Sélection de la langue

Recherche

Crop residue removal and fertilizer N: Effects on soil organic carbon in a long-term crop rotation experiment on a Udic Boroll

Lemke, R.L., VandenBygaart, A.J., Campbell, C.A., Lafond, G.P., et Grant, B.B. (2010). « Crop residue removal and fertilizer N: Effects on soil organic carbon in a long-term crop rotation experiment on a Udic Boroll. », Agriculture, Ecosystems and Environment, 135(1-2), p. 42-51. doi : 10.1016/j.agee.2009.08.010  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Il est possible de produire des biocarburants en transformant en éthanol la cellulose des résidus de culture. D’ailleurs, on a récemment avancé que cette technique pourrait fournir un complément aux sources non renouvelables d’énergie, particulièrement dans les Amériques. Afin de déterminer l’effet de l’enlèvement annuel d’environ 22 % des résidus aériens de blé (Triticum aestivum L.) ainsi que de la fertilisation azotée et phosphorée sur la teneur en carbone (C) de la couche superficielle du sol (0-15 cm), nous avons analysé les données recueillies pendant 50 années (1958-2007) dans une rotation jachère-blé-blé sur sol argileux, sous climat sub humide, à Indian Head, dans le sud-est de la Saskatchewan, au Canada. Nous avons mesuré la teneur en C et la densité apparente du sol aux profondeurs de 0-7,5 cm et 7,5-15 cm, en 1987, 1996 et 2007, puis nous avons étudié la relation existant entre les changements de teneur en C et les apports de C, estimés à partir des rendements en paille et en racine obtenus par l’application de régressions aux rendements grainiers. Nous avons également utilisé deux modèles décrivant la matière organique du sol, le modèle de Campbell et le modèle ICBM (Introductory Carbon Balance Model), pour simuler et prédire l’effet des traitements sur le changement de la teneur en C du sol ainsi que pour estimer le changement probable de cette teneur en cas de récolte annuelle de 50 % ou 95 % des résidus aériens. Au cours des 50 années, l’enlèvement des résidus de récolte n’aurait réduit que de 13 % l’apport cumulatif de C provenant de la paille et des racines, et il n’aurait pas réduit significativement (P > 0,05) la teneur en C du sol durant toute cette période. Cependant, après 50 années de fertilisation azotée aux taux recommandés, la teneur en C du sol a augmenté significativement, d’environ 3 Mg ha-1, par rapport au traitement ne comportant aucune fertilisation. Une simulation nous permet de prédire que l’enlèvement de 50 % des résidus aériens aurait probablement un effet détectable sur la teneur en C du sol et que l’enlèvement de 95 % de ces résidus aurait certainement un tel effet. Les résultats de ces mesures et modélisations semblent indiquer que l’adoption du semis direct sans fertilisation adéquate n’accroît pas la teneur en C du sol. Il semble qu’une quantité modeste de résidus peut être prélevée de ces sols de type boroll udique (tchernozem noir) sans effet mesurable sur leur teneur en C, mais uniquement si ce prélèvement est accompagné d’une gestion adéquate de la fertilité.

Signaler un problème sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :
Date de modification :