Sélection de la langue

Recherche

Evaluation of tag entanglement as a factor in harmonic radar studies of insect dispersal

Boiteau, G., Vincent, C., Meloche, F., Leskey, T.C., et Colpitts, B.G. (2011). « Evaluation of tag entanglement as a factor in harmonic radar studies of insect dispersal. », Environmental Entomology, 40(1), p. 94-102. doi : 10.1603/EN10158  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

La découverte d’insectes ou d’autres petits organismes empêtrés dans leur habitat après avoir été munis d’un transpondeur électronique à antenne verticale ou traînante soulève certaines inquiétudes concernant le recours à la technologie du radar harmonique pour étudier la dispersion des insectes. Cette étude visait à comparer sur le terrain ou dans des enceintes expérimentales le comportement ambulatoire de doryphores de la pomme de terre (Leptinotarsa decemlineata (Say), Chrysomelidae), de charançons de la prune (Conotrachelus nenuphar (Herbst), Curculionidae) et de chrysomèles occidentales des racines du maïs (Diabrotica virgifera virgifera (LeConte), Chrysomelidae) adultes munis ou non d’un transpondeur harmonique à antenne verticale ou traînante. Chez le doryphore de la pomme de terre, insecte de plus forte taille, la présence d’une antenne traînante de 8 cm n’a eu aucun effet sur la fréquence à laquelle les individus marqués ont traversé des surfaces dénudées ou comportant un couvert de graminées. En revanche, chez le charançon de la prune ou la chrysomèle occidentale des racines du maïs, la présence d’une antenne traînante de 4 cm a complètement entravé (charançons) ou substantiellement gêné (chrysomèles) les déplacements des individus marqués dans une enceinte expérimentale dénudée. Nos résultats démontrent que la végétation a une incidence importante sur la dispersion des insectes, qu’ils portent une antenne ou non. Les insectes munis d’une antenne verticale n’ont éprouvé aucune difficulté à se déplacer à la verticale sur des tiges ou d’autres structures tubulaires, contrairement aux chrysomèles occidentales du maïs portant une antenne traînante. Nos résultats indiquent que la technologie du radar harmonique peut-être utilisée avec succès pour étudier les déplacements au sol des trois insectes susmentionnés si ceux-ci sont munis d’une antenne de type et de dimensions adaptés à leur taille. La nuisance générée par les antennes de taille appropriée était faible en comparaison de celle engendrée par la végétation.

Signaler un problème sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :
Date de modification :