Sélection de la langue

Recherche

Land-use type and temperature affect gross nitrogen transformation rates in Chinese and Canadian soils

Lang, M., Cai, Z.-C., Mary, B., Hao, X., et Chang, S.X. (2010). « Land-use type and temperature affect gross nitrogen transformation rates in Chinese and Canadian soils. », Plant and Soil, 334(1-2), p. 377-389. doi : 10.1007/s11104-010-0389-z  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Le type d’utilisation des terres influe sur la transformation brute de l’azote, et les données à ce sujet sont particulièrement rares dans diverses conditions de basse température. Les auteurs de la présente étude ont examiné en laboratoire les effets de certains types d’utilisation des terres (comparaison entre les forêts et les prairies) et de la température (à 10 °C et à 15 °C) sur la vitesse de transformation brute de l’azote dans un milieu aérobie à l’aide de la technique de dilution de l’isotope 15N. Ils ont utilisé des échantillons de sols de forêts et de prairies prélevés en Chine et au Canada. Les résultats de l’étude montrent que les taux de minéralisation et d’immobilisation brutes de l’azote étaient nettement plus élevés dans les sols des forêts que dans les sols des prairies, et la situation était inverse pour les taux de nitrification brute de l’azote. Les chercheurs ont établi un lien entre les concentrations plus élevées de CT et les concentrations plus faibles de COS soluble dans l’eau dans les échantillons de sols recueillis en Chine par rapport à ceux prélevés au Canada et les taux plus élevés de minéralisation brute de l’azote et les taux plus faibles d’immobilisation brute de l’azote dans les sols provenant de Chine. Les taux plus élevés de minéralisation brute de l’azote et les taux plus faibles d’immobilisation brute de l’azote ont accru de façon significative l’accumulation d’azote inorganique, ce qui pourrait favoriser un plus grand lessivage du NO3- dans les sols de Chine. L’élévation des températures a considérablement fait augmenter les taux de nitrification brute dans les sols des prairies et les taux d’immobilisation brute de l’azote dans les sols forestiers, ce qui porte à croire que les sols des prairies pourraient être plus vulnérables à une perte d’azote par lessivage ou dénitrification du NO3- (quand les conditions sont propices à la dénitrification) et que la conversion des sols de prairies en sols forestiers pourrait avoir moins d’effets négatifs sur l’environnement à cause de la rétention de l’azote et d’une réduction de la production de NO3- et, par la suite, diminuer le risque que pose le lessivage du NO3- dans un scénario de températures à la hausse dans le contexte du réchauffement planétaire.

Signaler un problème sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :
Date de modification :