Sélection de la langue

Recherche

Comparison of repetitive PCR and pulsed-field gel electrophoresis for the genotyping of Mannheimia haemolytica

Klima, C.L., Alexander, T.W., Selinger, L.B., Read, R.R., Shewan, P.E., Gow, S.P., Booker, C.W., et McAllister, T.A. (2010). « Comparison of repetitive PCR and pulsed-field gel electrophoresis for the genotyping of Mannheimia haemolytica. », Journal of Microbiological Methods, 81(1), p. 39-47. doi : 10.1016/j.mimet.2010.01.020  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Mannheimia haemolytica, un pathogène opportuniste pouvant causer une pneumonie fibrinonécrotique chez les bovins, est la principale bactérie impliquée dans la maladie connue sous le nom de complexe respiratoire bovin (CRB). Malgré son importance économique pour l’industrie bovine, peu d’études ont été faites sur la génétique de M. haemolytica, et aucun isolat de parc d’engraissement n’a encore été génotypé. L’identification et la surveillance des variants génétiques de M. haemolytica sont des éléments importants de l’étiologie du CRB. Nous avons examiné l’efficacité de trois techniques de génotypage [BOX-PCR, (GTG)5-PCR et l’analyse par électrophorèse sur gel en champ pulsé (PFGE, Pulse Field Gel Electrophoresis) de l’ADN digéré avec l’enzyme de restriction SalI] pour distinguer 24 souches de référence de la famille des Pasteurellaceae et 40 isolats de M. haemolytica provenant de bovins de parcs d’engraissement. D’après l’analyse typologique des isolats de M. haemolytica, la PFGE s’est révélée la méthode la plus discriminante, suivie de la BOX-PCR et finalement de la (GTG)5-PCR (indice de diversité de Simpson > 0,98, 0,82 et 0,72, respectivement). Parmi ces méthodes, la PFGE est aussi celle qui a eu la meilleure répétabilité moyenne (0,96). La PFGE et la BOX-PCR ont regroupé toutes les souches M. haemolytica en une seule grappe, mais seules les deux PCR [BOX-PCR and (GTG)5-PCR] ont regroupé ensemble les souches Mannheimia glucosida et Mannheimia ruminalis. Le raffinement des méthodes de génotypage de M. haemolytica nous aiderait à mieux comprendre le rôle de cette bactérie pathogène dans le CRB.

Signaler un problème sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :
Date de modification :