Sélection de la langue

Recherche

Le vitamine E des aliments entrave la conversion des acides gras trans 10-18:1 dans le gras dorsal des bovins.

Juárez, M., Dugan, M.E.R, Aalhus, J.L., Aldai, N., Basarab, J.A., Baron, V.S., et McAllister, T.A. (2010). « Le vitamine E des aliments entrave la conversion des acides gras trans 10-18:1 dans le gras dorsal des bovins. », Canadian Journal of Animal Science, 90(1), p. 9-12. doi : 10.4141/CJAS09088  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Quarante bouvillons d’engrais ont reçu une ration de finition à base d’orge typique à celle employée dans l’ouest du Canada, mais enrichie de vitamine E à deux concentrations (468 ou 1 068 UI par tête, quotidiennement), avant établissement du profil isomérique des acides gras trans-18:1 pour le gras dorsal. La dose de 1 068 UI de vitamine E diminue la concentration totale d’acides gras trans-18:1 dans le gras dorsal (P< 0,01), ainsi que la proportion des acides gras trans 10-18:1 (P< 0,001) associés à un risque plus élevé de maladies cardiovasculaires. Parallèlement, on note une hausse (P< 0,01) de la concentration de l’acide gras trans 11-18:1 (acide vaccénique), précurseur de l’acide gras cis 9,trans 11-18:2 (acine ruménique), qu’on présume avoir plusieurs effets bénéfiques sur la santé. Par conséquent, on pourrait se servir de la vitamine E pour réduire la concentration d’acides gras trans-18:1 dans le bœuf et rehausser le profil isomérique de cette viande.

Signaler un problème sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :
Date de modification :