Sélection de la langue

Recherche

Soil test phosphorus and nitrate adjacent to artificial and natural cattle watering sites in southern Alberta.

Miller, J.J., Curtis, T.W., Bremer, E., Chanasyk, D.S., et Willms, W.D. (2010). « Soil test phosphorus and nitrate adjacent to artificial and natural cattle watering sites in southern Alberta. », Canadian Journal of Soil Science, 90(2), p. 331-340. doi : 10.4141/CJSS09057  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

L’aménagement de points d’eau à l’écart des cours d’eau peut atténuer la pollution des eaux superficielles en empêchant les éléments nutritifs de polluer les étendues d’eau naturelles, mais il peut s’ensuivre une hausse de la contamination de la nappe phréatique. L’étude devait établir si de tels points d’eau augmentent la concentration du P dans le sol et celle du N-NO3 extractible au KCl, ainsi que leur lixiviation, après deux à sept ans d’utilisation. L’étude s’est déroulée dans le bassin hydrographique de la rivière Lower Little Bow (LLB), dans le sud de l’Alberta, au Canada. Les auteurs ont prélevé des échantillons de sol près de trois points d’eau récemment aménagés à l’écart de la rivière, à quatre points d’eau adjacents à cette dernière et à deux sites le long d’un tronçon clôturé où les bêtes ne pouvaient accéder au cours d’eau. À chaque endroit, on a recueilli des échantillons le long de quatre transects de 100 m. Le sol de surface (0 à 5 cm) contigu à la LLB n’était pas plus riche en P ni en N-NO3, ce qu’on attribue au lessivage du sol lors des périodes de crue. Le sol de surface situé à 5 m et plus des trois points d’eau contenait environ trois fois plus de P que le sol de surface échantillonné à une distance d’au moins 10 m et la concentration de N-NO3 était sept fois supérieure. Le sol des couches inférieures adjacentes (distance de 3 m) aux trois points d’eau ne renfermait pas plus de P que la concentration naturelle (distance de 100 m). À 60 cm de profondeur, les couches inférieures adjacentes (3 m) à la mare-abreuvoir utilisée le plus longtemps contenaient plus de N-NO3 que la concentration naturelle (100 m). La concentration plus élevée d’éléments nutritifs autour des mares-abreuvoirs distantes du cours d’eau, comparativement aux points d’eau adjacents à la rivière laisse croire que cette pratique de gestion concourt à moins polluer les cours d’eau en déplaçant la répartition des éléments nutritifs.

Signaler un problème sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :
Date de modification :