Sélection de la langue

Recherche

Harmonic radar: Assessing the impact of tag weight on walking activity of Colorado potato beetle, plum curculio, and western corn rootworm

Boiteau, G., Vincent, C., Meloche, F., et Leskey, T.C. (2010). « Harmonic radar: Assessing the impact of tag weight on walking activity of Colorado potato beetle, plum curculio, and western corn rootworm. », Journal of Economic Entomology, 103(1), p. 63-69. doi : 10.1603/EC09113  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

L’impact du poids des marqueurs à dipôles électroniques sur le déplacement de trois insectes a été déterminé à l’aide d’un logiciel de suivi vidéo. Les résultats ont varié tant entre les trois espèces étudiées que chez chacune d’entre elles. Chez le doryphore de la pomme de terre (Leptinotarsa decemlineata (Say)), le marqueur le plus lourd monté sur le pronotum a réduit légèrement mais significativement la vitesse moyenne du déplacement horizontal. Chez le charançon de la prune (Conotrachelus nenuphar (Herbst)), la vitesse moyenne du déplacement horizontal a été significativement réduite par un marqueur léger, mais non par des marqueurs plus lourds. Chez la chrysomèle des racines du maïs (Diabrotica virgifera virgifera (LeConte)), une légère augmentation de la vitesse moyenne du déplacement horizontal a été notée chez les insectes pourvus d’un marqueur. Chez le doryphore de la pomme de terre et le charançon de la prune, l’installation d’un marqueur sur le dos a légèrement modifié la vitesse de déplacement vertical. Les changements de la vitesse du déplacement étaient variables mais se situaient nettement à l’intérieur de l’intervalle des valeurs mentionnées dans la littérature. L’impact du poids additionnel du marqueur était comparable à celui de divers facteurs restreignant le mouvement (p. ex. pentes, barrières, etc.) des insectes en milieu naturel. Les résultats confirment que les marqueurs actuellement disponibles ont un impact minimal sur le comportement de déplacement du doryphore de la pomme de terre, fournissent une estimation du poids optimal des marqueurs pour le charançon de la prune et montrent qu’un marqueur plus léger et une meilleure méthode de fixation s’imposent pour la chrysomèle des racines du maïs. Comme les insectes sont capables de s’adapter à un large éventail de paysages et aux variations du poids de leur propre corps, la valeur des données écologiques recueillies grâce à cette technique compensent largement l’impact limité du poids additionnel du marqueur sur le déplacement des insectes.

Signaler un problème sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :
Date de modification :