Sélection de la langue

Recherche

N<inf>2</inf>O emissions from an irrigated and non-irrigated organic soil in eastern Canada as influenced by N fertilizer addition

Rochette, P., Tremblay, N., Fallon, E., Angers, D.A., Chantigny, M.H., MacDonald, J.D., Bertrand, N., et Parent, L.-É. (2010). « N2O emissions from an irrigated and non-irrigated organic soil in eastern Canada as influenced by N fertilizer addition. », European Journal of Soil Science, 61(2), p. 186-196. doi : 10.1111/j.1365-2389.2009.01222.x  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Le drainage et la culture des sols organiques entraînent souvent d’importantes émissions d’oxyde de diazote (N2O). L’objectif de la présente étude était d’évaluer les conséquences de l’utilisation d’engrais azoté sur les émissions de N2O de sols organiques cultivés situés au sud de Montréal, au Québec (Canada), qui ont été drainés en 1930 et qui servent depuis à la culture de légumes. Pour ce faire, les flux de N2O ont été mesurés chaque semaine, de mai 2004 à novembre 2005, lorsqu’il n’y avait pas de couche de neige dans les parcelles irriguées et non irriguées recevant 0, 100 ou 150 kg N ha-1 sous forme de NH4NO3. Dans le but d’expliquer les variations d’émissions de N2O, on a également mesuré la concentration d’azote minéral du sol, les concentrations de gaz, la température, le niveau de nappes d’eau souterraine et le contenu en eau. Au cours de l’expérience, les émissions annuelles étaient élevées, variant de 3,6 à 40,2 kg N2O-N ha-1 an-1. Les émissions de N2O ont été réduites par l’ajout d’engrais azoté dans les parcelles non irriguées, mais non dans les parcelles irriguées. L’absence d’un effet positif de la teneur en N minéral sur les émissions de N2O était probablement attribuable en partie au fait que jusqu’à 571 kg N ha-1 ont été minéralisés durant la période où il n’y avait pas de neige. Les émissions de N2O étaient positivement corrélées aux émissions de CO2 du sol et à des variables liées à l’étendue d’aération du sol (p. ex. concentration d’oxygène dans le sol, niveau des précipitations et des nappes d’eau souterraine), ce qui indique que le taux d’humidité et d’aération du sol ainsi que la biodisponibilité du carbone constituaient les principaux régulateurs des émissions de N2O. Les émissions élevées de N2O observées dans le cadre de la présente étude indiquent que les sols organiques drainés qui sont cultivés dans l’est du Canada pourraient subir des pertes de N2O-N semblables ou supérieures à celles des sols organiques situés dans le nord de l’Europe.

Signaler un problème sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :
Date de modification :