Sélection de la langue

Recherche

Intestinal mucosa adherence and Cytotoxicity of a Sorbitol-fermenting, shiga-toxin-negative escherichia coli O157:NM isolate with an atypical type III secretion system

Lefebvre, B., Diarra, M.S., Fairbrother, J.M., Nadeau, É., Dubois Jr., M., et Malouin, F. (2010). « Intestinal mucosa adherence and cytotoxicity of a sorbitol-fermenting, Shiga-toxin-negative Escherichia coli O157:NM isolate with an atypical type III secretion system. », Foodborne Pathogens and Disease, 7(8), p. 985-990. doi : 10.1089/fpd.2009.0474  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

La littérature scientifique signale des cas de maladies animales et humaines attribuables à des souches d’Escherichia coli O157 capables de fermenter le sorbitol (FS). Il pourrait donc s’agir de nouveaux pathogènes. Nous avons étudié la cytotoxicité d’une souche d’E. coli O157:NM, FS ne produisant pas de Shiga toxines ainsi que ses interactions avec les tissus intestinaux. Cette souche bovine ne comportait pas de gènes stx et n’était pas toxique pour les cellules Vero. Elle possède une intimine de type β, tandis que le récepteur de l’intimine, Tir, ayant subi une translocation et les composants EspA, EspB et EspD du système de sécrétion de type III sont de type α; les souches O157:H7 productrices de Shiga toxines possèdent habituellement des variants de type γ. Dans le modèle de culture in vitro de cellules iléales de porcelet nouveau-né, la souche ne provoquait pas de lésions typiques d’attachement et d’effacement. Nous avons toutefois observé un effacement et une élongation considérables des microvillosités. Les résultats obtenus en culture in vitro donnent à penser qu’une telle souche bovine d’E. coli O157:NM, FS ne produisant pas de Shiga toxines pourrait, chez l’humain, provoquer une diarrhée sans syndrome hémolytique et urémique.

Signaler un problème sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :
Date de modification :