Sélection de la langue

Recherche

Effect of method of conservation of timothy on endogenous nitrogen flows in lactating dairy cows

Ouellet, D.R., Berthiaume, R.R., Holtrop, G., Lobley, G.E., Martineau, R., et Lapierre, H. (2010). « Effect of method of conservation of timothy on endogenous nitrogen flows in lactating dairy cows. », Journal of Dairy Science (JDS), 93(9), p. 4252-4261. doi : 10.3168/jds.2010-3085  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Nous avons étudié l’effet de la méthode de conservation des fourrages sur la sécrétion d’azote endogène à l’aide d’une technique de dilution de l’isotope 15N appliquée à 4 vaches Holstein en lactation qui ont été sélectionnées avec un carré latin 3 x 3 répété et auxquelles nous avons installé des canules ruminales, duodénales (n = 4) et iléales (n = 2). Les rations données aux vaches contenaient 44 % de concentré et de la fléole des prés de première coupe conservée sous forme de foin ou d’ensilage de fermentation restreinte (acide formique) ou stimulée (inoculé). Le contenu en protéines brutes était en moyenne de 10,4 % dans le cas du foin, de 13,6 % dans le cas de l’ensilage à l’acide formique, et de 14,8 % dans celui de l’ensilage inoculé. Le débit total d’azote endogène et la quantité d’azote endogène libre dans le duodénum ont augmenté avec le foin par comparaison à ce qui a été observé avec les ensilages, mais l’écart s’est révélé peu important lorsque ces valeurs ont été exprimées sous la forme de proportions du débit d’azote duodénal : en moyenne 25,8, 23,9 et 23,9 % pour le débit total d’azote endogène, et 11,5, 9,8 et 9,7 % pour l’azote endogène libre dans le duodénum avec, respectivement, le foin, l’ensilage à l’acide formique et l’ensilage inoculé. Le débit d’azote bactérien duodénal de source endogène était généralement plus élevé avec l’ensilage inoculé qu’avec l’ensilage à l’acide formique. Globalement, la proportion d’azote bactérien issu de sources endogènes et la proportion d’azote bactérien uréique étaient semblables d’un traitement à l’autre, avec une moyenne de 23 et 15 %, respectivement. Le débit d’azote endogène dans les excréments a été similaire avec tous les traitements, avec une moyenne de 31 % de l’azote fécal total. Plus de 70 % de l’azote endogène fécal provenait de sécrétions non digérées dans le préestomac. L’absorption d’azote dans le préestomac était généralement plus élevée avec les ensilages qu’avec le foin. En conclusion, l’azote endogène constituait une importante fraction de l’azote circulant dans le duodénum et dans les excréments. Les valeurs d’azote endogène libre et d’azote endogène total dans le duodénum ont été changées par les différentes méthodes de conservation du fourrage que nous avons étudiées. L’estimation de l’apport et des besoins véritables en azote alimentaire de la vache laitière doit faire entrer en ligne de compte les débits et les pertes d’azote endogène.

Signaler un problème sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :
Date de modification :