Sélection de la langue

Recherche

Increasing the flow of carbon into seed oil.

Weselake, R.J., Taylor, D.C., Rahman, M.H., Shah, S., Laroche, A., McVetty, P.B.E., et Harwood, J.L. (2009). « Increasing the flow of carbon into seed oil. », Biotechnology Advances, 27(6), p. 866-878. doi : 10.1016/j.biotechadv.2009.07.001  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

La demande d’huiles végétales dans les domaines de l’alimentation, des carburants (biodiésel) et des bioproduits augmente rapidement. Au Canada seulement, on estime qu’il faudra une augmentation de 50 à 75 % de la production d’huile de canola pour répondre à la demande d’huiles de graines au cours des 7 à 10 prochaines années. Grâce à la sélection des végétaux et à la génétique, nous savons que la teneur en huile des graines est un caractère quantitatif basé sur un certain nombre de facteurs, dont des effets génétiques embryonnaires, des effets cytoplasmiques, des effets génétiques maternels et des interactions entre le génotype et l’environnement. Malgré la participation de nombreux locus quantitatifs dans la détermination de la teneur en huile des graines, les modifications génétiques visant à surexprimer ou à réprimer certains gènes encodant des enzymes et d’autres protéines intervenant dans l’utilisation du carbone pour la biosynthèse de l’huile ont permis la mise au point de lignées transgéniques produisant des graines à teneur significativement plus élevée en huile. Les protéines encodées par ces gènes comprennent des enzymes catalysant la production de tous les composants de l’huile, des enzymes intervenant dans la biosynthèse de l’huile, des enzymes régulant la répartition du carbone métabolique entre la biosynthèse de l’huile, des glucides et des métabolites secondaires, et des facteurs de transcription orchestrant le métabolisme à un niveau plus général.

Signaler un problème sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :
Date de modification :