Sélection de la langue

Recherche

Characterization of antimicrobial resistance and seasonal prevalence of Escherichia coli O157:H7 recovered from commercial feedlots in Alberta, Canada

Aslam, M., Stanford, K.I.M., et McAllister, T.A. (2010). « Characterization of antimicrobial resistance and seasonal prevalence of Escherichia coli O157:H7 recovered from commercial feedlots in Alberta, Canada. », Letters in Applied Microbiology, 50(3), p. 320-326. doi : 10.1111/j.1472-765X.2010.02798.x  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Objectifs. Caractériser la résistance aux antimicrobiens (RAM) et déterminer la prévalence saisonnière des bactéries Escherichia coli O157:H7 dans les parcs d’engraissement commerciaux. Méthodes et Résultats. Nous avons prélevé des échantillons buccaux et de matières fécales de bovins de parcs d’engraissement commerciaux tous les mois pendant douze mois et en avons isolé les bactéries Escherichia coli O157:H7. En tout, nous avons caractérisé 240 isolats par électrophorèse en champ pulsé (PFGE, pour Pulse Field Gel Electrophoresis). Nous avons vérifié la RAM d’un sous-ensemble de 205 isolats au moyen du système Sensititre, et la présence de gènes de RAM (tet, sul et str) par PCR. Sept grappes de PFGE (coefficient de similarité de Dice ≥ 90 %) ont été identifiées, et deux grappes d’organismes communs aux trois parcs d’engraissement ont été isolées tout au long de l’année. La majorité des isolats (60 %) étaient étroitement apparentés (P < 0,001) et sensibles à tous les antimicrobiens, tandis que les isolats avec des profils de RAM différents n’étaient pas apparentés. Les prévalences de RAM dans les parcs d’engraissement A, B et C étaient respectivement de 69 %, 1 % et 38 %. Il y avait plus de résistance à la tétracycline (69 %) et au sulfisoxazole (68 %) dans le parc d’engraissement A que dans les deux autres. La présence des gènes strA et strB était liée chez la majorité des isolats, et les gènes tet(A) et tet(B), sul1 et sul2 étaient présents individuellement. Les souches d’Escherichia coli O157:H7 isolées pendant l’été et l’automne étaient génétiquement différentes, tandis que celles isolées en hiver et au printemps étaient plus étroitement apparentées. Conclusions. La résistance aux antimicrobiens était plus courante chez les E. coli O157:H7 provenant de deux des trois parcs d’engraissement commerciaux, et l’expression phénotypique de la résistance était corrélée à la présence des gènes de résistance. La population d’E. coli O157:H7 observée dans les prélèvements faits en été et à l’automne était hautement diversifiée. Signification et impact de l’étude. Ce type de renseignements nous aide à mieux comprendre la dynamique de la RAM chez les E. coli O157:H7 des parcs d’engraissement commerciaux.

Signaler un problème sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :
Date de modification :