », Journal of Dairy Science (JDS), 94(2), p. 899-907. doi : 10.3168/jds.2010-3573  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Nous avons réalisé une étude en 3 parties pour évaluer l’effet d’un additif enzymatique fibrolytique en développement sur la digestibilité de certains fourrages et sur la performance de production de vaches laitières en début de lactation. La première partie était une expérience in vitro qui a consisté à incuber pendant 24 heures 4 cultures identiques dans lesquelles du foin de luzerne, de l’ensilage de luzerne et de l’ensilage d’orge ont été utilisés comme substrats, le ferment étant du liquide ruminal. Nous avons ajouté un additif enzymatique fibrolytique en développement (AB Vista, Marlborough, R.-U.) en 5 doses : 0, 0,5, 1,0, 1,5 et 2,0 μL/g de matière sèche du fourrage. Après une incubation de 24 h, nous avons mesuré la disparition de la matière sèche, des fibres au détergent neutre et des fibres au détergent acide. Dans le cas du foin de luzerne, la disparition de ces 3 éléments a été plus importante avec la dose d’additif la plus élevée par comparaison aux valeurs obtenues sans ajout d’enzyme. De même, par comparaison aux résultats obtenus sans ajout d’enzyme, la disparition des fibres au détergent neutre et des fibres au détergent acide de l’ensilage d’orge a généralement été plus importante avec la dose d’enzyme la plus élevée; il en a été de même des fibres au détergent neutre de l’ensilage de luzerne. Dans la deuxième partie de l’étude, nous avons utilisé 6 vaches laitières Holstein en lactation munies d’une canule ruminale pour déterminer la dégradation in situ de l’ensilage de luzerne et de l’ensilage d’orge avec (1,0 mL/kg de matière sèche de l’ensilage) et sans enzyme. Nous avons donné à 3 des vaches la ration témoin (sans enzyme) et aux 3 autres une ration à laquelle nous avons ajouté l’enzyme (1,0 mL/kg de matière sèche). L’ajout de l’enzyme après l’incubation de 24 h in situ n’a pas influé sur la disparition de l’ensilage d’orge, ni sur celle de l’ensilage de luzerne. Dans la troisième partie de l’étude, 60 vaches laitières Holstein en début de lactation on reçu pendant 10 semaines l’une des 3 rations suivantes : 1) témoin (TÉ, sans enzyme), 2) faible teneur en enzyme (ration TÉ avec 0,5 mL d’enzyme/kg de matière sèche), et 3) forte teneur en enzyme (ration TÉ avec 1,0 mL d’enzyme/kg de matière sèche). L’enzyme ajoutée aux rations n’a pas eu d’effet sur le rendement en lait, mais, par comparaison au groupe ayant reçu la ration TÉ, la consommation de matière sèche a été moindre avec la ration à forte teneur en enzyme et a eu tendance à être moindre avec la ration à faible teneur en enzyme. Par conséquent, l’efficacité de la production laitière (kg de lait normalisé à 3,5 %/kg de matière sèche consommée) a augmenté de façon linéaire avec l’augmentation de la teneur en enzyme. L’efficacité des vaches qui ont reçu les rations à faible et à forte teneur en enzyme a été supérieure dans une proportion de 5,3 (sans signification statistique) et de 11,3 %, respectivement, par comparaison aux vaches qui ont reçu la ration TÉ. L’enzyme fibrolytique que nous avons utilisée a le potentiel d’augmenter la digestibilité des fibres des fourrages, ce qui pourrait se traduire par une meilleure efficacité de la production laitière chez les vaches laitières en début de lactation.

Signaler un problème sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :
Date de modification :