Sélection de la langue

Recherche

Performance of a dispersion model to estimate methane loss from cattle in pens

McGinn, S.M., Beauchemin, K.A., Flesch, T.K., et Coates, T. (2009). « Performance of a dispersion model to estimate methane loss from cattle in pens. », Journal of Environmental Quality, 38(5), p. 1796-1802. doi : 10.2134/jeq2008.0531  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Reçu pour publication le 29 décembre 2008. Il est nécessaire de disposer de mesures précises des émissions de méthane (CH4) entérique des bovins (Bos taurus) pour améliorer les coefficients d’émission utilisés dans les inventaires nationaux des émissions et pour évaluer les stratégies d’atténuation. Notre étude avait pour but d’évaluer une nouvelle méthode permettant la mesure quasi continue des émissions de CH4 de bovins de boucherie confinés dans des enclos. Nous avons utilisé la technique de dispersion stochastique lagrangienne inverse de concert avec les données d’un système de positionnement global (GPS) provenant d’animaux individuels pour évaluer les émissions de CH4 des enclos de bovins. Nous avons comparé les données obtenues au moyen de la technique de dispersion aux estimations de la production de CH4 à l’aide de la technique du traceur SF6. Nous avons nourri 60 bovins de boucherie en croissance avec une ration contenant 60 % d’ensilage d’orge (matière sèche) supplémentée avec des grains d’orge (Hordeum vulgare L) ou des grains de maïs (Zea mays L.) de drêches de distillerie. Les résultats ont montré que les émissions quotidiennes de CH4 étaient environ 7 % plus faibles avec la technique de dispersion qu’avec la technique du traceur (185 contre 199 g de CH4 par animal par jour). La précision de la technique de dispersion comparée à la technique du traceur SF6 au moyen du coefficient de Pearson était de 0,76; la précision relative (coefficient de concordance) était de 0,69. La technique de dispersion pouvait déceler des différences (P < 0,05) dues à la ration et comportait également l’avantage de pouvoir mesurer le profil de production de CH4 au cours d’une période de 24 heures, avec des émissions de l’ordre de 161 à 279 g de CH4 par animal par jour. En configurant les bovins comme des sources ponctuelles, il était possible d’obtenir des émissions de CH4 plus précises qu’en supposant une émission uniforme de la totalité de la surface de l’enclos. Les résultats indiquent que la technique de dispersion avec les bovins comme sources ponctuelles peut être utilisée pour mesurer précisément les émissions de CH4 entérique des bovins et pour évaluer l’impact des stratégies alimentaires d’atténuation.

Signaler un problème sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :
Date de modification :