Sélection de la langue

Recherche

Development of competitive ELISAs for 17β-estradiol and 17β-estradiol +estrone+using rabbit polyclonal antibodies

Caron, E., Sheedy, C., et Farenhorst, A. (2010). « Development of competitive ELISAs for 17β-estradiol and 17β-estradiol +estrone+using rabbit polyclonal antibodies. », Journal of Environmental Science and Health, Part B: Pesticides, Food Contaminants, and Agricultural Wastes, 45(2), p. 145-151. doi : 10.1080/03601230903472090  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Les œstrogènes sont une famille d’hormones féminisantes sécrétées par les vertébrés. On a documenté le fait que leur présence dans les eaux de surface, même dans la plage des ng/L, peut avoir des effets néfastes sur la reproduction des poissons. On a développé deux épreuves d’immunosorbants liés à des enzymes en compétition qui utilisent des anticorps polyclonaux de lapin, l’un pour le 17β-estradiol et l’autre pour le 17β-estradiol (E2) + estrone (E1) + estriol (E3). On a synthétisé deux conjugués différents par la réaction d’un mélange d’anhydrides (pour l’épreuve ELISA 17β-estradiol) et la réaction de Mannich (pour l’épreuve ELISA E1 + E2 + E3). L’épreuve ELISA 17β-estradiol était très spécifique avec une CI50 de 243 ng/mL pour le 17β-estradiol. Dans le cas de l’épreuve ELISA E1 + E2 + E3, on observait une réactivité croisée avec l’estrone (85 p. 100) et l’estriol (62 p. 100), avec une CI50 de 18 ng/mL pour le 17β-estradiol. On a testé la réactivité croisée avec 13 composés apparentés chimiquement et les deux épreuves immunologiques indiquaient une réactivité croisée significative avec deux conjugués de l’estradiol, le β estradiol-17-valérate et le β-estradiol-3-benzoate (de 57 à 84 p. 100), pour lesquels il n’y a pas, à notre connaissance, d’épreuve ELISA disponible dans le commerce. De plus, on a comparé les caractéristiques (sensibilité, variations interépreuves et intraépreuves et réactivité croisée) de l’épreuve ELISA E1 + E2 + E3 à celles d’une l’épreuve ELISA estriol commerciale. Cette épreuve était plus spécifique et plus sensible et ses variations interépreuves étaient moindres (9,5 p. 100 par rapport à 10 p. 100 pour l’épreuve ELISA E1 + E2 + E3), mais ce dernier présentait une plus faible variation intraépreuve (4 p. 100 par rapport à 5 p. 100 pour l’épreuve ELISA commerciale). Enfin, une méthode d’extraction en phase solide compatible avec l’épreuve immunologique E1 + E2 + E3 a démontré que cette approche combinée d’extraction et d’épreuve immunologique avait un bon potentiel pour le dosage des œstrogènes dans des échantillons environnementaux, par exemple l’eau de surface des écosystèmes urbains et agricoles.

Signaler un problème sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :
Date de modification :