Sélection de la langue

Recherche

Simultaneous recovery of bacteria and viruses from contaminated water and spinach by a filtration method

Brassard, J., Guévremont, É., Gagné, M.-J., et Lamoureux, L. (2011). « Simultaneous recovery of bacteria and viruses from contaminated water and spinach by a filtration method. », International Journal of Food Microbiology, 144(3), p. 565-568. doi : 10.1016/j.ijfoodmicro.2010.11.015  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

On signale de plus en plus de cas de maladies d’origine alimentaire associées à la consommation d’eau et de légumes-feuilles frais. Les agents pathogènes responsables de ces infections sont majoritairement des bactéries et des virus, et ils sont présents en très petites quantités sur les matrices de nourriture contaminée. Les techniques de laboratoire utilisées pour l’isolement ou la détection de l’agent contaminant diffèrent considérablement selon le type de microorganismes, le temps de génération et les pertes économiques en cause. Dans la présente étude, nous visions à optimiser une méthode qui permettrait la récupération et la concentration simultanées des deux principaux types d’organismes pathogènes. Des échantillons d’eau et de légumes-feuilles ont été contaminés artificiellement avec le calicivirus félin (FCV), le rotavirus, le virus de l’hépatite A (HAV), Escherichia coli, Listeria monocytogenes, Campylobacter jejuni et Salmonella typhimurium. Le principe à l’origine de la technique de récupération repose sur l’utilisation d’une membrane chargée positivement qui adsorbe les virus et les bactéries présentes dans l’eau ou le liquide de rinçage des légumes. À l’aide d’épreuves classiques de microbiologie, de la PCR et de la RT‑PCR, la technique de filtration nous a permis d’obtenir des seuils de détection supérieurs à 102 UFC/g pour S. typhimurium, E. coli, L. monocytogenes et C. jejuni, et des seuils supérieurs à 101 UFP/g pour le FCV, le HAV et le rotavirus. Cette méthode combinée peut également être appliquée à d’autres espèces bactériennes ou virales pour l’identification de l’agent responsable des maladies d’origine alimentaire.

Signaler un problème sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :
Date de modification :