Sélection de la langue

Recherche

Phosphorus-31 Nuclear Magnetic Resonance Spectroscopy Transect Study of Poultry Operations on the Delmarva Peninsula.

Hill, J.E. et Cade-Menun, B.J. (2009). « Phosphorus-31 Nuclear Magnetic Resonance Spectroscopy Transect Study of Poultry Operations on the Delmarva Peninsula. », Journal of Environmental Quality, 38(1), p. 130-138. doi : 10.2134/jeq2007.0587  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Reçu aux fins de publication le 6 novembre 2007. La pollution diffuse par le phosphore (P), causée par les exploitations avicoles, dans le bassin hydrographique de la baie de Chesapeake, est responsable des fleurs d’eau, de l’hypoxie, de l’anoxie et des mortalités massives de poissons survenues à cet endroit la plupart des années. La litière de volaille, une importante source de P soluble biodisponible, est utilisée comme engrais dans les champs adjacents aux affluents de la baie. Le myo-inositol hexakisphosphate (phytate), une source potentiellement importante d’orthophosphate dans la litière, est un composé fortement phosphorylé qui ne peut être digéré par la volaille et qui se trouve donc en grande quantité dans ses excréments. L’évaluation du phytate dans les échantillons environnementaux est coûteuse; les répercussions ne sont donc pas présentées dans les guides normalisés sur l’eutrophisation potentielle destinés aux fermiers (par exemple le Delaware's Phosphorus Site Index). Dans le cadre de la présente étude de transect portant sur deux exploitations avicoles de la péninsule de Delmarva, nous avons mesuré l’incidence de tous les composés de P en utilisant des extraits d’échantillon et la spectroscopie par résonance magnétique nucléaire (RMN) liquide du 31 P, et nous avons établi des liens avec les propriétés géochimiques correspondantes. La présence des phytates dans le pool global de P est passée d’environ 50 % dans le fumier à 2 à 13 % dans les sols et les sédiments en aval de la source, ce qui correspond à une hausse de la proportion relative d’orthophosphate (passage de 39 % à 65 à 88 %). Les résultats indiquent que l’important pool de phosphore à l’état de phytate, épandu sur les terres agricoles durant les pratiques opérationnelles normalisées des exploitations avicoles de la péninsule de Delmarva, ne semble pas s’accumuler; au contraire, le phytate diminue dans les endroits situés en aval de la source, probablement en raison du transport hors site et/ou d’activités biologiques in situ.

Signaler un problème sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :
Date de modification :